Crypto-monnaie : malgré le krach, les investisseurs risquent d’acheter des bitcoins

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Fugace mais toujours attrayant. Malgré «l’hiver des crypto-monnaies» qui a frappé les monnaies numériques décentralisées début mai, les passionnés continuent d’acheter leurs jetons préférés, y compris le bitcoin. L’actif, qui affecte tous les autres prix (NFT, Ether, stablecoins, etc.), a néanmoins atteint un creux en juin, sous les 19 000 $, son plus bas niveau depuis décembre 2020. La baisse est vertigineuse, à -72 % par rapport à son plus haut historique. .en novembre 2021 (pour 68 991 $). Dans l’ensemble, l’effondrement de toutes les crypto-monnaies est encore plus apparent, la capitalisation mondiale chutant de 800 milliards de dollars en un mois et tombant brièvement en dessous de 1 000 milliards de dollars en juin.

Pourtant, les pro-bitcoins n’admettent pas que leurs actifs préférés ont été battus par la hausse des taux des banques centrales qui a déclenché un resserrement monétaire et sonné le glas des positions risquées dans un contexte de hausse de l’inflation. Au contraire. Non seulement disent-ils qu’il y en a assez pour minimiser la chute, mais la stagnation du bitcoin dans les eaux troubles du bitcoin autour de 20 000 $ l’unité serait avant tout le signe d’une période favorable pour faire du shopping, selon le vieil adage boursier, « acheter bas ».

« Buy the Dip, c’est juste vendre. Nous essayons d’augmenter l’exposition lorsque le bitcoin est au plus bas. J’ai donc commencé à le racheter dès qu’il a commencé à descendre en dessous de 45 000 $. Là je rachète pour 20 000 dollars beaucoup plus fort », explique à La Tribune Owen Simonin, premier influenceur français des cryptomonnaies et PDG de Just Mining, société spécialisée dans les investissements cryptos.

Bitcoin VS la bulle

Bitcoin VS la bulle

«Cela ne veut pas dire que le bitcoin ne peut pas descendre plus bas. Mais comme j’ai beaucoup d’argent, je vends des stablecoins (cryptos adossés au prix d’une monnaie traditionnelle, ndlr) pour la crypto-monnaie, le bitcoin et l’ethereum car je pense que les cryptos vont récupérer. A voir aussi : Votre approche sera certainement meilleure en connaissant cette étude Vanguard. C’est ainsi que j’ai réalisé mon plus gros profit dans le passé », dit-il. Cependant, cette stratégie de moyenne à la baisse n’est pas sans risque : une valeur peut toujours chuter de 99 % après une chute initiale de 99 %. C’est notamment ce qui est arrivé aux actions internet lorsque la bulle a éclaté en 2000, comme nous le rappellent les détracteurs du « buy the dip ».

D’autres experts en crypto dénoncent également la pratique qu’ils considèrent comme réservée aux « maximum bitcoiners » (ceux qui considèrent le token créé par Satoshi Nakamoto comme la seule et unique cryptomonnaie). « Malheureusement, pour la plupart des pièces de monnaie alternatives, » acheter la baisse « ne fonctionne tout simplement pas dans un marché baissier », a tweeté une personne.

La République centrafricaine se prépare à lancer sa crypto-monnaie
Ceci pourrez vous intéresser :
Les autorités de la République centrafricaine (RCA) ont misé sur les dernières…

Les baleines et l’ours

Les baleines et l'ours

Mais pour les gros investisseurs – appelés « baleines », ce « marché baissier » pourrait simplement être une opportunité de maintenir voire de renforcer leurs positions. Selon BitInfoCharts, l’une des plus grosses baleines a avalé 1 698 bitcoins entre le 14 et le 18 juin 2022, portant la valeur de son portefeuille à plus de 2 milliards de dollars. Fervent partisan de la crypto, le fantasque Elon Musk, patron de Tesla et SpaceX, a également confirmé sur Twitter le 19 juin, au milieu du crash, qu’il continuerait à soutenir le « dogecoin », une crypto-monnaie initialement créée comme une blague, bien gardé de vouloir flotter grâce à son influenceuse star. Pourtant, depuis janvier, cette crypto a perdu plus de la moitié de sa valeur. Aussi, un investisseur a porté plainte contre Elon Musk et ses sociétés Tesla et SpaceX pour ce soutien illimité au dogecoin, réclamant la coquette somme de 258 milliards de dollars.

« Le marché des crypto-monnaies connaît actuellement son quatrième marché baissier, un moment stressant pour les investisseurs, surtout à court terme, mais ce phénomène ne devrait pas sonner le glas du bitcoin et du marché des crypto-monnaies », a déclaré Vincent Boy, analyste de marché chez IG France.

A voir aussi :
Au début de la numérisation, de nouvelles technologies telles que les crypto-monnaies…

Déjà-vu

Déjà-vu

En fait, pour les connaisseurs des marchés de la cryptographie prêts à prendre le risque, l’argument du déjà-vu l’emporte. « On vit un copier-coller de 2018. C’est la même musique, tous les 4 ans, depuis 2009 », s’amuse même Owen Simonin. « C’est cyclique. Ces crashs surviennent toujours après un halving (processus de calcul inhérent au bitcoin qui réduit le nombre de jetons que les mineurs rémunèrent et donc la rareté sur laquelle se base la valeur sur NDLR), précise le trader qui parie sur la baisse à long terme du jeton précieux et Ether comme « plus résistant ».

«En 2011, le plus bas record de Bitcoin était de 0,29 $ et le mouvement à la hausse qui a suivi a fait que la crypto-monnaie a atteint un sommet de 32 $ en juin de la même année. Le deuxième marché haussier (marché haussier, ndlr) a été observé en 2013, avec un creux annuel de 13,16 $ et un sommet de 1 242 $. Le troisième, qui a révélé les crypto-monnaies à un grand nombre d’investisseurs, a eu lieu entre 2015 et 2017. Le creux d’août 2015 était de 200 $ et le marché haussier pendant plus de 2 ans a conduit Bitcoin à un sommet historique de 20 000 $. Tous ces marchés haussiers ont été accompagnés de marchés baissiers impressionnants, mais jusqu’à présent, le bitcoin a toujours atteint de nouveaux sommets historiques par la suite », explique Vincent Boy.

Et enfin, « le dernier marché haussier s’est terminé en novembre dernier à un niveau record de 69 000 $, en hausse de 1 700 % (depuis 3 900 $ en mars 2020) et cela, bien sûr, conduit à un autre marché baissier, où nous en sommes maintenant ».

Cryptomonnaies : trois questions sur le crash qui a fait tomber le bitcoin de son piédestal

Sur Twitter, Nicolas Chéron, stratège marché chez Zonebourse, va dans le même sens, illustrant même le phénomène avec des doubles courbes. « Les marchés sont volatils, mais l’innovation et la productivité augmentent constamment. Pensez à long terme et vous en sortirez gagnant », ajoute-t-il.

Bitcoin : les baisses de 80 % sont courantes.

Difficile à digérer pour les nouveaux venus, mais un déjà-vu pour ceux qui sont arrivés avant 2020. pic.twitter.com/BGSC5HNbJf

Mieux encore, Bitcoin gagnerait en force grâce aux crashs, selon ceux qui continuent de croire au jeton malgré les tempêtes. « Cette crise permet une sélection darwinienne naturelle des différents projets « crypto » (dont beaucoup ont un usage anecdotique voire inexistant) et surtout, permet de remettre en avant les propriétés incomparables du bitcoin : décentralisation, invulnérabilité, rareté numérique, résistant à la censure, système monétaire immuable, moyens de paiement infalsifiables sans tiers de confiance, évolutivité via le réseau Lightning, souveraineté monétaire individuelle, etc., déclare Jonathan Herscovici de StackinSat, dont la startup a développé un « Bitcoin Savings Plan » que de meilleurs investissements que les produits bancaires traditionnels.

La Banque Postale lance son OPA sur CNP Assurances
Voir l’article :
C’est quoi une offre publique de retrait ? L’offre publique de retrait,…

Réguler les montagnes russes

Réguler les montagnes russes

Cependant, les nouveaux champions de la cryptographie, qui recrutaient autrefois avec vengeance, doivent maintenant réduire leurs dépenses. Avec le crash, la plateforme d’achat et de vente de crypto Coinbase a rattrapé la réalité immédiate, annonçant qu’elle supprimerait 18% de ses effectifs, soit environ 1 100 postes. « Il semble que nous entrons dans une récession après plus de 10 ans de boom économique », a déclaré Brian Armstrong, co-fondateur et PDG de la société, comme l’une des justifications des licenciements massifs.

« Une récession pourrait conduire à un autre » hiver crypto « et pourrait durer pendant une période prolongée. »

Contre lui, son concurrent Binance et ses 120 millions de clients sont d’un avis contraire. Ayant déjà pourvu 6 000 postes vacants, les Chinois en créeront 2 000 de plus d’ici la fin de l’année. La crise actuelle « inquiète, mais on s’y attendait, ce n’est pas rare », a plaidé le cryptomilliardaire Changpeng Zhao, l’une des voix les plus écoutées dans ce milieu.

Alors que l’arrivée des fonds institutionnels dans la crypto star en 2020 a changé la donne, augmentant la corrélation du bitcoin avec les marchés, ces acteurs conservent pour l’instant leurs positions dans le secteur. Par exemple, Goldman Sachs, dont les analystes avaient prévu un bitcoin à 100 000 dollars, ne semble pas avoir été davantage refroidi par la récente baisse. La banque d’investissement est en pourparlers avec la plateforme boursière singapourienne FTX pour permettre le trading de produits dérivés sur les marchés, indique la presse spécialisée.

Reste encore une inconnue, avec la régulation du secteur, que certains veulent désormais calquer entièrement sur la régulation bancaire. Ces montagnes russes crypto alimentent les arguments des régulateurs à venir mettre en place des « garanties » tant en Europe qu’aux Etats-Unis. Selon la BCE, qui a recensé 16 000 cryptos, le marché a perdu plus de la moitié de sa valeur en seulement six mois. Partout, les autorités serrent la vis pour mieux réguler un marché encore plus récent, pour favoriser les monnaies numériques des banques centrales (MNBC) également à long terme.

« Le marché sera régulé mais pas interdit », tempère Owen Simonin qui envisage de revendre ces bitcoins « quand il y a une frénésie, parfois sept ». « J’attends avec impatience le jour où le bitcoin pourra être défini comme une réserve de valeur qui lui apportera de la stabilité. Ce sera la monnaie du futur, dans 5 à 10 ans », s’enthousiasme-t-il.

Cette trousse fiscale de 50 milliards d'euros qui finance la loi sur le pouvoir d'achat
Ceci pourrez vous intéresser :
La copie sera examinée par les opposants reçus ce jour par Elisabeth…

Newsletter – Finance

Recevez l’essentiel de l’actualité du . tous les jeudis à 13h00

Inscription à la newsletter Finance

finance

Créer un compte

Merci pour votre inscription !

Les dernières nouvelles de l’industrie tous les jeudis

A 13h00 dans votre boite mail

Dernière étape : confirmez votre inscription dans le mail que vous venez de recevoir.

Inscription à la newsletter Finance

Pensez à vérifier vos courriers indésirables.

A très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,

Inscription à la newsletter Finance

Les rédacteurs de La Tribune.

Connexion à mon compte

Les dernières nouvelles tous les jeudis

Merci pour votre inscription !

A 9h00 dans votre boîte aux lettres

Vous êtes déjà inscrit !

Souhaitez-vous vous inscrire à la newsletter ?

Réinitialisez votre mot de passe

Les dernières nouvelles de l’industrie tous les jeudis

Email envoyé !

A 13h00 dans votre boite mail

je n’ai pas encore de compte

Rendez-vous sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,

À Lire  Bonus Bac 2022 : jusqu'à 160 euros offerts par les banques pour fêter votre nouveau diplôme !