Découverte : quand Villefranche-de-Rouergue raconte son histoire d’eau

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

La méthode racine permet d’explorer le site méconnu de la « Perle du Rouergue ». Tout cela grâce aux bons conseils des hauts dirigeants du comité de voyage de l’Aveyron.

Rue du Jeu de Paume. Un nom qui en dit long sur l’histoire médiévale de la « Perle du Rouergue ». Cette petite artère est le point de départ de la montée de la rive gauche, à Villefranche-de-Rouergue, qui vous emmène immédiatement dans le vif du sujet avec une forte pente. L’effort est récompensé en offrant une vue magnifique sur la bastide et notamment la chapelle du collège. La table de réglage, en revanche, laisse à désirer.

La route continue sur la RD911 qu’il faut traverser pour continuer jusqu’au Chemin de Combe-Salès et au Château du Garriguet dont on ne peut accéder qu’à l’entrée. Pouvoir rencontrer les locaux est chaleureux, tout comme les tronçons explorés à l’ombre de la clôture, salvateurs pour se protéger de la chaleur estivale. Les oiseaux apprécient leur chant.

On passe à l’ombre, on longe les prés où vaches et chevaux ont sauté, on offre une vue bucolique sur la route du Piaulet. Des vacances au hameau de Compans permettent d’apprécier quelques maisons fleuries. Et le meilleur, disons le plus étonnant, reste à venir. La méthode source prend alors sa pleine taille et récupère ses informations. Nous sommes bien sur le chemin de l’approvisionnement en eau de la bastide par les sources proches du Ségala. Nous descendîmes dans la campagne, très agréable en cette saison. Vous y traversez la Combe-Nègre.

Aqueducs sous les bois

Aqueducs sous les bois

Les trois aqueducs restants témoignent de cette période d’exploitation de mai 1887 (date de la consultation en Conseil de District) au début des années 1980. Son utilisation a été importante. Les panneaux rappellent cette époque tout en fournissant des informations sur l’utilisation de l’eau aujourd’hui. Lire aussi : france info conso. Cigarettes électroniques et vapotage. Sensibilisation avec des descriptions qui envoient des frissons dans le dos. La moyenne mondiale est de 40 litres par jour et par habitant ; c’est 600 litres par jour pour un citadin américain !

Reprenez la route qui descend jusqu’à la rivière Aveyron. Le hameau de Doumeyrac présente encore de belles maisons en pierre fleuries. Descendre la montagne demande de la prudence. La station de pompage s’ouvre sous nos yeux. L’Aveyron la traverse. Un homme récemment retraité qui a rejoint sa maison ancestrale n’est pas content de quitter la grande ville pour le village de Rouergate.

Concernant la peur des inondations, cela a du sens : s’il y a inondation, la bastide sera sous les eaux. Tout est calme et reposant. Nous suivons la rive gauche de l’Aveyron par la Beaume. Villefranche est aussi loin que le silence. Après quelques virages, une maison pigeonnier pour montrer que le Quercy n’est pas loin. Du court de tennis à la Route de la Beaume, la boucle est quasiment bouclée. Il reste à finir en apothéose.

Le corps de logis des Bains Douches, qui abrite les bastides du Rouergue, est désormais visible de dos. C’est en voiture, à travers le tour de ville, que l’édifice vous dévoilera le style de la décoration avec de belles mosaïques, bleues comme une rivière. Des souvenirs me viennent à l’esprit, des années Villefranche. Vingt ans déjà. Une pensée m’est venue pour Christophe évrard qui l’a développé en tant qu’architecte et patrimoine culturel. Une personne profonde. Le parcours se termine par une belle vue sur le meilleur théâtre de l’Aveyron et son vieux pont où se dresse aujourd’hui une sculpture de Casimir Ferrer.

Un beau parcours qui permet de s’enrichir d’histoire, de connaissance et de plaisir à cette époque avec plusieurs kilomètres à l’ombre du soleil pour revenir à la base de Villefranche-de-Rouergue.

Sommeil : comment combattre l'insomnie avec ces astuces TikTok
A voir aussi :
TikTok est toujours le meilleur endroit pour stocker des astuces, des plus…