Focus sur quatre marques de chaussures vues sur les salons à Paris

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Des chaussures féminines d’Atana aux baskets d’inspiration outdoor de Flower Mountain, des mocassins stylés de Yogi aux classiques non genrés de Monsieur L : voici quatre marques à voir entre les salons et les showrooms pendant la Fashion Week de Paris.

Chaussures pour femmes Atana de Bulgarie

Si le Covid et les restrictions successives ont permis d’alourdir les baskets et autres chaussures plates ou talons de trotteur, il semblerait que l’escarpin n’ait pas encore dit son dernier mot.

Dans le Who’s Next Show nous avons pu découvrir Atana, une marque de chaussures pour femmes venue de Bulgarie. La marque a été fondée en mars 2020 par Tanya Kyurkchieva, diplômée de Harvard travaillant pour le groupe bulgare de produits ménagers et cosmétiques Ficosota, et Aneliya Kyurkchieva, diplômée de l’Institut Marangoni travaillant pour Alexander McQueen. Atana propose une collection d’escarpins et de bottines à talons hauts (8,5 cm) et bas (4,5 cm), fabriquées en Italie et pleines de détails comme des talons en cuir matelassé ou des effets de matière. Le petit plus ? Ces chaussures ont une semelle en gel à mémoire de forme et promettent un confort optimal (à partir de 365 euros).

Voici certainement l’une des marques de sneakers montantes les plus dynamiques de ces dernières saisons. Déjà repérée au Pitti Show en juin, la marque imaginée par Yang Chao, qui a grandi à Pékin, et Keisuke Ota, originaire de Tokyo, sera distribuée en Europe par les Italiens de Falc. Elle a attiré l’attention sur les émissions Who’s Next et Welcome Edition.

À Lire  Arrivé seul de Guinée à 14 ans, Thierno décroche l'or aux Meilleurs Apprentis de France

Comme son nom l’indique, la marque s’inspire du monde de l’outdoor. Mais chez Flower Mountain, même si les semelles séduisent les grands espaces, notamment dans ces modèles à base Vibram, le traitement de la tige est urbain, avec des mélanges de couleurs et de matières synthétiques ou plus structurées comme le daim ou le cuir de porc. . L’offre est déjà large avec des propositions récentes dans des couleurs an 2000 très frappantes ou des pièces aux mélanges pastel, sur des nuances ou avec de forts contrastes. La marque s’adresse aux enseignes premium et notamment aux boutiques de prêt-à-porter avec des paires d’environ 200 euros à 350 euros.

Monsieur L, des chaussures neutres de haute qualité

Présenté au showroom multimarque Rainbow Wave, qui s’est déroulé du 19 au 26 janvier rue de l’Université à Paris, Monsieur L est un label qui réinterprète les grands classiques de la chaussure masculine avec une touche contemporaine.

Sa particularité ? Les 10 modèles proposés par la marque s’adressent aussi bien aux hommes qu’aux femmes : « Nous proposons une taille homme du 40 au 46 et une taille femme du 36 au 41. Mais visuellement, ce sont des chaussures absolument identiques », explique Alain Leber, fondateur de Mr. L. Cet expert et amateur de chaussures de luxe a commencé sa carrière chez Michel Perry avant de passer 13 ans chez Louis Vuitton en tant que directeur du design chaussures homme et femme. Il rejoint ensuite la maison britannique Burberry avant de revenir à Paris pour se lancer dans l’aventure de Monsieur L. Fondée en mars 2021, s’approvisionnant en Italie et optant pour la fabrication portugaise, la griffe possède une boutique rue Jacob à Paris (prix de 375 à 510 euros).

À Lire  Habillement : Lacoste a doublé de taille en 5 ans

Après avoir collaboré avec le magasin de streetwear parisien ultra-moderne Starcow, mais aussi avec Nigel Cabourn, Yogi Footwear livre pour l’automne-hiver 2023 une collaboration avec Universal Works qui revisite leurs styles classiques.

La marque anglaise, fondée à la fin des années 90, propose un style différent avec une évolution du mocassin dans une approche beaucoup plus décontractée. Yogi propose des tiges en cuir et en daim, avec des semelles en crêpe ou en EVA. Elle enfile des semelles Vibram pour la saison à venir afin de rendre ses produits plus durables. La marque produit ses collections avec son fleuron Finn au Portugal, mais parvient à proposer des prix entre 150 et 200 euros.

Tous droits de reproduction et d’affichage réservés. © 2023 FashionNetwork.fr