Entre Louviers et Tours : 7 jeunes de la mission locale pour 300 kilomètres à vélo

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Ils ont entre 17 et 26 ans et sont volontaires pour un voyage à Tours. Les jeunes de la Mission Locale Louviers – Val-de-Reuil – Andelle (Eure) sont partis le 7 octobre 2022.

Par Pierre Choisnet

Publié le 10 oct. 22 à 11:57

Tous les sept sont inscrits à la mission locale Louviers – Val-de-Reuil – Andelle, dans l’Eure. Ils sont partis le vendredi 7 octobre 2022 à 10 heures du terrain de l’association Ifair (Insertion Formation Animation Individualisée pour Réussir), à Louviers, pour une balade à vélo de près de 300 km. direction Tours (Indre-et-Loire).

Six étapes en six jours

Elie Godefroy, Alexandra Hublet, Émilie Garguilo, Joy Ancel, Allan Rivette, Yssam Zermane et Dimitri Dubos étaient volontaires pour ce challenge sportif organisé dans le cadre des 40 ans du réseau des missions locales en France, qui sera célébré du 13 au 14 octobre dans les 434 sites du pays (24 en Normandie et 4 dans l’Eure). Ceci pourrez vous intéresser : Leclerc regrette un « mauvais départ » qui a provoqué « une course difficile ».

« C’est une idée que nous avons eue avec un confrère, Florent Fouyer », explique Joëlle Lefrançois, directrice adjointe de la Mission locale, basée à Val-de-Reuil.

L’initiative a pour but de permettre aux participants de rencontrer d’autres jeunes des missions locales dans chacune de ses phases : Évreux, Dreux, Chartres, Châteaudun, Vendôme et Tours. Ils parcourront ce chemin en six jours, avec une arrivée prévue le mercredi 12 octobre. Les sept jeunes sont accompagnés de Florent Fouyer et Joëlle Lefrançois, ainsi que de deux personnes d’Ifair.

À Lire  Bien se réchauffer sans se ruiner : ces cinq conseils d'architecte cartonnent sur Twitter - Edition du soir O

Voir l’article :
La colère gronde contre la mairie de Gournay-en-Bray du côté de l’association…

« Aller toujours plus loin, plus vite et plus haut »

Ce matin, le groupe a quitté Chartres en direction de Châteaudun, les deux communes d’Eure-et-Loir. Lire aussi : Willer-sur-Nel. Le bien-être c’est tout le week-end. « Tout va bien jusqu’ici et les jeunes aimeraient même faire plus de kilomètres par étape », rigole Joëlle Lefrançois entre deux respirations sur son vélo.

Les motivations sont diverses. Joy Ancel (17 ans, de Val-de-Reuil) y voit un message « environnement et santé ». Dimitri Dubos (18 ans, de Louviers) et Yssam Zermane (22 ans, de Louviers) s’accordent à dire que « c’est un défi de se dépasser, d’aller toujours plus loin, plus vite et plus haut ». Les jeunes se préparent depuis juillet dernier à raison d’une balade à vélo par semaine. Des séances de renforcement musculaire sur vélos d’intérieur ont également été réalisées dans les locaux de la Mission locale de Val-de-Reuil. « On a commencé doucement. Et nos fessiers s’y sont habitués », plaisante Émilie Garguilo (20 ans, de Pinterville).

Je suis sûr. Avec la pratique, nous sommes préparés. Ce sera parfois difficile, mais nous y arriverons.

Comment choisir le bon plat pour bébé
Lire aussi :
Tout ce qu’il faut savoir : Il existe plusieurs types de modèles…

Aide de Patrick Goux, de l’Ifair

Par ailleurs, Alexandra Hublet (26 ans, de Romilly-sur-Andelle) sait une chose : « On va bien dormir la nuit ! Le jeune Elie Godefroy (18 ans, de Val-de-Reuil) y voit une opportunité » essayer de nouvelles choses, découvrir et vivre une aventure. A voir aussi : Voici l’impact de nos habitudes alimentaires sur notre cycle de sommeil. »

À Lire  4ème édition du salon du bien-être à Triskell, ce week-end

Patrick Goux est mécanicien vélo et animateur à Ifair. Lui-même se fait remarquer entre Évreux et Louviers chaque jour au guidon de son vélomobile à assistance électrique, un vélo couché profilé – rouge flamboyant – d’environ 280 cm de long, 75 cm de large et 30 kg de poids.

Il y voit un « excellent moyen de redonner confiance à ces jeunes ». Le guide développe : « Certains ne pensaient même pas qu’ils pouvaient faire dix kilomètres à vélo au début. Ils se sont rendus compte qu’ils étaient capables de faire de longues distances et avaient plus en eux qu’ils ne le pensaient. Malgré tout, le spécialiste ouvre la voie, pour la sécurité et sert de support technique pour les réparations nécessaires.

Cette collaboration avec Ifair n’est pas nouvelle. « Depuis 2010, nous menons avec eux des ateliers de fabrication de vélos à assistance électrique à partir d’objets ou de vélos recyclés, raconte Joëlle Lefrançois. La mission locale travaille également avec l’association sur les questions de mobilité des jeunes.

Ceci pourrez vous intéresser :
Demandez dès maintenant un visa pour le Sri Lanka pour visiter cette…