EN DIRECT – Ukraine : explosions dans un dépôt de munitions en Crimée, trois pays européens privés de pétrole russe

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

19h30 NT. Washington a débloqué 89 millions de dollars pour retirer l’Ukraine.

Le ministère de la Défense a annoncé ce soir que le gouvernement des États-Unis dépensera 89 millions de dollars pour aider l’Ukraine à détruire les mines antipersonnel qui, selon eux, ont été posées par l’intention des soldats russes dans les zones civiles du nord du pays avant de partir en mars. .

« Les Russes ont utilisé ces obstacles de manière déraisonnable et violente, faisant des victimes civiles, endommageant gravement les infrastructures publiques et détruisant une grande partie du territoire de l’Ukraine avec des explosifs et du personnel anti-mines », a déclaré le responsable, qui a demandé non. d’être nommé.

Citant les autorités ukrainiennes, le responsable américain a déclaré que lorsque les Russes se sont retirés du nord de l’Ukraine, « ils ont caché les matériaux et les pipelines capturés dans des zones de stockage de nourriture, des coffres de voitures, des machines à laver, des portes, des lits d’hôpitaux et même les corps des victimes de la attentats ».

Il a donné l’exemple d’une famille de Boutcha, une zone proche de Kiev qui a fait preuve de violence après le départ de soldats russes, qui a trouvé une bombe dans le piano de leur fille de 10 ans.

Le gouvernement ukrainien a désamorcé 160 000 engins explosifs depuis fin mars, mais on estime que 5 millions de personnes vivent actuellement dans des zones criblées d’explosifs et de mines, selon le responsable du département d’État.

Les 89 millions de dollars du budget sont destinés uniquement aux mines, pas aux séminaires que les Ukrainiens ont mis en place en mer Noire pour se protéger contre une agression russe, qui perturbe l’exportation de céréales ukrainiennes, a-t-il déclaré.

L’argent ne sera pas donné au gouvernement ukrainien pour financer des projets, mais servira à embaucher, former et équiper directement des spécialistes d’entreprises privées et d’ONG, a-t-il expliqué, notamment le groupe de conseil Mines ou la société du New Jersey Tetra Tech. CE.

Le responsable américain a souligné qu’ils retireront toutes les mines, quelle que soit leur origine, mais il a cité un récent rapport de l’ONG Human Rights Watch concernant l’Ukraine, pays signataire du traité international interdisant les mines antipersonnel, « semble respecter ». ses obligations ».

19h29 NT. Le président des États-Unis a signé le décret approuvant l’entrée de la Finlande et de la Suède dans l’OTAN.

Au cours d’une cérémonie solennelle à la Maison Blanche, le président Joe Biden a signé l’accord confirmant l’entrée de la Finlande et de la Suède dans l’OTAN. Dans un discours, le président a souligné que leur entrée dans l’Alliance augmentera la sécurité de l’Amérique et de l’Europe.

23 pays ont approuvé l’autorisation des deux pays nordiques, seul l’accord des sept autres membres (Espagne, Portugal, République tchèque, Hongrie, Grèce et Turquie) reste pour l’aboutissement du processus.

16h50 NT. L’agence mondiale de santé Unitaid a constaté une augmentation des naissances prématurées dans les centres de santé en Ukraine.

L’invasion russe de l’Ukraine « a provoqué le stress des femmes enceintes, ce qui entraîne une augmentation du nombre de naissances », a déclaré le porte-parole d’Unitaid, Hervé Verhoosel, lors d’une conférence de presse à Genève.

« Les bébés nés prématurément sont plus susceptibles de développer des complications, des névroses ou des maladies – des conditions qui nécessitent souvent une oxygénothérapie », a-t-il expliqué.

La guerre en #Ukraine a augmenté le nombre de naissances. Les bébés prématurés sont plus susceptibles aux complications nécessitant de l’oxygène pour le traitement. L’agence de santé @UNITAID a fourni des centaines d’appareils vitaux aux hôpitaux ukrainiens. pic.twitter.com/nGyHsZiyTb

Unitaid a envoyé 220 machines de gestion de l’oxygène et 125 systèmes de mélange d’oxygène mr (pour contrôler son administration). Il est maintenant disponible dans 25 centres à travers le pays, dont 17 sont des centres pour bébés.

« Dans certains hôpitaux rencontrés par nos collègues lors de formations sur l’utilisation du matériel, il y a eu une augmentation de 12 à 40% », explique Hervé Verhoosel.

« Mais il faut relativiser un peu les choses. Pour l’instant, vu la situation, beaucoup de bébés traditionnels sans complications ne se font pas à l’hôpital, ce qui est plus difficile. L’augmentation est réelle », explique-t-il à l’AFP.

Le conflit en Ukraine a endommagé ou détruit de nombreux hôpitaux. « Cela expose des milliers de nouveau-nés à un risque élevé d’invalidité ou de décès en raison du manque d’accès à l’oxygène, à un équipement approprié et à un traitement essentiel », a déclaré un représentant d’Unitaid.

À ce jour, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé 434 attaques contre les services de santé depuis l’invasion russe de l’Ukraine, dont 366 ont touché des hôpitaux.

16h01 NT. La livraison de pétrole russe via l’Ukraine a été interrompue.

La livraison de pétrole russe à trois pays européens via l’Ukraine a été perturbée après le rejet d’une transaction bancaire liée aux sanctions contre Moscou, a annoncé la compagnie russe chargée du transport des hydrocarbures.

Dans un communiqué, Transneft a expliqué que son paiement pour le droit de transiter par l’Ukraine pour le mois d’août, effectué le 22 juillet, avait été rejeté le 28 juillet en raison de l’application de certaines sanctions contre Moscou. .

En conséquence, la société ukrainienne UkrTransNafta « a cessé de fournir des services de transport de pétrole à travers le territoire ukrainien à partir du 4 août », a déclaré Transneft.

Ces livraisons se font par une branche du gazoduc Druzhba, qui signifie « ami » en russe, passant par l’Ukraine et desservant trois pays européens enclavés, la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque.

La livraison en Pologne et en Allemagne, via une autre succursale de Druzhba via la Biélorussie, « se poursuit comme d’habitude », a déclaré Transneft.

Le transport de pétrole par l’oléoduc Druzhba est suspendu depuis plusieurs jours, mais la raffinerie Slovnaft à Bratislava continue de fonctionner et d’approvisionner le marché, a assuré le porte-parole de la société slovaque Anton Molnar, dans un réseau social.

« Selon nos informations, il y a des problèmes techniques au niveau des comptes liés au paiement des factures de transport côté russe », a-t-il dit.

Selon lui, Slovnaft a entamé des discussions avec l’Ukraine et la Russie sur une opportunité pour l’usine hongroise de MOL et pour Slovnaft de payer les frais de transport, ce qui permettra au pétrole de reprendre.

14h36 NT. Plus de 3 000 civils ont été évacués de l’est de l’Ukraine en une semaine.

« Au cours des six derniers jours, 3 000 personnes ont été expulsées, dont près de 600 enfants et 1 400 femmes. L’expulsion se poursuit », a déclaré Kyrylo Timochenko, chef adjoint de l’administration présidentielle, sur sa chaîne Telegram.

À Lire  Logement en Algérie : comment bien vendre sa maison lors de la visite ?

Il a indiqué que plus de 1,3 million de personnes ont été évacuées de la zone depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine en février et qu’il y a désormais « une population de 350.000 personnes, dont 50.000 enfants, sur le territoire de la région ».

Kyiv exhorte le public à quitter la région depuis des mois avec l’urgence en cours, de nombreuses personnes refusant de partir en invoquant des raisons financières ou en disant qu’elles n’ont nulle part où aller.

Fin juillet, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé que la décision était prise de forcer l’évacuation de la région de Donetsk, notamment en prévision de l’hiver, en raison de la destruction des réseaux de distribution. Les gaz sont dangereux pour l’usage des bâtiments.

Au cours des dernières 24 heures, trois civils ont été tués et 19 blessés à la suite de combats dans la région, a annoncé aujourd’hui la présidence.

Après avoir conquis la quasi-totalité de la région de Lougansk, l’offensive russe s’est concentrée sur la région voisine de Donetsk, avec un accent particulier sur la prise de Kramatorsk, sa principale ville sous domination ukrainienne. Cependant, les progrès de la Russie sont très lents.

14h05 TU Les obsèques de 15 civils tués lors des récentes attaques russes ont eu lieu ce matin à Boutcha.

Quatorze hommes et une femme ont été enterrés ce matin à Boutcha. Tous les corps présentaient des signes de violence, a déclaré le conseiller du maire de Skoryk-Shkarivska.

13h21 NT. De fortes explosions ont été entendues près de l’aérodrome russe de Novofedorivka, en Crimée.

Trois témoins ont déclaré à Reuters avoir entendu de fortes explosions et vu des nuages ​​de fumée près de la base militaire russe de Novofedorivka, en Crimée. Les photos sont également publiées sur les réseaux sociaux.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montraient une boule de feu créée après une puissante explosion, tandis qu’une épaisse fumée noire s’élevait dans le ciel et effrayait les touristes de quitter la plage voisine.

« Un grand nombre de munitions destinées à l’avion ont explosé dans un entrepôt sur le territoire de l’aérodrome de Saki, près de la ville de Novofyodorovka », a indiqué l’armée russe dans un communiqué.

La zone en question n’est la cible d’aucun tir ou attaque, a-t-il ajouté, sans élucider la cause de ces incidents.

Dans un premier temps, l’armée russe a confirmé que personne n’avait été tué dans l’explosion. Mais plus tard dans la journée, le chef de la Crimée, Sergei Aksionov, a fait état d’un décès. « Malheureusement, une personne a été tuée. J’adresse mes plus sincères condoléances à ses proches », a-t-il écrit sur Telegram.

De son côté, le ministre de la Santé de Crimée, Konstantin Skorupsky, a déclaré que cinq personnes avaient été blessées, dont un enfant.

Trente personnes ont été évacuées de Novofiodorovka, selon les autorités locales.

Il n’y a pas longtemps, ils annonçaient « un certain nombre d’accidents » survenus près de l’aéroport militaire, sans en expliquer la raison.

La Crimée, péninsule ukrainienne annexée en 2014 par Moscou, est en première ligne de l’offensive militaire russe contre son voisin ukrainien depuis le 24 février.

Des avions russes partent presque tous les jours de Crimée pour frapper des cibles dans les régions sous contrôle de Kyiv et certaines parties de cette péninsule sont à portée de missiles et de drones ukrainiens.

13h55 NT. Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, inspecte les troupes américaines stationnées en Lettonie.

Lloyd Austin est arrivé ce matin à Riga pour une visite de deux jours, accueilli par son homologue letton Artis Pabkris.

12h43 La France interdit l’accès de certains sites touristiques aux visiteurs russes.

Fin juillet, le cabinet du ministre de la Défense a refusé l’entrée du château de Vincennes à deux Russes, ce qu’il regrette aujourd’hui, estimant qu’il n’y a « aucune information ».

Ce bâtiment, situé au sud-est de Paris, abrite principalement l’un des centres du Service historique de la Défense (SHD), ses bibliothèques et archives sont accessibles au public sous certaines conditions.

L’une des deux jeunes femmes, une journaliste professionnelle de 31 ans, a témoigné à l’AFP qu’elle était « mécontente » de cette interdiction. Arrivé en France « il y a cinq mois », il a « correctement » fui la Russie car il était « contre la guerre », a-t-il dit.

Lundi, le département du ministère des Armées a confirmé cette sanction par une « ordonnance interne » prise « après l’invasion de l’Ukraine » pour limiter « l’accès aux installations militaires du département » aux citoyens russes.

Aujourd’hui, le cabinet du ministre des Armées, Sébastien Lecornu, a contacté l’AFP pour expliquer sa réponse, assurant que les zones touristiques qui dépendent du ministère sont toujours ouvertes aux Russes.

L’incident du château de Vincennes relève donc d’une « demande neutre » de la loi promulguée « en février pour toutes les installations militaires », a expliqué le cabinet.

« Il n’y a pas de mot qui (cette loi) ne puisse être utilisé de la même manière pour les grands bâtiments comme les lieux recevant du public comme les musées », a-t-il insisté.

Le Château de Vincennes mais aussi le Musée de l’Air et de l’Espace, les Invalides… peuvent toujours accueillir touristes et voyageurs de Russie.

« Le ministre des Armées a demandé de clarifier cet arrêté avec les représentants de ces lieux pour éviter tout trouble » comme le Château de Vincennes, a ajouté son cabinet, qui n’a pas eu connaissance d’un autre cas. égal.

En revanche, l’accès aux « logements spéciaux » est sévèrement limité pour les Russes depuis février.

12h25 Le Kremlin a critiqué l’appel de Zelensky à fermer les frontières aux Russes

Dans une interview au Washington Post publiée lundi, Volodymyr Zelensky estime que « la punition la plus importante est de fermer les frontières, car les Russes sont en train d’exproprier le territoire à un autre peuple ».

Indépendamment de leurs opinions politiques, les Russes doivent « vivre dans leur propre monde jusqu’à ce qu’ils changent de philosophie », a-t-il ajouté dans cette interview.

« L’inexactitude d’une telle pensée dépasse toutes les limites et peut provoquer une réaction négative », a répondu aujourd’hui le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

« Toute tentative d’isoler des Russes ou des Russes n’a aucune chance d’aboutir (…) Ces plans ne sentent pas bon », a-t-il ajouté.

Après la demande de Volodymyr Zelensky, le Premier ministre estonien Kaja Kallas a exhorté aujourd’hui les pays européens à cesser de délivrer des visas touristiques aux Russes qui souhaitent se rendre en Europe. », a-t-il déclaré sur Twitter.

À Lire  Chiché. Garderie, Pédibus et travail parmi les dossiers

Arrêtez de délivrer des visas touristiques aux Russes. Visiter l’#Europe est un privilège, pas un droit humain. Les voyages en avion depuis le Royaume-Uni ont été suspendus. Cela signifie que si les visas sont délivrés par les pays Schengen, les frontières russes supportent la charge (FI, EE, LV – uniquement disponibles). C’est le moment d’arrêter le tourisme en provenance de Russie

En réponse, l’ancien président russe Dmitri Medvedev a qualifié Kaja Kallas de « nazie ».

10h57 TU. L’approvisionnement en pétrole russe via l’Ukraine a été interrompu (compagnie russe).

L’approvisionnement en pétrole russe de certains pays européens via l’Ukraine a été perturbé après le rejet d’une transaction bancaire, a annoncé la société russe chargée du transport des hydrocarbures, Transneft.

Ces livraisons via la branche du gazoduc Druzhba, qui dessert notamment la Hongrie, « sont interrompues depuis le 4 août », a indiqué Transneft dans un communiqué.

09h26 GMT. Deux nouveaux navires remplis de céréales ont quitté l’Ukraine.

Deux nouveaux navires chargés de 70.000 tonnes de céréales quittent le port ukrainien de Chornomorsk sur la mer Noire, dans le cadre de l’accord sur la reprise des exportations de Kiev, a annoncé le ministère du Développement de l’Ukraine.

« Deux navires ont quitté le port de Chornomorsk avec une cargaison totale de 70 000 tonnes », a déclaré sur sa chaîne Telegram.

La Russie et l’Ukraine ont signé le 22 juillet deux accords distincts, approuvés par la Turquie et l’ONU, qui autorisent l’exportation des céréales ukrainiennes bloquées depuis le 24 février et celles des produits agricoles de la Russie malgré les sanctions occidentales.

De nombreux navires ont déjà quitté l’Ukraine ces derniers jours.

09h00 GMT. (Re)voir Ukraine : les soldats de la légion internationale sont déçus.

5h57 GMT. En cet anniversaire de la bombe atomique de Nagasaki, le maire de la ville marture tire la sonnette d’alarme contre la menace nucléaire.

Le 9 août 1945, Nagasaki a été détruite par un incendie dévastateur qui a tué 74 000 personnes, trois jours après la première attaque nucléaire au monde sur Hiroshima.

Les deux attaques des États-Unis ont conduit à la fin de la Seconde Guerre mondiale et, à ce jour, le Japon est le seul pays qui a été visé par des armes atomiques en temps de guerre.

L’utilisation des armes nucléaires n’est pas une peur infondée, mais un danger réel et présent. Tomihisa Taue, maire de Nagasaki

Aujourd’hui, le maire de Nagasaki Tomihisa Taue a tiré la sonnette d’alarme. « En janvier de cette année, les dirigeants des États-Unis, de la Russie, de la Grande-Bretagne, de la France et de la Chine ont publié une déclaration conjointe affirmant qu’une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée », a-t-il déclaré.

« Mais, au début du mois suivant, la Russie a attaqué l’Ukraine. Des menaces d’utiliser l’arme nucléaire ont été proférées, secouant le monde entier. L’utilisation de l’arme nucléaire n’est pas une peur infondée, mais c’est une crise réelle et actuelle », a-t-il ajouté. a déclaré le maire de Nagasaki.

Il a averti que ces armes pourraient être causées par une erreur judiciaire, un échec ou des attentats terroristes.

Un appel a été lancé par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

Cela fait 77 ans que le champignon atomique s’est élevé au-dessus de Nagasaki.

Encore une fois, l’homme joue avec une arme chargée.

L’abolition des armes nucléaires est la seule garantie qu’elles ne seront plus jamais utilisées.

Des survivants de Nagasaki, des citoyens japonais et des dignitaires étrangers ont tenu une prière silencieuse à 11 h 02, l’heure exacte à laquelle la bombe atomique a été larguée sur la ville japonaise. .

02h00 GMT. La Russie lance un satellite iranien sur fond d’accusations en Ukraine.

La Russie est censée mettre en orbite un satellite de surveillance iranien, l’annonce suscite des inquiétudes. Certains responsables occidentaux craignent que Moscou ne l’utilise pour soutenir son attaque contre l’Ukraine, ce que Téhéran a rejeté.

Le lancement du satellite distant Khayyam par la fusée Soyouz est prévu depuis le cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan à 05h52 GMT, selon l’Agence spatiale russe (Roscosmos).

Ce satellite, nommé en l’honneur du poète et érudit persan Omar Khayyam (1048-1131), est spécifiquement destiné à « surveiller les frontières du pays », améliorer la production agricole, contrôler les ressources en eau et les catastrophes naturelles. . , selon l’Agence spatiale iranienne.

Pour les États-Unis, le programme spatial iranien est destiné à des fins plus militaires que commerciales, mais Téhéran soutient que ses activités aérospatiales sont pacifiques et conformes à une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies.

Cette fois, les autorités iraniennes doivent cependant se défendre d’accusations d’un autre ordre, après que le quotidien américain The Washington Post a rapporté que la Russie « prévoit d’utiliser le satellite pendant plusieurs mois » dans le cadre de ses attaques en Ukraine. donner le pouvoir à l’Iran.

« Toutes les commandes liées au contrôle et à l’exploitation de ce satellite seront émises dès le premier jour et immédiatement après le lancement par des experts iraniens basés au ministère iranien des Communications », a déclaré dimanche l’Agence spatiale iranienne dans un communiqué.

20h27 NT. Centrale de Zaporijjia : Volodymyr Zelensky agite le spectre de Tchernobyl.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a soulevé la question de la catastrophe de Tchernobyl et a appelé à de nouvelles sanctions contre la Russie, après de nouvelles attaques contre la centrale électrique de Zaporijia occupée par la Russie.

« Le monde ne doit pas oublier Tchernobyl et le fait que Zaporijia est la plus grande centrale électrique d’Europe. La catastrophe de Tchernobyl (en 1986) a été l’explosion d’un réacteur et la centrale de Zaporijia compte six réacteurs », a-t-il déclaré dans son allocution vidéo quotidienne. .

La centrale électrique de Zaporijia, dans le sud de l’Ukraine, est sous contrôle russe depuis le 4 mars. Elle a été bombardée à deux reprises le week-end dernier, notamment à proximité d’un réacteur. Kyiv et Moscou se sont mutuellement blâmés pour les attentats.

« De nouvelles sanctions sont nécessaires contre l’Etat terroriste et contre l’ensemble de l’industrie nucléaire de la Russie qui provoque la menace d’une catastrophe nucléaire », a déclaré Volodymyr Zelensky.

20h02 TU Aide d’urgence à l’Ukraine : l’ONU porte son appel à 4,3 milliards de dollars.