Demain nous appartient : « Le crash d’avion est lié aux histoires du passé »… Les révélations de Camille Genau sur l’intrigue choc

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Principale victime de l’accident qui a secoué « Demain nous appartient », Sara est actuellement inconsciente. Sa traductrice, Camille Genau, nous revient sur la scène de cette arche du désastre​​​​​​ et nous livre quelques confidences sur la suite.

AlloCiné : Sara est au coeur de cette nouvelle arche de la catastrophe de Demain nous appartient appelée « Crash », comme c’est elle dans l’avion qui s’est écrasé sur la plage de Sète. Ce projet, est-ce un beau cadeau que la proposition vous a fait ?

Camille Genau : Bien sûr, c’est super, j’ai de la chance d’avoir des choses comme ça à jouer. Et la bonne chose est que cette arche ramènera les vieilles histoires. Cet automne a à voir avec beaucoup de choses qui se sont produites il y a des années et auxquelles nous n’avions pas de réponses. C’est agréable de pouvoir utiliser ces histoires jusqu’au bout. Ce projet prendra beaucoup de temps et s’inscrira dans une autre section. Vous verrez, c’est fou, je ne peux pas dire grand-chose.

Et maintenant, c’est une opportunité incroyable parce que nous tournons à l’extérieur, avec du gros matériel. J’ai pu filmer sur fond vert pour la première fois, pour une séquence de vol, je n’avais jamais fait ça auparavant. C’était incroyable. Nous avions beaucoup de bonnes choses à jouer, avec des groupes qui avaient beaucoup d’influence. J’apprends à mieux connaître l’avion (rires). C’est un merveilleux cadeau que Demain nous appartient.

D’autant plus que c’est la première fois que vous participez à l’un des désastres de la série…

C’est vrai, parce que je n’étais pas à la gare routière en 2018. Il y a eu une fusillade au commissariat, liée à Roxane lors de sa première venue au spectacle, mais elle a été courte. Après cela, j’ai participé à la séquence principale du raid avec RAID, GIGN. J’ai adoré tourner ça. C’est une réelle opportunité de prendre part à de telles arnaques quand on est acteur. Je ne suis pas sûr d’avoir l’opportunité de jouer autant de postes différents dans un autre projet.

Je n’ai vraiment rien à redire. Surtout maintenant qu’il y a toute l’intrigue entourant la grossesse à venir de Sara et Roxane qui est, encore une fois, un beau cadeau des scénaristes. Demain est à nous, c’est un super terrain de jeu, et j’ai été très bien servi par le personnage de Sara, dès le début.

Et ce qui est bien avec cette rentrée, c’est que c’est un projet pour les musiciens. Comme le récent arc Cluedo, pour les besoins, il y avait 25 acteurs dans une scène, ce qui est inhabituel. Il y a toujours ce côté « familial » quand on tourne tous ensemble. Et nous en recevons un peu à l’automne. De nombreuses personnes sont impliquées.

À Lire  Louis Burton : "C'est un vrai plaisir de partager la Route du Rhum avec le public"

Avez-vous utilisé un cascadeur pour la séquence d’accident et de sauvetage dans le prochain épisode ?

Nous avons la chance d’avoir une équipe de cascadeurs qui nous suit presque depuis le début de la série. Là, à certains endroits, ce n’est pas moi dans l’avion. C’est un revêtement de cascade. Mais il y en a d’autres où je suis. C’est super de pouvoir tourner ce genre de séquence, je m’éclate vraiment. Je passe du commissariat, où il y a beaucoup de textes, de conversations très instructives, à une intrigue extérieure très riche et très puissante, qui vient vraiment du quotidien de mon personnage.

Nous explorons vraiment le côté personnel, car ce crash d’avion est le résultat d’un cadeau de Noël un peu toxique puisque Roxane offre à Sara la possibilité de commencer un cours de pilotage. C’est donc très intéressant de pouvoir utiliser la partie intime de Sara, en dehors du commissariat, et de manière si unique, avec les surprises, l’accident d’avion, les situations d’urgence, et les conséquences dramatiques chez de nombreuses personnes, dont moi-même.

Vous avez aussi tourné une partie de la séquence de vol en studio, sur fond vert, non ?

Eh bien, nous avons tourné en studio à Vendargues toutes les scènes qui se passent à l’intérieur de l’avion, pendant que Sara est dans l’avion. C’était super, j’ai pu retrouver mes collègues et confrères d’Un Si Grand Soleil pendant deux jours. C’est formidable de permettre aux équipes de se déplacer vers d’autres studios et de tourner dans d’autres endroits.

L’accident lui-même a été tourné plus d’une semaine. Nous pensons que ce sont des jours très puissants pour le tournage…

Fort oui, physiquement aussi. Mais c’est étrange car, en général, on travaille avec des arches. On nous fait comprendre que pendant deux mois nous ne verrons pas beaucoup de jour et que ça ira mieux après. Mais pour l’année j’ai l’idée de changer l’arche qui dure éternellement (rires). Je ne vois plus vraiment la différence.

C’est un rythme que l’on prend au fur et à mesure. Alors, parfois on se fatigue, bien sûr. Mais aujourd’hui je ne vois aucune différence entre les arches. Tout a à voir avec Sara, je tire beaucoup. Mais c’est bien. C’est ce que nous regardons quand nous faisons ce travail.

À Lire  Les 12 meilleurs moments où la vie nous donne le majeur

Êtes-vous satisfait de l’évolution du couple Sara-Roxane ?

Bien sûr. C’est un grand changement (rires). Lorsque cette relation s’est établie, elle n’était pas forcément destinée à durer. Alors le fait qu’ils soient toujours ensemble trois ou quatre ans plus tard, et en plus de la bonne humeur, c’est très bien. De plus Raphaële Volkoff est une super partenaire, on s’entend très bien. Nous sommes très excités par ce que nous avons à jouer.

Avec Raphaële on a tourné des choses difficiles au fil des années, c’est l’une des personnes que j’ai le plus tourné chez DNA. Nous avons tissé de vrais liens et nous nous sommes retrouvés dans de nombreux endroits. Comme Hector Langevin, qui est l’un de mes meilleurs amis dans la vie.

Et pour ce qui se passe après, je peux vous dire que ça devrait bien se passer avec le bébé, je vous assure (rires). Ça va beaucoup changer avec Bart, et pour nous en tant qu’acteurs, parce que tourner avec un bébé sur le plateau, ça va être quelque chose (rires). Une autre expérience.

Le projet de commode, auquel participent Bart, Sara et Roxane depuis plusieurs semaines, va-t-il se poursuivre ?

Oui, ça va continuer et il y aura de grosses conséquences, surtout pour Bart. De bons résultats (rires). Mais encore une fois, je ne veux pas gâcher le bonheur des téléspectateurs. Je leur laisse le soin de le découvrir.

Enfin, il ne manque plus à votre bonheur d’aujourd’hui dans Demain nous appartient que beaucoup de photos avec Clémence Lassalas, la traductrice de Charlie, qui sont de très bonnes amies dans la vie, n’est-ce pas ?

C’est vrai. Nous aimerions. Mais ce que j’aime c’est qu’en général les scènes qu’on a ensemble sont vraiment drôles parce que Charlie n’aime pas la police, donc on rentre un peu là-dedans, c’est vraiment marrant.

Clémence est l’une des choses les plus adorables que j’ai rencontrées depuis Demain nous appartient, elle est devenue une véritable amie, nous sommes partis en vacances ensemble récemment. Je pense aussi que les scénaristes se sont un peu arrachés les cheveux pour avoir des arrangements réguliers pour nous deux dans trois semaines (rires). Mais c’était incroyable.