Dol-de-Bretagne : la renaissance d’une maison ancienne à …

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Abritant aujourd’hui un salon de thé, cette bâtisse du XVIe siècle vient de retrouver une vocation commerciale qu’elle avait depuis longtemps perdue.

L’auberge des trois colombes était autrefois l’enseigne d’une maison du 13 Grande rue à Dol-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine).

Ce bâtiment a bénéficié d’une année de travaux de rénovation intérieure et extérieure par ses nouveaux propriétaires, Maud Guyoyt et Jocelyn Joncquemat, eux-mêmes fortement impliqués dans le chantier.

« J’ai d’abord tout démoli avec l’aide de mon collaborateur Adrien Miniac, avant de faire intervenir des artisans locaux qui travaillaient eux-mêmes selon les directives des Bâtiments de France », précise le paysagiste, satisfait du résultat d’un travail presque terminé, lui aussi quand il y a il reste encore beaucoup à faire sur la façade. Spécifiquement pour remplir son cadre en épi de maïs.

Au marin breton

C’est en tout cas une bonne nouvelle pour la ville qui est si fière de son patrimoine architectural, datant souvent du Moyen Âge, à l’image de cette vieille bâtisse qui abritait jusque dans les années 1990 une boutique sous l’enseigne : Au marin breton. Cette boutique était tenue par Claude-Henry Galocher, qui y vendait des vêtements parallèlement à ses autres activités de romancier et d’historien. A voir aussi : Sourdeval : L’ancien maire Albert Bazire loue une vie au service des autres. Il est alors fondateur et président de l’association François-Duine dédiée à l’histoire de Dol.

À Lire  Mende : la Société des Lettres visite un nouveau musée en vidéo

30 meilleurs tests de robinets de douche en 2022 : après avoir exploré les options
Lire aussi :
Vous cherchez des conseils d’experts sur l’achat des meilleurs accessoires de douche?…

La renaissance 

Elle est aujourd’hui dirigée par Patrick Amiot, très heureux de la revitalisation de la maison de son prédécesseur. D’autant plus qu’il a été fermé pendant près de trente ans après le décès de son propriétaire. Sur le même sujet : Prix : les « petits pas » aident-ils vraiment ?. Autre bonne nouvelle : elle a trouvé une vocation commerciale au lieu de devenir une maison d’habitation, comme cela arrive trop souvent, notamment à Dol, en cas de cessation d’activité. « La fille de Claude-Henry Galocher a pensé qu’il valait mieux vendre la maison à quelqu’un qui voulait en faire un commerce », témoigne Patrick Amiot, qui s’est lui-même battu dans ce sens, ce qui peut aussi satisfaire d’autres commerçants du centre-ville.

Ceci pourrez vous intéresser :
&#xD ; Le spécialiste belge du marché des produits sanitaires, chauffage et plomberie, Van Marcke, veut déployer un…

Thé et Gourmandises

D’autant qu’il ne s’agit pas d’une banque ou d’une agence immobilière, « déjà en nombre suffisant dans la Grande rue », mais d’une véritable entreprise de proximité qui contribue au dynamisme économique du centre-ville. La marque Thé et Gourmandises était présente au bout de la Grande Rue pendant trois ans. C’était avant qu’il ne déménage dans une maison médiévale de la même rue au numéro 13. Ces locaux plus grands et une meilleure localisation lui donnent un nouvel élan commercial. « J’ai plus de choix que dans mon ancienne boutique », confie Maud Guyot, qui vend ici du café et du thé, en vrac ou infusés, mais toujours bio.

À Lire  Val-de-Marne : un collège sans eau potable depuis près de deux mois, des conditions sanitaires indécentes exposées

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon Actu. Lire aussi : Hotlines d’une seule source.

Le "coût de la construction d'une maison aux États-Unis a augmenté à un rythme sans précédent", déclare BofA
Ceci pourrez vous intéresser :
Les prix des maisons ont été balistiques au cours des deux dernières…