E. coli : quels effets sur la santé ? Comment prévenir les infections ?

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

La bactérie Escherichia coli (E. coli) a récemment fait l’actualité en France, dans le cadre d’une importante vague d’intoxications alimentaires qu’elle a provoquée. Épidémie due à des pizzas contaminées, dont 56 personnes sont tombées malades, dont 55 enfants, et deux sont décédées.

Or, cette bactérie est naturellement présente dans notre microflore digestive. La plupart des souches d’E. coli sont inoffensives pour l’homme. Mais d’autres peuvent provoquer des infections ou être porteurs de gènes de résistance aux antibiotiques. Parmi les souches pathogènes, E. coli entérohémorragique ou EHEC. Ils sont responsables d’infections alimentaires parfois graves. Principalement chez les jeunes enfants et les personnes âgées.

En France, l’aliment le plus souvent en cause dans les foyers est le bœuf haché (consommé cru ou insuffisamment cuit). Ainsi que quelques fromages au lait cru.

Afin de mieux décrire ce danger, l’Agence nationale de l’alimentation, de la protection de l’environnement et de la santé et de la sécurité au travail (Anses) définit les souches EHEC les plus souvent associées aux formes graves et développe des méthodes de biologie moléculaire pour leur détection rapide dans les aliments. L’agence procède également à des évaluations des risques dans l’ensemble de la chaîne alimentaire et émet des recommandations aux experts, aux organismes gouvernementaux et aux consommateurs pour réduire le risque de maladie.

Dernier cas en date d’Escherichia coli : une possible contamination des pizzas surgelées – notamment celles de la marque Buitoni – dont la consommation a provoqué 58 cas d’infection grave (dont deux décès). Cultivez cette bactérie. https://t.co/BEr127jYyR

– Science et vie (@science_and_life) 2 avril 2022

Le danger des E. coli entérohémorragiques

Le danger des E. coli entérohémorragiques

E. coli est une entérobactérie ! C’est-à-dire une bactérie présente dans le tube digestif des humains et des animaux à sang chaud. Il existe de nombreuses espèces ou souches qui sont pour la plupart inoffensives. Certaines sont cependant pathogènes. Ce sont des souches qui ont acquis des gènes de virulence qui leur confèrent des propriétés spécifiques.

Parmi les souches pathogènes, E. coli entérohémorragique est responsable de divers troubles. Allant de la diarrhée légère aux formes sévères. Lire aussi : Insécurité alimentaire : un Africain sur cinq aura faim en 2021. Comme la diarrhée hémorragique qui peut évoluer vers de graves lésions rénales. Comme le syndrome hémolytique et urémique (SHU).

Ces souches bactériennes colonisent le tube digestif du patient et libèrent une toxine dans les intestins (la shigatoxine, également appelée vérotoxine). Il est ensuite transporté par le sang vers ses organes cibles, où il sera responsable de lésions vasculaires aux niveaux intestinal, rénal et cérébral.

Les E. coli entérohémorragiques (EHEC) sont également appelés STEC ou VTEC (pour Shigatoxin/Verotoxin-producer E. coli) en raison de la production d’une toxine appelée Shigatoxin/Verotoxin.

L’exposition à un très petit nombre de cellules de cette bactérie peut être suffisante pour provoquer une infection. Pour les enfants de moins de 5 ans, l’apport de 500 bactéries est associé à une probabilité très élevée de déclencher la maladie. En comparaison, d’autres bactéries pathogènes telles que la salmonelle nécessitent des doses 10 à 100 fois plus élevées.

Les premiers symptômes apparaissent en moyenne 3 à 4 jours après l’ingestion de la bactérie et sont gastro-intestinaux : crampes abdominales et diarrhées d’abord aqueuses puis sanglantes. Les patients ont peu ou pas de fièvre.

La maladie évolue vers le syndrome hémolytique et urémique (SHU) dans 5 à 8 % des cas. Les symptômes du SHU apparaissent généralement dans les sept jours suivant le début de la diarrhée. Les signes évocateurs sont une grande fatigue, une pâleur et une diminution du volume des urines. Le SHU nécessite un traitement hospitalier avec, pour les formes les plus sévères, dialyse et/ou transfusion sanguine.

Des complications neurologiques graves peuvent survenir dans 25 % des cas de SHU. Et une insuffisance rénale chronique a été observée chez 50% des survivants. La létalité du SHU chez l’enfant varie de 3 à 5 % dans la littérature scientifique, et selon les données de surveillance française elle est de 1 %.

Caractéristiques des infections à EHEC. Chronologie de l’apparition des symptômes et de leurs degrés de gravité possibles (diarrhée simple à sanglante, avec risque de séquelles, décès, etc.).

Les populations les plus à risque de développer des symptômes ou des formes plus sévères de la maladie (diarrhée sanglante, SHU) sont les enfants jusqu’à 15 ans (surtout les moins de 5 ans) et les personnes âgées. Chaque année, environ 140 cas de SHU de l’enfant sont déclarés à la santé publique française.

Sur le même sujet :
Chaîne TV7 : La santé d’abord La Santé d’abord Programme multimédia pour…

Où et quand se produisent les contaminations ?

Où et quand se produisent les contaminations ?

Les ruminants, en particulier les bovins, sont des porteurs sains de ces bactéries. Les bactéries présentes dans leurs excréments peuvent ainsi contaminer les produits animaux (viande et produits laitiers) et l’environnement (sol, eau).

La principale voie de transmission de l’EHEC est la consommation d’aliments ou d’eau contaminés. La contamination se produit, par exemple, dans un abattoir de viande (par des restes ou après avoir retiré les entrailles d’animaux), ou lors de la traite pour le lait, en particulier lorsque les mesures d’hygiène ne sont pas appliquées.

Pour les plantes, cette contamination peut se produire lorsque du fumier ou des eaux usées de bétail sont répandus sur le sol où elles sont cultivées, ou lorsque de l’eau d’irrigation contaminée est utilisée.

L’eau potable peut être contaminée accidentellement ou par manque d’eau potable. Enfin, les aliments peuvent être contaminés lors de la préparation en raison d’une mauvaise hygiène des mains.

D’autres voies de contamination sont également possibles ! Contact avec des animaux porteurs. Par exemple, lors de visites de fermes. Ou pendant l’activité de nager dans l’eau sale. La transmission interhumaine est également possible, par voie féco-orale. Elle survient principalement dans un milieu familial ou dans des communautés de petits enfants (crèche).

Le cycle de transmission et de contamination des aliments par les ruminants porteurs de bactéries pathogènes.

E.coli : le gros rappel des pizzas Buitoni surgelées de la gamme Fraîch'up
Ceci pourrez vous intéresser :
« Au nom du principe de précaution », l’enseigne de pizzas surgelées Buitoni a…

Les aliments impliqués dans les épidémies

Les aliments impliqués dans les épidémies

Le principal aliment impliqué dans les épidémies d’infections à EHEC est le bœuf haché insuffisamment cuit. Mais aussi des produits laitiers non pasteurisés, comme le lait cru et le fromage au lait cru. Légumes crus tels que laitue, jeunes pousses, graines germées. Ou même des jus de fruits, des légumes non pasteurisés et de l’eau potable sale.

Dix foyers d’infections à EHEC ont été détectés et investigués en France entre 2005 et 2020. Six d’entre eux étaient liés aux fromages au lait cru. Les fromages incriminés étaient des pâtes molles à croûte mousseuse. Comme le camembert, le brie. Et les pâtes pressées non cuites à affinage court comme le Reblochon et le Saint-Nectaire. Trois liés au boeuf haché et un aux graines germées.

La farine peut aussi être contaminée ! La consommation de pâte crue ou insuffisamment cuite (pâte à biscuits, pâte à pizza) a récemment été à l’origine d’épidémies. Notamment aux Etats-Unis, au Canada et depuis peu en France. En 2022, des pizzas surgelées contaminées ont été identifiées comme étant à l’origine de 56 cas (55 enfants et un adulte) survenus entre janvier et avril 2022.

Avec le Turbo Cuisine, Moulinex lance un multicuiseur plus abordable que le Cookeo
Lire aussi :
Moulinex élargit sa gamme de multicuiseurs avec Turbo Cuisine. Contrairement à Cookeo,…

Comment prévenir les infections ?

Tout au long de la chaîne alimentaire (culture, transformation, distribution), les professionnels de l’agroalimentaire doivent appliquer les bonnes pratiques d’hygiène. Et des mesures spéciales pour le contrôle de la contamination. Des autocontrôles doivent également être effectués pour contrôler et confirmer l’efficacité des mesures mises en place.

En cas de détection de bactéries dans les aliments et/ou de survenue de cas chez l’homme, des mesures de retrait et/ou de rappel des produits mis sur le marché peuvent être engagées en coopération avec les pouvoirs publics. La liste des produits soumis à la procédure de rappel est consultable sur le site rappel.conso.gouv.fr.

Au niveau du consommateur, la prévention des infections à EHEC par l’alimentation repose essentiellement sur le respect des règles d’hygiène et l’évitement de certains aliments ou modes de consommation, notamment pour les populations les plus sensibles.

Par conséquent, les consommateurs peuvent éviter les infections en appliquant les mesures suivantes :

En conclusion, les complications des infections à EHEC sont rares. Mais ils sont graves et touchent surtout les jeunes enfants et les personnes âgées en France. Comme pour toutes les infections d’origine alimentaire, la stratégie de réduction des risques repose fondamentalement sur la prévention de la contamination tout au long de la chaîne alimentaire avant la livraison au consommateur.

Les agences de santé comme l’Anses travaillent à déterminer les mesures les plus efficaces pour réduire le risque de maladie. Les consommateurs ont cependant un rôle clé en appliquant des mesures d’hygiène simples et en évitant, pour les populations sensibles, la consommation de certains aliments.

Article initialement publié sur The Conversation. lire l’article d’origine.

Ceci pourrez vous intéresser :
Nous avons tous entendu le dicton « une pomme par jour éloigne le…

À Lire  Hydrocolloïdes pour le marché de l'alimentation animale - Androidfun.fr