Frappes d’urgence à chaud – UNSA

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Alors que la pénibilité d’un hôpital public défraye régulièrement la chronique, la saison estivale s’annonce particulièrement difficile pour les services d’urgence. Afin de garantir la sécurité de la population, l’UNSA appelle le gouvernement à mettre en place des mesures palliatives et immédiates, comme le retour des gardiens obligatoires en médecine de ville ou le ciblage des patients à urgence négligeable.

Bordeaux, Paris, Senlis, Voiron… La liste des services d’urgence contraints de fermer leurs portes faute de moyens suffisants s’allonge de jour en jour. Et la période estivale ne devrait rien arranger. L’hôpital est à bout de souffle, épuisé notamment par la crise du Covid.

Pour prendre soin de la population et assurer sa sécurité, l’UNSA appelle le gouvernement à agir dès aujourd’hui en mobilisant tous les personnels de santé, qu’ils soient médecins, infirmiers, dentistes… accidentés et ainsi désengorger les services hospitaliers.

L’UNSA demande que le Service d’Accès aux Soins (SAS) permettant aux patients de prendre rendez-vous pour les rendez-vous médicaux municipaux urgents (ophtalmologiste, gynécologue, médecin, radiologue, etc.) devienne enfin une réalité et soit mis en place de manière efficace et efficiente sur tout le territoire !

Consciente que ces solutions ne résoudront pas tous les problèmes, l’UNSA exhorte le gouvernement à prendre ses responsabilités en organisant dans les meilleurs délais des concertations avec toutes les parties intéressées (syndicats, associations de malades, etc.). Des voies et moyens doivent être trouvés de toute urgence pour que le système de santé français retrouve sa perfection et cesse de puiser de l’eau de toutes parts. La sécurité et la santé des personnes en dépendent !