Enragés, les médecins de Lota débarqueront à Paris pour…

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

l’essentiel

Les médecins généralistes poursuivent leur mouvement de grève pour une meilleure revalorisation de leur profession et de la consultation. Gabrielle Hengy, médecin à Limogne, manifestera à Paris ce jeudi.

Le diagnostic est erroné. Et il y a urgence. Les médecins généralistes poursuivent le mouvement de grève initié par le collectif Doctors for Tomorrow le 1er décembre. « Les revendications sont simples, il s’agit d’améliorer nos conditions de travail pour pouvoir, d’une part, garder les médecins sur le territoire et, d’autre part, attirer de nouveaux médecins », explique-t-il. Gabrielle Hengy, médecin à Limogne. Elle sera mobilisée ce jeudi 5 janvier à Paris pour la manifestation prévue au départ du Panthéon à 13h30. 2000 médecins du groupe sont attendus. La marche prendra la direction du Ministère de la Santé où une délégation du collectif sera reçue. « Et j’espère que ce sera bien plus qu’une discussion cordiale », note-t-il. Dans le Lot, le début de la mobilisation des médecins généralistes a été particulièrement suivi avec une estimation de 70% des cabinets médicaux en grève.

La consultation à 50 euros

Des revendications simples, donc, et qui n’ont pas bougé depuis le début du mouvement de grève, il y a un mois. « Nous demandons que la consultation soit portée à 50 euros afin de pouvoir embaucher le personnel dont nous avons besoin sur le terrain et de pouvoir aménager nos locaux de manière à répondre à la demande », explique le médecin. Voir l’article : La canicule se renforce en Occitanie : protégeons la santé des plus fragiles. Dans une consultation payée à 25 euros par le patient, le médecin bénéficie de 35 euros grâce aux primes versées par la CPAM. Il ne lui reste plus que dix euros en poche après avoir payé les impôts et charges.

À Lire  Santé : Emmanuel Macron devrait présenter ses voeux à Corbeil...

Seulement aujourd’hui, les médecins mobilisés ne veulent plus de cette prime : ils préfèrent une consultation au prix de 50 euros. « Ces primes sont calculées de manière opaque et n’ont aucun intérêt dans les soins prodigués au patient, nous ne voulons pas dépendre de ces aides et cela nous permettrait d’embaucher une secrétaire médicale ou un interne », souligne-t-il. Même si, au final, c’est le patient qui devra mettre davantage la main au portefeuille… « On comprend que le patient se sente pénalisé mais il paie aussi une expertise, on reste entre quinze et vingt minutes avec lui. . , c’est le prix qui convient à une médecine de qualité », glisse-t-il. Un prix qui motiverait aussi, aux yeux du collectif, les jeunes médecins à s’installer dans les territoires qui en ont besoin.

Comment trouver un meilleur centre dentaire? -
Sur le même sujet :
La santé de votre bouche est très importante pour votre bien-être. Avoir…