France 2030 : premiers lauréats et 2 nouveaux appels à projets pour accélérer les transitions agricoles et renforcer notre souveraineté alimentaire protéique

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Dans le cadre de France 2030, Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et Roland Lescure, ministre délégué à l’Industrie, accompagnés de Bruno Bonnell annonce à , Secrétaire Général de l’Investissement en charge de France 2030, les premiers lauréats de l’appel à projets « Pulse Protein » et l’ouverture de la deuxième vague.

A cette occasion, un deuxième circuit sera ouvert pour permettre le développement d’une offre protéique compétitive et diversifier les sources de protéines pour l’alimentation humaine et animale. Ces deux programmes renforceront notre souveraineté protéique en développant des zones agricoles dédiées et en diversifiant les sources de protéines pour l’alimentation humaine.

Structurer les filières et les territoires, accompagner l’industrialisation des solutions et créer les conditions d’un système alimentaire durable, structuré et compétitif sont au cœur des ambitions de France 2030. Ce plan inédit, qui dispose de plus de 2,3 milliards d’euros consacrés aux transitions agricoles et alimentaires doit permettre d’investir dans des solutions d’avenir pour accélérer le développement de la 3ème révolution agricole, celle de la vie et des savoirs au service de notre souveraineté alimentaire.

Ces deux appels à projets sont ouverts pour un montant de 55 millions d’euros dans le cadre de France 2030 et visent à réaliser et accompagner des projets de recherche collectifs de leur réalisation à leur déploiement.

Des actions déjà engagées pour renforcer la souveraineté alimentaire de la France et améliorer la nutrition des Français : 3 premiers lauréats

La première vague de l’appel à projets « Pulse Protein » visant à faire émerger une offre compétitive de légumineuses, en vue de diversifier les sources de protéines dans l’alimentation humaine, s’est clôturée le 28 avril 2022. Lire aussi : L’OMS accélère ses travaux sur les objectifs nutritionnels avec de nouveaux engagements.

Il a permis de financer 3 projets pour une dotation totale de 7,9 M€, réunissant des consortiums de partenaires publics et privés, scientifiques, techniques et industriels, souvent en contact étroit avec les filières pour améliorer l’engagement et maximiser l’impact des projets développés. solutions.

Ces projets ambitieux visent notamment à :

Comment ce que nous mangeons affecte-t-il notre vie et notre longévité ? C'est un système complexe et dynamique
Ceci pourrez vous intéresser :
Comment ce que nous mangeons affecte-t-il notre façon de vieillir ? La…

Une volonté d’aller plus vite : une deuxième vague pour l’appel à projets « Protéines de légumineuses »

Ces projets s’inscrivent dans les 3 priorités de la Stratégie Nationale des Protéines Végétales voulues par le Président de la République et mises en œuvre depuis 2020 par le plan France Relance.

À Lire  Aperçu du marché des prébiotiques pour préparations pour nourrissons par tendances émergentes, analyse de la concurrence, croissance du marché, analyse des revenus, principales entreprises, défis, analyse des opportunités, prévisions - Androidfun.com

Pour accélérer la dynamique déjà déployée, la deuxième vague de l’appel à projets « Pulse Protein » s’ouvrira le 2 novembre 2022.

Dotée d’une enveloppe de 22,1 millions d’euros, elle visera, comme la vague 1, à lever les verrous scientifiques et techniques dans le domaine de la production agricole, de l’agroalimentaire et de l’acceptation des légumineuses par les consommateurs (développement des qualités visuelles, gustatives, olfactives, etc.). ) de commercialiser un approvisionnement compétitif en protéines de légumineuses, en vue de diversifier les sources de protéines pour l’alimentation humaine.

Les projets reposent sur des partenariats public-privé, doivent impliquer au moins un organisme de recherche et une entreprise et doivent s’étaler sur une durée de 3 à 6 ans.

Des propositions sont attendues sur les trois axes de l’appel à projet « Pulse Proteins » (production de légumineuses ; transformation et consommation de légumineuses ; diversification et optimisation).

L’appel à projets « Protéines de Légumineuses », qui est géré par l’Agence Nationale de la Recherche pour le compte de l’Etat, ouvrira le 9 novembre 2022. La date de lancement est prévue le 27 avril 2023 à 11 heures.

Cancer du sein : une étude recommande ce type de régime
Ceci pourrez vous intéresser :
Adopter une alimentation saine peut réduire considérablement le risque de développer un…

Une volonté d’aller plus loin : ouverture de l’appel à projets « Diversification des sources de protéines »

Adresse de consultation appel à projets : https://anr.fr/ProtLeg-2022

Pour renforcer notre souveraineté protéique, il apparaît crucial de permettre une plus grande diversification des sources de protéines pour l’alimentation humaine et animale. Il s’agit notamment de mobiliser le potentiel de la France en protéines innovantes issues de nouvelles sources comme les microalgues, les insectes ou celles issues des biotechnologies dans le cadre de démarches de type « économie circulaire ».

Le nouvel appel à projets « Diversification des sources de protéines », doté d’un budget de 25 millions d’euros, s’ouvrira le 2 novembre 2022 et aura pour objectif de convertir le potentiel en projets concrets, à travers divers verrous liés aux technologies de production, à l’impact sur le l’environnement ou lui enlever sa santé, ainsi qu’à améliorer les qualités des produits développés pour le consommateur (visuel, gustatif, olfactif, utilisabilité, etc.).

Les projets reposent sur des partenariats public-privé, doivent impliquer au moins un organisme de recherche et une entreprise et doivent s’étaler sur une durée de 3 à 5 ans.

Face à la nécessité de développer de nouvelles sources de protéines pour l’alimentation humaine et animale, cet appel à projets pourra soutenir des projets liés à la meilleure connaissance de ces ressources, leur valorisation, leur adéquation à une transformation alimentaire éco-agile et leur acceptation.

L’appel à projets « Diversification des sources de protéines », géré par l’Agence nationale de la recherche pour le compte de l’État, ouvrira le 9 novembre 2022. La date de lancement est prévue le 9 mai 2023 à 11h00.

À Lire  Nutrition : les bienfaits santé de la citrouille

Adresse de consultation de l’appel à projets : https://anr.fr/diversification-proteines-2022

Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, a déclaré : « La protéine est le premier maillon de notre chaîne alimentaire, elle est essentielle à l’alimentation humaine et animale. En favorisant la production de légumineuses et la diversification des sources de protéines, nous soutenons des producteurs engagés à répondre aux nouveaux besoins des consommateurs tout en renforçant notre souveraineté alimentaire. Lutter pour plus d’autonomie, notamment dans l’alimentation des animaux d’élevage, promouvoir des modes de production durables, développer l’approvisionnement en légumineuses, tels sont les engagements du gouvernement à travers France 2030 et la stratégie nationale des protéines végétales. Je salue ces nouvelles mesures et félicite les premiers lauréats de l’appel à projet Pulse Protein. »

Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, a déclaré : « La transition alimentaire est un pilier de la transition écologique. Le sujet des protéines en est la preuve : accompagner le développement de nouvelles sources, c’est accompagner l’évolution des régimes alimentaires vers des protéines à moindre impact. C’est aussi l’opportunité d’accompagner la transition des systèmes agricoles, notamment par le développement de cultures de diversification riches en protéines, rendant nos productions plus résilientes. La création de filières durables tout au long de la chaîne est un préalable essentiel à l’amélioration de notre souveraineté alimentaire. »

Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : « Produire et consommer plus de légumineuses est une évidence pour la transition énergétique, mais aussi pour notre souveraineté alimentaire en protéines et notre santé. Cependant, ces changements créent de nombreux défis tant pour les pratiques agricoles que nutritionnelles : la recherche se mobilise pour répondre à ces questions et relever le défi d’une alimentation plus saine, durable et souveraine. »

Lire aussi :
Contre l’avis de certains médecins et proches, vous avez décidé de poursuivre…

Contacts Presse

Roland Lescure, ministre délégué auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, chargé de l’Industrie, a déclaré : « Les défis démographiques et environnementaux auxquels est confrontée la planète nous obligent à penser développement lors de la mise à l’échelle de nouvelles sources de protéines. que les dispositifs France 2030 joueront un rôle majeur dans l’émergence et la structuration des filières de production de ces protéines alternatives.

Construire les transitions alimentaires avec France 2030 : lancement du Grand Challenge « Fermentations du futur »
Sur le même sujet :
Ce lundi 12 septembre, Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement supérieur et de…

Le plan d’investissement France 2030

Cabinet de Marc Fesneau : cab-presse.agriculture@agriculture.gouv.fr

À propos de l’ANR

Cabinet de Christophe Béchu : presse@ecologie.gouv.fr

À télécharger