Écouteurs, assurances, comportements dangereux… la police multiplie les contrôles sur les trottinettes à Angers

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Les autorités ont procédé ces derniers jours à des contrôles très médiatisés des conducteurs de scooter dans le Maine-et-Loire. Depuis septembre dernier, il y a eu plus de 50 blessés sur la voie publique, ce qui représente 10% de tous les blessés (piétons, voitures, vélos, trottinettes…) sur la route.

Si les premières interventions visaient à sensibiliser les « pilotes », les contrôles réguliers de la police à Angers se terminent par des sanctions financières. « On passe de la prévention à la répression », explique Jeanne Robinson-Behre, adjointe de sécurité à la ville d’Angers. En collaboration avec la préfecture du Maine-et-Loire, la collectivité s’est récemment impliquée dans la semaine de la sécurité routière en accompagnant la jeunesse angevine aux bonnes pratiques.

Les règles d’utilisation des trottinettes électriques, appelées « engins de transport personnels motorisés » (EDPM), sont souvent méconnues des usagers. « Très peu d’entre eux savent, par exemple, qu’ils sont obligés d’assurer leur véhicule », explique Nathalie Gimonet, directrice du cabinet du préfet du Maine-et-Loire. Là aussi, les règles sont strictes : s’ils roulent sur le trottoir, la vitesse d’un piéton est de 4 ou 5 km/h. « La circulation sur la chaussée n’est autorisée que dans les agglomérations », prévient le policier. La circulation est donc interdite en campagne, sauf sur les pistes cyclables, si elles existent.

Responsabilité d’assurance non reconnue

Les règles d’utilisation des trottinettes électriques, appelées « engins de transport personnels motorisés » (EDPM), sont souvent méconnues des usagers. « Très peu d’entre eux savent, par exemple, qu’ils sont obligés d’assurer leur véhicule », explique Nathalie Gimonet, directrice du cabinet du préfet du Maine-et-Loire. Là aussi, les règles sont strictes : s’ils roulent sur le trottoir, la vitesse d’un piéton est de 4 ou 5 km/h. « La circulation sur la chaussée n’est autorisée que dans les agglomérations », prévient le policier. La circulation est donc interdite en campagne, sauf sur les pistes cyclables, si elles existent.

À Lire  VIDÉO - Il devient malin et explose la transmission de sa BMW

De 35 euros à 1500 euros d’amende

La réglementation pour les trottinettes électriques est déjà très précise : les trottinettes sont interdites aux moins de 12 ans, rouler à plusieurs (une seule personne), utiliser des écouteurs, parler au téléphone, rouler sur les trottoirs est interdit, l’amende est de 35 euros.

Si vous dépassez 25 km/h, vous risquez une amende de 1 500 euros. Et en cas de défaut d’assurance, l’amende peut monter à 400 euros avec confiscation du véhicule. Et les scooters sont autorisés sur les routes et les pistes cyclables.

Les infractions peuvent donc être cumulées : à chaque fois une amende d’au moins 35 euros pour avoir enfreint le code de la route. Quant au débouclage, il est interdit s’il permet à ces véhicules de circuler à une vitesse supérieure à 25 km/h, qui est la vitesse maximale autorisée pour ces engins. Enfin, chaque machine doit être équipée de feux avant et arrière, de réflecteurs sur les roues et d’un klaxon.

Chaque jour, la rédaction apporte sa série quotidienne d’informations angevines pour vous apporter le top de l’actualité du jour. Si vous avez une information urgente et pratique, n’hésitez pas à nous la transmettre à redaction@my-angers.