Drew Eubanks apporte son « crime » aux Blazers

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Déplacé de San Antonio à Portland la saison dernière, Drew Eubanks a profité de ce retour à la maison. Il a grandi à Troutdale, une banlieue de Portland, redécouvrant avec bonheur son enfance, notamment en réalisant 14 points et 8 rebonds lors de la saison des Coastal Blazers l’an dernier.

Après être redevenu remplaçant cette saison, en tant que dépisteur de Jusuf Nurkic, il a fait plus que servir d’intérimaire. Parfois favorisé par rapport à Jusuf Nurkic en raison de sa facilité d’expression et de sa rapidité, Drew Eubanks amène aussi difficilement son jeu offensif. Le comportement qu’il a adopté depuis sa première sortie avec la balle orange.

« Il a une mauvaise attitude à son sujet que j’aime bien », a souri Chauncey Billups dans The Athletic. «Il a des ennuis presque à chaque match. Il fait partie de ces gars que vous détestez affronter, mais uniquement parce qu’il joue toujours dur. »

« Et je ne serai pas joué (en NBA) »

Au lieu d’être destiné à devenir pro dans le baseball, avec un temps de lancer à 140 km/h notamment, Drew Eubanks a changé de sport dès le lycée. C’est là que son côté « maléfique » ressort. Parce qu’à cette époque, il portait un chameau…

« Quand j’ai commencé à jouer, tout le monde m’a critiqué. Alors je balance mon coude et j’essaie de frapper quelqu’un. Je veux les faire exploser ! », a déclaré Drew Eubanks. « Et puis, quand j’ai commencé à aller de l’avant, j’ai toujours eu cette pensée : ‘Tu ne vas pas me toucher. Je ne veux pas être harcelé alors. Je n’aime pas être à l’université. Et je ne vais pas être joué [in the NBA]. »

À Lire  Acheter et entretenir sa voiture : un projet que 60% des Français ont du mal à mener à bien

A 2m08 pour 111kg, Drew Eubanks a désormais un intérieur NBA régulier, capable d’afficher un visage et un coude puissants pour lutter aux rebonds. De plus, une excellente astuce pour obtenir des fins qui ne sont pas nécessairement évidentes dans une ruelle.

« J’essaie d’être le plus équilibré possible. Je sais qu’on est dans une très bonne position mais j’essaie de jouer comme si on était en bas de la Conf’ Ouest. Pour jouer dur sur chaque possession, il ne faut pas lâcher. Pour gagner cette compétition, il faut parfois être parfait. Et dernièrement, nous en avons trop fait. Je pense que notre objectif devrait être meilleur que cela. »