Equitation : près de Fougères, saison « pleine et fructueuse »…

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Un jeune éleveur de Passillé âgé de 30 ans, Parignés, spécialiste de l’équitation d’endurance, a bouclé une saison pleine avec des résultats au-delà de ses espérances.

Suivant l’exemple familial de son père et de son frère aîné, Jean-Baptiste a fait ses armes à Chênedet, près de Fougères, à l’époque où existait un centre équestre.

Après un BEP et un Bac Pro à Saint-Hilaire-du-Harcouët, le jeune homme prend la tête du haras de Passillé en 2017, succédant à son père qui avait acheté ses premiers chevaux en 1995-1996. Aujourd’hui, l’élevage, réparti sur deux sites, Passillé et La Métairie à Landéan, abrite une soixantaine de chevaux dont la plupart sont de sang arabe.

Une dizaine d’entre eux appartiennent à des propriétaires privés et 6 à 7 poulains naissent chaque année. L’objectif est de les valoriser en les faisant passer de courses qualificatives (20-80 km) à des courses internationales (100-160 km).

Pour cela, les chevaux doivent avoir 5-7 ans. En moyenne, ils atteignent 80 km à l’âge de 6 ans et peuvent débuter dans des compétitions internationales. Jean-Baptiste ne compte pas ses heures de travail (4-6h de roulage par jour) sur les chemins forestiers ou sur la plage de Jullouville. Pour préparer seul ses chevaux, il est obligé de faire des rotations au cours de la saison. Spécialiste des domaines de l’endurance, il ajoute peu à peu les chevaux de saut d’obstacles à ses panologies.

2022, une saison pleine

Comme tient à le souligner Jean-Baptiste Helleux : Ceci pourrez vous intéresser : Le meilleur fitbit en 2022 [Basé sur 50 avis d’experts] – aromesdunetasse.fr.

À Lire  Test de la Huawei Watch GT 3 : une montre connectée élégante et orientée sport

J’ai eu une saison chargée et réussie. C’est ma première saison avec autant de meilleurs résultats.

Au cours de la saison, ses chevaux ont fait 34 départs, ont été classés 33 fois avec 15 chevaux différents, sur des distances allant de 20 km avec les 4 ans à 140 km avec les plus performants. Quand Jean-Baptiste est coureur de fond, il travaille en famille dans les courses qualificatives. En 2021, sa première grande victoire est à Compiègne sur 140km CEI** avec la jument Deathless, qu’il vend au Koweït au printemps.

Cette année, il a remporté le 130 km de Pertre avec Horazhale, une jument appartenant à un ami. Mais la fierté de Passillé, c’est l’étalon de 8 ans, un pur-sang El Malik, étonnamment facile dans ses premières courses internationales : 8e à Fontainebleau sur 130km au printemps et 3e à Madine (Meuse) en octobre pour les siens. les 140 premiers kilomètres. Un cheval dont l’éleveur prend soin : il ne court qu’en début et en fin de saison, le reste du temps est consacré aux pronostics, un moyen de gagner de l’argent, car l’endurance, sport peu médiatisé, ne rapporte guère : pas d’argent, le meilleur équipement.

Avec la vente d’un autre cheval, Farceur, à Abu Dhabi, Jean-Baptiste Helleux ne gardera que 2 chevaux de renom l’an prochain : El Malik et la jument de 6 ans Galaté, qui vient de faire ses débuts internationaux… à moins qu’il ne se vende ! Ensuite, il faudra attendre fin 2023 pour Funky. « Je ne pense pas qu’il y aura encore une aussi belle saison avant 2024 », regrette le pilote.

À Lire  Vésule. L'aéroport ne veut plus de parachutistes, le tribunal ajourné

A voir aussi :
C’est l’un des « secrets les mieux gardés » de l’histoire de la marque…

Valoriser les chevaux pour les vendre

Le dilemme de la vente ou de la course est un équilibre qui doit être trouvé pour les éleveurs qui sont aussi des coureurs. Comme le dit Jean-Baptiste Helleux :

Nous ne gagnons de l’argent qu’en vendant nos chevaux. Faut que la boutique continue !

Les chevaux d’endurance intéressent particulièrement les pays du golfe Persique : Bahreïn, Emirats Arabes Unis, Koweït… Après les chameaux et les faucons, le cheval est l’animal le plus recherché. « En France, on a la chance d’avoir des chevaux avec les meilleurs résultats », se félicite le jeune éleveur de Parigne.

Son étalon El Malik en est un parfait exemple, et le jeune homme refuse de le vendre autant pour le rôle d’étalon que pour celui de coursier. Mais pourra-t-il résister aux riches investisseurs arabes qui ont déjà fait fortune deux fois à Passillé ?

L’association Cheval Endurance Fougeraise tiendra son assemblée générale le vendredi 17 décembre à 18h à la salle des fêtes du Ferré.

Cet article vous a-t-il été utile ? Veuillez noter que vous pouvez suivre La Chronique Républicaine dans la section Mon actualité. Après inscription, retrouvez en un clic toutes les actualités de vos villes et marques préférées.

Sur le même sujet :
Les baskets Nike battent régulièrement des records d’enchères. Crédit photo : capture d’écran…