Crédit immobilier : Pourquoi faire appel à un agent immobilier, c’est…

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Le courtier en crédit souffre de plusieurs idées reçues. En cette période difficile pour les emprunteurs, son intérêt à rechercher un financement peut être remis en question. Cependant, son rôle ne se limite pas à obtenir le meilleur taux d’intérêt.

Hausse des taux d’intérêt, baisse des taux d’attrition, durcissement des conditions d’agrément du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF)… les temps sont durs pour les demandeurs de crédit immobilier. En quelques semaines, obtenir un financement s’est transformé en un voyage semé d’embûches pour les acheteurs potentiels.

Si ces dernières années plus d’une personne sur deux est passée par un courtier pour son prêt immobilier, les acquéreurs risquent d’être plus réticents à faire appel à ce professionnel dans le contexte actuel, craignant notamment que cela représente un coût trop élevé pour obtenir un prêt.

Une mission de conseil et d’accompagnement…

Comme le rappelle le site informatif MoneyVox dans un article consacré aux idées reçues sur le rôle d’un courtier, ce dernier ne se limite pas à l’obtention d’un prêt à un taux attractif. Ce professionnel fait également bénéficier l’emprunteur de son expertise et de sa connaissance du marché. Il est là pour suivre et conseiller le futur acquéreur dans toutes les démarches : de la constitution du dossier à la signature chez le notaire. A voir aussi : FC METZ : Les Grenats veulent changer de dimension. Un rôle encourageant dans le cadre d’un premier achat, par exemple.

« Plus que jamais, il s’agit de bien plus qu’une simple histoire de taux. Le courtier va tout faire pour optimiser le financement, notamment en jouant sur l’assurance emprunteur », a déclaré Maël Bernier, porte-parole du groupe Meilleurtaux.

À Lire  La plateforme 3D de HCL prend une nouvelle dimension

Mais ce n’est pas tout. Le courtier vous guidera de la meilleure façon possible pour trouver une banque qui, dans le contexte actuel, accorde encore des prêts hypothécaires. « La situation est telle aujourd’hui que de plus en plus de banques rejettent les demandes de crédit immobilier, même de leurs propres clients », témoigne Maël Bernier. Certains établissements, qui doivent emprunter de l’argent sur les marchés, n’accordent plus actuellement d’hypothèques car cela coûte trop cher ».

Voir l’article :
Vous avez besoin de contracter des emprunts et de les regrouper pour…

…pour un coût limité

La commission de courtage est payée par l’établissement bancaire en tant qu’apporteur d’affaires. Selon les cas, elle peut demander des frais de courtage aux clients. Cependant, cela ne fait pas monter la note. Comme le confirme Maël Bernier, « les commissions versées par les banques s’élèvent à environ 0,8 % du capital prêté, avec un plafond au-delà d’un certain montant. Cela veut dire que pour un prêt d’un million d’euros, le courtier ne percevra pas une commission bancaire de 8 000 euros ».

A noter que le courtier n’est rémunéré que s’il a trouvé un financement conformément aux articles L322-2 du code de la consommation et L519-6 de la loi monétaire et financière.

Ceci pourrez vous intéresser :
{{nrco.contentDetailController.content.status === « publié » ? « Contenu publié »: nrco.contentDetailController.content.status === « en attente » ? « En attente de…