Emprunter des crédits : 7 conseils pour obtenir le meilleur taux

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Publié le 4 avril 2022 à 06h45 Mis à jour le 4 avril 2022 à 18h14.

Les banques régulières présentent leurs barèmes de crédit qu’elles mettent à jour régulièrement – toutes les deux semaines ou tous les mois – avec une corrélation à l’évolution de l’OAT 10 ans qui devient la référence. Et maintenant, c’est la valse du label. Ces derniers mois, nous avons constaté une augmentation significative des prix en raison de la hausse rapide des prix de l’argent à long terme sur le marché (effet des garanties de guerre en Ukraine).

Cependant, ces taux officiels ne sont souvent pas pratiqués.

Pour attirer de nouveaux clients, les banques sont souvent disposées à proposer des tarifs bien moins chers que ce qu’elles affichent en vitrine. Mais pas tous dans le même bateau. Pour taquiner la banque, vous devez constituer un dossier en vous montrant sur votre meilleur profil. Ce sont 7 points qu’ils devraient considérer attentivement avant de donner une réponse.

1. Attendre un CDI

1. Attendre un CDI

Peu intéressée par le risque, la banque apprécie surtout les porteurs de CDI et est dotée d’une certaine ancienneté dans leur travail. Voir l’article : Construire sa maison entre rêve et cauchemar : utiliser le contrat de construction de maison individuelle (CCMI) | EUROJURIS. Cela lui donne une visibilité sur la stabilité des revenus et la possibilité pour les clients de rembourser leurs prêts sans souci.

Le niveau de revenu est également un facteur important. « A niveau de revenu similaire, les jeunes auront toujours un meilleur niveau auprès de la banque que les candidats plus âgés. Sachant qu’à partir de 100 000 € par an en Ile-de-France et 80 000 € en province, les candidats bénéficieront des meilleurs tarifs sur la grille », a déclaré Pierre Chapon, co-fondateur de Pretto.

À Lire  Delphine Jubillard : ce surnom farfelu et inattendu de son amant sur un site de rencontre

2. Limiter son taux d’endettement

2. Limiter son taux d'endettement

Mieux vaut éviter les dossiers dont le taux d’endettement maximum est trop élevé, proche du plafond de 35% (assurance emprunteur comprise). Pour une banque, un client peu endetté aura la capacité d’épargne potentielle pour investir dans des services et produits financiers.

Kanye West fait une apparition surprise aux BET Awards 2022 pour honorer Diddy
Sur le même sujet :
Kanye West a fermé sa « maison » avec une apparition surprise lors de…

3. Gonfler l’apport personnel

3. Gonfler l'apport personnel

Acompte est actuellement exigé par la banque au moins au moins 10%. Il vous permet de régler comptant les frais dits de notaire et les garanties financières (caution, hypothèque). Cependant, plus il faut injecter de fonds dans l’opération, plus le prêteur l’appréciera. « Dès que l’apport atteint ou dépasse 20%, le taux d’intérêt est proposé à la baisse », détermine Alban Lacondemine, président et fondateur d’Emprunt Direct. Si en plus des apports personnels, le candidat au prêt s’engage à transférer tout ou partie de son épargne à sa prochaine banque, cela reste un bon point à déposer.

Plomberie, électricité… : voici pourquoi les prix de vos travaux s'envolent, on vous dit tout
Ceci pourrez vous intéresser :
Travaux : La situation géopolitique à l’origine de la hausse des prix…

4. Présenter des comptes impeccables

4. Présenter des comptes impeccables

Pour prouver qu’il est plus une fourmi qu’une cigale, le candidat au prêt aura intérêt à présenter un compte bancaire non résiliable, au moins pendant 3 mois avant la transaction immobilière. Le solde du compte doit toujours être créditeur, sans occurrence de paiement au compteur, ni rejet de chèques ni découverts répétés. Pour limiter les frais récurrents, il est recommandé de fixer en amont des « petits » crédits (revolving, consommation, personnel, etc.) et de supprimer les abonnements et autres frais superflus.

À Lire  La construction de terre vieillie à Coaticook perturbe l'environnement

Voir l’article :
Publié le 17 mai 2022 sur 13.06, mis à jour le 17…

5. Surveiller le « saut de charges »

5. Surveiller le « saut de charges »

Pour les primo-accédants, le « saut de charge » – autrement dit la différence entre le montant du loyer et la future mensualité – sera suivi par la banque pour effectuer un changement de statut, de locataire à propriétaire – non. trop interférer avec leurs finances. Il vaut mieux que le « jump load » soit limité ou inexistant.

6. Jouer sur l’assurance

Les banques exercent des marges faibles sur les crédits immobiliers, elles feront tout au moment de contracter un prêt pour « revendre » leur assurance « habitation » (assurance emprunteur, multirisque habitation, auto, etc.).

Cet élément fait partie du jeu de l’amande et du banquier. Si le futur emprunteur accepte tout ou partie de cette proposition commerciale, cela pourrait marquer un point en sa faveur. Il sera temps pour l’année prochaine de prendre la même couverture ailleurs.

7. Faire jouer la concurrence

Étonnamment, ce n’est jamais (ou presque) la banque elle-même qui présenterait immédiatement le niveau le plus bas. Il vaut mieux contourner la concurrence pour obtenir une offre plus agressive d’autres établissements afin d’accepter de s’aligner. Et si ce n’est pas le cas, des changements de banque seront nécessaires. Approcher différents réseaux par eux-mêmes et négocier peut prendre tout sauf du temps.

Une solution alternative consiste à utiliser les services d’un courtier. Étant un expert dans ce mystère de financement complexe, ce « pro » explorera le marché et négociera pour vous. Lorsque l’affaire est conclue par son intermédiaire, il empochera les frais de dossier (1% du montant du prêt) payés par l’emprunteur.