Elle bat sa rivale et la traîne dans sa voiture

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

ST DENIS. Alison a été condamnée hier pour ces actes d’une rare violence, commis sur fond de tromperie présumée. La scène a été filmée par un garçon de 16 ans.

« Je me demandais comment cela allait se terminer. Quand je mourrai. » Dès le 26 décembre, la victime se dit traumatisée. Littéralement « détruite » par sa rivale, pour reprendre les mots du substitut du procureur, Philippe Leonardo, qui se dit « sidéré » par ce dossier. Une agression sur fond de jalousie amoureuse, de tromperie supposée. La victime aurait entretenu une relation avec l’ancien compagnon d’Alison, qui a comparu hier devant le tribunal de Saint-Denis.

Le lendemain de Noël, l’accusé de 21 ans lui tombe dessus en compagnie d’une poignée de personnes. Dont un mineur de 16 ans qui filme la scène. À la faible jeune femme, Alison l’a frappée et frappée à plusieurs reprises au visage, au ventre et lui a fracassé la tête contre la tôle du véhicule. Le son du choc est également facilement reconnaissable dans la vidéo qui se révèle à l’audience. Attrapée par les cheveux, la victime est alors inévitablement jetée dans la voiture, avec le bébé de l’agresseur à l’intérieur. Ensuite, le petit groupe s’assoit pour retirer l’enfant. A l’intérieur, le cauchemar continue. Elle est menacée de se déshabiller puis de se promener rue du Port. Elle est détenue par les individus tout en subissant de nouveaux passages à tabac, avant d’être finalement relâchée, sur les conseils de la belle-mère d’Alison qui assiste à une partie de la scène.

« J’avais trop de haine. » Au sommet, la jeune femme reconnaît partiellement les faits. Ni la présence de son enfant dans la voiture, ni les dangers d’aucune sorte. Elle ne cesse de s’excuser. Se sentir « humiliée » par la situation lui faisait peur, dit-elle. « J’ai tout fait pour ce mec », s’exclame la mère de deux enfants. « Ce n’était pas sa faute, mais malheureusement tout lui est tombé dessus. » Elle demande au tribunal la clémence.

À Lire  PARIS : Lutter contre les dérives de l'intérim médical » Lettre économique et politique de la PACA

La victime sort avec 5 jours d’ITT, des hématomes à l’oeil, un nez cassé, plusieurs contusions. Une scène de violence digne du « Far West », plaide le procureur de la République. « Je n’ai pas vu d’empathie pendant le procès. Heureusement, elle s’excuse aujourd’hui. Elle nous dit maintenant qu’elle veut reprendre sa vie. Non, mais attendez, qu’est-ce que c’est ? », a proclamé Philippe Leonardo, à côté de lui-même. Il demande un an de prison, dont dix mois avec sursis, avec mandat.

Pour la défense, Me Catherine Moissonnier demande de ramener ce dossier à une mesure plus juste. Avec une prévenue au casier vierge, mère de deux jeunes enfants qui n’ont pas reconnu leur père. Que deviendront-ils si leur client va en prison ? « Ses regrets sont sincères. Elle a eu peur, a vu rouge. » A l’issue de l’audience, Alison a été condamnée à un an de prison, dont dix mois avec sursis. Elle est détenue chez elle, avec un bracelet électronique, et doit indemniser sa victime jusqu’à 2 000 euros.