Des nutritionnistes résidentiels pour aider les personnes âgées à rester indépendantes

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

C’est le défi de plusieurs aînés autonomes : bien manger malgré un manque d’appétit, la hausse des prix des aliments ou un manque d’énergie pour faire les courses et cuisiner.

Des étudiants en nutrition de l’Université de Montréal ont passé plusieurs semaines auprès des résidents d’une résidence privée pour aînés (RPA) afin de répondre à leurs préoccupations.

Ce projet d’extension unique réunit deux générations : les plus jeunes ont écouté les plus grands, qui à leur tour ont appris que leurs besoins nutritionnels changent avec l’âge. Et apparemment, la chimie s’est installée entre eux. J’ai appris que le vieil homme a besoin de plus de protéines. Ce que je ne savais pas, explique Andrée Tremblay (79 ans).

De nombreux résidents qui ont assisté aux ateliers se disent surpris d’apprendre qu’ils avaient besoin de 20 % à 25 % plus de protéines que les jeunes adultes.

Les étudiants ont réalisé des capsules vidéo pour expliquer les différentes sources de protéines et donner des conseils aux personnes âgées pour inclure davantage de protéines végétales dans leurs repas, mais aussi dans les collations.

Ce n’était pas notre façon de cuisiner, mais pour moi c’est très intéressant d’avoir ce contact avec des jeunes qui nous apportent de nouvelles choses, s’exclame Cécile Lafontaine, 86 ans, qui se dit très ouverte aux idées de changement de ses habitudes.

Exemples de collations à base de protéines végétales : carré citron au tofu, pois chiches et edamame grillé, pain salé au fromage, galette au yaourt grec.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

Il est fondamental d’être conscient de ce que nous mangeons. Cela permet également d’économiser de l’argent et d’éviter le gaspillage, explique le résident Gilles Rivest. A 77 ans, il a déjà entamé un virage en excluant la viande rouge de son alimentation.

À Lire  Assiette à… Naples (5/7) : cuisine en trompe-l'œil

Le projet de la nutritionniste signifie aussi que la cuisine ici s’est améliorée, car la direction [de la résidence] y est sensible. Et la nourriture doit aussi être agréable, dit Rivest.

C’est grâce au don de Groupe Sélection à l’Université de Montréal que des étudiants à la maîtrise, comme Julie Delorme, ont pu installer leur bureau dans une des résidences du groupe à Rosemont et découvrir des aînés autonomes.

Dans ma formation je n’avais pas vraiment vu cette clientèle. On a vu plus de gens en CHSLD, plus avancés dans la vie. Elle a pu rencontrer, dans leur communauté, des retraités pour qui une saine alimentation permet de préserver leur autonomie.

Mieux manger, pour mieux vieillir. Depuis cet été, les aînés peuvent bénéficier des conseils d’étudiants en nutrition de l’Université de Montréal. Un projet unique, dans une résidence de Rosemont, qui durera 3 ans. Un reportage d’Anne-Louise Despatie.

La directrice du département de nutrition de l’université, Marie Marquis, reconnaît qu’il s’agit d’une clientèle dont on parle moins dans les programmes de conditionnement physique. Pourtant, c’est le Québec d’aujourd’hui et c’est le Québec de demain, car on prévoit que d’ici 10 ans, une personne sur quatre aura plus de 65 ans.

Elle ajoute que le don de Groupe Sélection permettra pendant encore deux ans d’aborder d’autres sujets tels que l’importance des fibres, l’hydratation pour les aînés et le maintien d’une saine alimentation malgré la hausse des prix.

À condition que les citoyens montrent d’abord leur intérêt pour ces questions, dit-elle. Nous voulons partir des questions qui les intéressent. Il n’y a pas de prescription, pas d’obligation. C’est censé être un échange.

À Lire  Portraits de chefs. Amandine Chaignot, des palaces à sa propre cuisine

Les sujets sélectionnés sont abordés sur la base de preuves issues de la recherche.

Quand on a décidé de parler de protéines, on était sûr de vouloir parler de protéines végétales, explique Marquis. C’était pour dire que nous n’avions pas d’autre choix que de nous tourner vers eux pour des questions de développement durable, mais nous irons vers eux aussi, compte tenu de notre portefeuille, explique Marquis.

Le contenu préparé par les étudiants jusqu’à maintenant sera offert dans toutes les résidences du Groupe Sélection, mais les capsules vidéo seront ensuite accessibles au grand public.