En Ukraine, une technologie de pointe pour « se souvenir » des bâtiments historiques

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Équipé d’un scanner laser, l’ingénieur Emmanuel Durand « enregistre » exactement les bâtiments qui ont été endommagés par la frappe russe pour les reconstruire et les « réparer historiquement ».

Les bombes et les obus pleuvent sur les villes ukrainiennes depuis le début de la guerre, faisant des morts mais détruisant aussi des bâtiments historiques. Les services traditionnels cherchent à préserver leur mémoire avec une technologie de pointe et des scans 3D.

Lire aussi A Marioupol, le musée d’art Arkhip Kuïndji a été détruit par les frappes russes

L’ingénieur français Emmanuel Durand, expert en capture de données 3D, franchit un poteau en bois, marche sur d’innombrables rochers pour planter son scanner laser, une tête rotative tridimensionnelle, à l’angle d’une caserne de pompiers. Celle-ci a été gravement endommagée par la frappe russe. Construit en 1887, un bâtiment en briques rouges avec une tour représente la révolution industrielle de Kharkiv à la fin du XIXe siècle. Avec sa caméra, Emmanuel Durand « filme » le bâtiment sous tous ses angles. « Le scanner prend 500 000 points par seconde. A cette station, nous aurons 10 millions de points. Ensuite, nous allons changer les stations et faire le tour du bâtiment, à l’extérieur et à l’intérieur. Des milliards de points… », explique-t-il.

Le soir, il collecte toutes les données sur l’ordinateur, « comme les pièces d’un puzzle », pour reconstituer un bâtiment. Le résultat est un roulement complet à 5 mm, qui peut être tourné ou coupé en morceaux. Vous pouvez également voir les cratères explosifs dont l’explosion a secoué la structure. « Il permet de remédier à l’état du bâtiment dans l’histoire. Il peut être utilisé pour déterminer ce qui s’est passé dans le passé. Volontaires, M. Durand voyage avec son scanner accompagné de constructeurs, ingénieurs, architectes et directeur de musée, à destination de Kiev , Lviv, Tcherniguiv et Kharkiv.

«Génocide culturel»

«Génocide culturel»

Rien qu’à Kharkiv, quelque 500 bâtiments sont répertoriés comme étant d’intérêt, dont beaucoup au centre de la ville sous le feu russe, explique la designer Kateryna Kouplytska, membre de la commission chargée d’explorer les sites historiques. Il estime que plus de 100 d’entre eux ont été touchés. Quand les Russes flairent autour de la deuxième ville du pays libéré, les bombes tombent encore tout le temps. Nouvelles éruptions et éruptions, conditions météorologiques défavorables, emplois, déplacements… « Ces structures fragiles peuvent rapidement s’effondrer. Sur le même sujet : Technologies : Les peuples américain et européen veulent renforcer leur alliance contre la Russie. Et vous devez enregistrer correctement les informations pour pouvoir les garder en perspective » et garder leurs souvenirs précis, explique-t-il. « L’enregistrement des dommages-intérêts sera également utilisé dans les procédures judiciaires. Partout dans le monde, nous constatons de graves atteintes à notre patrimoine. Le génocide du peuple ukrainien et le génocide de la culture ukrainienne », lance-t-il, évoquant des « crimes de guerre ».

Lire la suite Guerre en Ukraine : punition de kyiv Un soldat russe condamné pour guerre à la réclusion à perpétuité

Après deux jours dans le camp, l’équipe d’Emmanuel Durand s’est installée à la faculté d’économie de l’Université nationale Karazine de Kharkiv, près du siège principal des services de sécurité ukrainiens (SBU), la cible de la frappe militaire basée à Moscou. projectiles. La faculté, anciennement un bâtiment du tsariste à l’époque soviétique, est l’un des premiers bâtiments en béton armé du pays. Signé du designer Serguiï Timochenko, un portrait du style « ukrainien moderne » du début du 20ème siècle.

Cet enregistrement est-il inutile alors que la guerre continue et que des gens meurent chaque jour ? « La culture est la base de tout. Si la culture s’était propagée comme il se doit, les gens ne seraient probablement pas morts et il n’y aurait pas eu de guerre », explique Tetyana Pylypchouk, membre de la commission et directrice du musée de la littérature de Kharkiv. Ils sont convaincus qu’un patrimoine culturel est important pour nous. si on ne l’écoute pas  » avant la guerre, dit-il.

À Lire  Contenu terroriste supprimé du Web en une heure : feu vert du Sénat avec quelques modifications