Des nutritionnistes résidents pour aider les aînés à rester autonomes

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

C’est le défi des seniors autonomes : bien manger malgré le manque de nourriture, la hausse des prix des denrées alimentaires ou le manque d’énergie pour faire les courses et cuisiner.

Des étudiants en nutrition de l’Université de Montréal ont passé plusieurs semaines auprès des résidents d’un foyer de soins privé (RPA) pour répondre à leurs préoccupations.

Ce projet d’agrandissement particulier a réuni deux générations : les plus jeunes ont écouté leurs aînés, qui, à leur tour, ont appris que leurs besoins alimentaires changeaient avec l’âge. Et il semble que la chimie entre eux soit bonne. Moi, j’ai appris que l’ancien a besoin de plus de protéines. Ce que je ne sais pas, dit Andrée Tremblay (79 ans).

De nombreux résidents qui ont assisté à l’atelier se sont dits surpris d’apprendre qu’ils doivent manger de 20 % à 25 % plus de protéines que les adultes.

Les étudiants ont créé des capsules vidéo pour expliquer les différents types de protéines et donner des conseils aux personnes âgées pour ajouter plus de protéines végétales à leur alimentation, mais aussi des collations.

Ce n’est pas une façon de cuisiner, mais pour moi, c’est très intéressant d’avoir ce contact avec des jeunes qui nous apportent de nouvelles choses, raconte Cécile Lafontaine, 86 ans, qui dit avoir une idée pour changer les comportements.

Exemples de collations à base de protéines végétales : carrés de citron au tofu, pois chiches et edamame rôtis, pain salé au fromage, pain moelleux au yaourt grec.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

Il est important de savoir ce que nous mangeons. Cela permet également d’économiser de l’argent et d’éviter le gaspillage, a déclaré le résident Gilles Rivest. A 77 ans, il a déjà amorcé un changement en supprimant la viande rouge de son alimentation.

À Lire  Le petit-déjeuner est-il le repas le plus important de la journée ?

Le travail des nutritionnistes signifie aussi que la cuisine ici est améliorée, car la direction [de la résidence] veille à ce fait. Et la nourriture doit aussi être délicieuse, dit Rivest.

C’est grâce au don du Groupe Sélection à l’Université de Montréal que des étudiants à la maîtrise, comme Julie Delorme, ont pu installer leur bureau dans une des maisons du groupe à Rosemont et découvrir des aînés autonomes.

Dans ma formation, je n’ai pas vu exactement ce client. On voit plus de gens dans les CHSLD, plus ils sont avancés dans leur vie. Elle a pu rencontrer, dans leur communauté, des retraités qui ont été aidés par une bonne alimentation pour conserver leur autonomie.

Mieux manger, pour mieux vieillir. Depuis cet été, les aînés ont pu bénéficier des conseils d’étudiants en nutrition de l’Université de Montréal. Un projet spécial, dans la résidence de Rosemont, qui durera 3 ans Reportage d’Anne-Louise Despatie.

La responsable du département de nutrition de l’Université, Marie Marquis, s’est rendu compte qu’il s’agissait d’un client dont on ne parlait pas dans les programmes de formation. Pourtant, c’est le Québec d’aujourd’hui et c’est le Québec de demain, car on s’attend à ce que, dans 10 ans, une personne sur quatre dépasse l’âge de 65 ans.

Elle a ajouté que la contribution de Groupe Sélection permettra de traiter pendant deux ans d’autres sujets tels que l’importance des fibres, l’approvisionnement en eau des personnes âgées et le maintien d’une alimentation de qualité malgré la hausse des prix.

Elle a dit que tant que les habitants de la région commenceraient à montrer leur intérêt pour ces questions. Nous voulons partir des questions qui les intéressent. Sans ordonnance, sans obligation. Il est censé être interchangeable.

À Lire  Ces 7 aliments sont mauvais pour votre estomac

Les thèmes sélectionnés sont abordés sur la base des preuves de la recherche.

Quand on décide de parler de protéines, on est sûr de parler de protéines végétales, a déclaré Mme. Marquis. Dire que nous n’avons pas d’autre choix que de nous tourner vers eux pour le développement durable, mais nous irons vers eux, si l’on considère notre volume, a déclaré Mme. Marquis.

Le matériel que les étudiants ont préparé jusqu’à présent sera partagé dans toutes les zones de sélection de groupe, mais les versions vidéo seront accessibles au public.