EN IMAGES, EN IMAGES. Grenoble : retrouvez la vitamine 14, le nouvel hélicoptère Samu 38

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Le Samu 38, basé au CHU de Grenoble, vient de se doter d’un nouvel hélicoptère, qui remplace l’ancien mis en service en 1997. Un engin plus gros, plus confortable et plus performant qui permettra aux équipes de secours d’effectuer davantage d’interventions dans l’Arc Alpin. .

Vous l’avez sans doute déjà vu survoler la capitale des Alpes : l’hélicoptère jaune Samu 38. Depuis juillet c’est un Airbus H145 D3, surnommé vitamine 14, et qui remplace l’Eurocopter 135 mis en service en 1997.

Plus confortable et surtout plus efficace, il peut être mobilisé en cas d’urgence pour le transport entre les établissements de santé. L’hélicoptère met un peu plus de 2 heures pour relier Grenoble à Paris. « On gère les transports primaires, les secours en montagne, les secours aux personnes, mais on fait aussi des transferts inter-hôpitaux, aussi bien dans les Alpes, et parfois on va même à Paris pour certaines pathologies. Très précis », explique Monique Sorrentino, directrice du CHU Grenoble – Alpes.

Autre nouveauté, le nouvel appareil peut transporter une personne de plus que l’Eurocopter. Elle est donc beaucoup plus grande et dispose également d’une cellule sanitaire de 5 m² pour les soins d’urgence. « C’est vraiment un plus pour des interventions un peu complexes comme les accidents avec plusieurs victimes où il faut plus de monde », précise Guillaume Debaty, médecin hospitalier, permettant ainsi aux patients d’être mieux pris en charge. Et puis c’est aussi un grand intérêt pour la formation, ça nous permet d’amener des stagiaires avec nous ».

A l’intérieur de l’hélicoptère, une cellule sanitaire de 5 m2 permet les soins d’urgence – Octobre 2022

À Lire  Prévention et conseils pour la baignade / Actualités / Accueil - Administrations du Haut-Rhin

© France Télévision

Ce « bijou technologique » permet également d’enchaîner les missions grâce à sa plus grande autonomie que la précédente. « Avant, on atteignait très vite la limite de l’hélicoptère, presque dès qu’on revenait d’une mission. Cela va vraiment faciliter les interventions car c’est une machine rapide, puissante, efficace et surtout de dernière génération avec l’instrumentation la plus complète et l’assistance au pilotage du ‘pilote automatique, qui permet à l’équipage de faire son devoir pendant les phases de transit. Et puis on a un confort de vol bien supérieur car les machines vibrent moins et c’est moins bruyant à l’intérieur, on gagne en qualité dans tous les domaines », conclut David Girodet, le pilote.

L’appareil coûte la bagatelle de 8,5 millions d’euros, hors les 500 000 euros de matériel médical, mais représente une réelle avancée pour l’heliSMUR 38, qui réalise près de 1 500 transports héliportés par an.