Formation entrepreneurs, semaine 5 : je suis allé à l’administration

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Retrouvez chaque vendredi une nouvelle phase de coaching personnel qui vous permettra en 8 semaines, étape par étape, de mûrir votre projet de lancement d’entreprise en abordant de manière très concrète toutes les questions que vous pourriez rencontrer sur votre chemin. C’est donc l’occasion de vous laisser guider pour enfin laisser s’exprimer votre talent en cette rentrée 2022 !

Ce n’est pas mon préféré, mais je vais m’en occuper ! Oui, il se peut que je passe du temps à relire les documents à remplir plusieurs fois et à appeler différents organismes, mais c’est ça la joie de démarrer une entreprise.

J’étudie les différents statuts

Choisir le statut idéal n’est pas facile. Je commence par me demander si je veux être seul ou proposer à un partenaire de me rejoindre. En fonction de ma décision, j’interroge les sites internet pour lister toutes les formes juridiques : Entreprise Individuelle (EI), Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EURL), Société à Responsabilité Limitée (SARL), Société Anonyme (SA), etc. Ceci pourrez vous intéresser : Prévoyance professionnelle – Après la bataille de l’AVS, c’est le bourbier du 2e pilier. Puis je liste les avantages et les inconvénients de chacun. À quel point serai-je flexible ? Quelle sera ma responsabilité ? Quel capital dois-je apporter ? Quel taux d’imposition sur les bénéfices ? Pour répondre au mieux à ces questions, j’essaie de me projeter à moyen terme en étant POSITIF quant à la réussite de ma future activité ! Et je n’hésite pas à utiliser l’outil développé par la BPI pour m’aider : bpifrance-creation.fr/aideauchoixdustatut.

À Lire  Vélos, trottinettes : maîtrisez les nouvelles règles de circulation

Voir l’article :
Près de 9 millions de voitures anciennes circulent en France. Budget, recherche,…

Je me renseigne sur l’immatriculation

Quel que soit le statut de ma société (société commerciale, société civile ou entreprise individuelle), je dois l’immatriculer au Registre du Commerce et des Sociétés (24,08 € pour une immatriculation principale). Deux possibilités s’offrent à moi : déposer une requête au greffe du tribunal de commerce du siège social, ou m’inscrire en ligne. Il vous suffit de télécharger un formulaire et de fournir les pièces justificatives. Il ne me reste plus qu’à attendre un extrait Kbis pour justifier l’existence de mon entreprise ! A compléter par la publication d’un avis de constitution dans un journal d’annonces légales. Pratique et très complet, puisque infogreffe.fr regorge d’informations.

Voir l’article :
Le Centre d’étude de la pratique en assurance (CSIO) a annoncé une…

Je contacte ma banque et mon assureur

Selon la forme juridique de mon entreprise, rien ne m’y oblige. Un entrepreneur individuel n’en a pas forcément besoin, tant qu’il ne dépasse pas 10 000 € de chiffre d’affaires réalisé deux années de suite. Mais un compte pro permet de séparer les activités commerciales de ma vie personnelle. Si je crée une entreprise, l’ouverture est indispensable avant même son immatriculation, pour y placer le capital social. Un minimum de pièces justificatives est alors nécessaire : pièce d’identité, adresse d’un local (si commercial), projet de statuts dans le cadre d’une société. Des sites comme entrepreneur.service-public.fr conseillent sur les différentes obligations. En parallèle, j’appelle ma compagnie d’assurance pour souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle qui me couvre en cas de dommages corporels, matériels ou immatériels.

À Lire  Actualités Presse - A La Réunion, le Conseil Régional offre aux lycéens un classeur numérique « NUMÉRISAK » - REGION Réunion

Comment assurer la moto que vous venez d'acheter ?
Ceci pourrez vous intéresser :
Vous venez d’acheter une moto et vous ne savez pas comment l’assurer…

Je souscris à des abonnements

Si au début de mon activité je peux faire l’impasse sur certains frais, je découvre rapidement les différentes formules d’abonnement professionnel pour mon mobile et internet. Dès que mon comptable me donne le OK, j’appelle un opérateur. Selon mon activité, je peux aussi m’abonner à une borne électronique comme www.cafeyn.co pour rester informé toute l’année sans avoir à me déplacer !

Et une fois la « paperasse » réglée, quelle est la prochaine étape ? Rendez-vous la semaine prochaine pour votre 4ème conseil de coaching ! Et retrouvez également tous nos conseils pratiques, vidéos de partage d’expériences et portraits de femmes inspirantes dans notre dossier spécial femmes entrepreneures avec Perle de Lait.

Voir les autres semaines de coaching déjà publiées :

Assurance : la multiplication des licenciements individuels est une modalité triviale de réduction de taille | Miroir social
Ceci pourrez vous intéresser :
Dans le secteur de l’assurance, nos délégués, confrontés à des licenciements individuels…