Gouvernement Terminal 2 : de nouveaux interlocuteurs pour les collectivités

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

La nouvelle équipe gouvernementale au grand complet de l’après-législatives a enfin été dévoilée ce 4 juillet, après la reconduction d’Elisabeth Borne comme Première ministre chargée de la Planification écologique et énergétique la semaine dernière. Elle compte 16 ministres, 15 ministres délégués et 10 secrétaires d’État. Parmi les promus, Christophe Béchu, éphémère ministre délégué aux Collectivités territoriales, devient ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires à la place d’Amélie de Montchalin, battue aux législatives. Caroline Cayeux, maire de Beauvais et présidente de Villes de France, a été nommée quant à elle ministre déléguée aux collectivités territoriales. Les portefeuilles jusqu’alors non pourvus comme le Logement et la Ville et les Transports reviennent respectivement à Olivier Klein, président de l’Anru et maire de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et à Clément Beaune, jusqu’alors chargé des questions européennes. On notera également la nomination d’une secrétaire d’Etat chargée de la ruralité.

La moitié du gouvernement nommé le 4 juillet, composé de 42 membres dont Elisabeth Borne, est constituée de ministres qui faisaient partie du premier groupe nommé le 20 mai. Bruno Le Maire reste donc à l’Economie, Gérald Darmanin à l’Intérieur, Catherine Colonna aux Affaires étrangères, Eric Dupond-Moretti à la Justice. Aucun changement : Sébastien Lecornu (Armée), Olivier Dussopt (Emploi, Etat-major et Insertion), Pap Ndiaye (Education nationale et Jeunesse), Sylvie Retailleau (Enseignement supérieur et Recherche), Marc Fesneau (Indépendance de l’Agriculture) et de l’Alimentation), Agnès Pannier -Runacher (Changement énergétique), Rima Abdul-Malak (Culture), Stanislas Guerini (Changement et Service Public), Amélie Oudéa-Castéra (Olympique et Paralympique). Gabriel Attal tient également les archives du ministre chargé des comptes publics. Et Isabelle Rome de la Délégation ministérielle à l’égalité femmes-hommes, à la diversité et à l’égalité des chances. Charlotte Caubel restera également la secrétaire d’État chargée des enfants du Premier ministre. Parmi les « anciens ministres », cinq remplaçants : Olivier Véran, ministre par intérim chargé des relations parlementaires, conserve le titre de ministre de la Réforme démocratique et devient porte-parole du gouvernement. Il remplace Olivia Grégoire, ministre déléguée à la PME, au Commerce, à la Technologie et au Tourisme. Franck Riester, ancien ministre des Affaires étrangères, prend ses fonctions alors que la présidence française de l’Union européenne s’achève le 30 juin. Christophe Béchu, ministre de l’éphémère éphémère délégué aux collectivités territoriales, promu ministre de l’Environnement et de la Coordination foncière, en remplacement d’Amélie de Montchalin, battue aux législatives. Au lieu de cela, Damien Abad, objet d’une enquête du parquet de Paris sur la tentative de viol, a quitté le gouvernement. Mais Chrysoula Zacharopoulou reste ministre en charge du développement alors que des patientes sont réprimandées pour ce qu’elles considèrent comme des « viols » alors qu’elles travaillaient chez un gynécologue. Une vingtaine de ministres sont nouveaux à leurs fonctions, comme l’ancien médecin urgentiste François Braun de la Santé, le chef de la Croix-Rouge Jean-Christophe Combe pour les Articulations et les Personnes handicapées ou encore Caroline Cayeux des Collectivités territoriales et Carole Grandjean de l’Enseignement et formation professionnels. .

qu’est-ce qu’une garantie responsabilité civile ?
Ceci pourrez vous intéresser :
En France, il est obligatoire pour les locataires. En revanche, il est…

Un tropisme « collectivités »

Un tropisme "collectivités"

L’« administration de l’environnement » du gouvernement Borne II a été renforcée par l’arrivée de Caroline Cayeux, ministre de la Délégation aux collectivités territoriales, sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des Affaires étrangères Gérald Darmanin et du ministre de l’Environnement et de la Coordination. terrain. Christophe Béchu. Inutile de faire la leçon à Caroline Cayeux, maire de droite de Beauvais et présidente des Villes de France depuis 2014. Lire aussi : ADS Conseils rejoint le réseau SAGESSE à Aussonne. A ce titre, elle a joué un rôle clé dans la mise en scène de la revitalisation des villes moyennes Action coeur de ville. ) renouvelé après 2022, avant d’être nommé nouveau président de l’Agence nationale de la coalition (ANCT) en décembre 2019, l’un des premiers chantiers phares d’Emmanuel Macron.

Son sentiment macroniste s’est manifesté lors des élections municipales de 2020, lorsqu’elle a quitté Les Républicains et a été réélue avec le soutien de La République en marche.

Fin 2021, elle appelait ouvertement à voter pour Emmanuel Macron. Pour son inauguration ultérieure le 7 mai, elle était parmi les invités. Sa nomination intervient quelques jours avant la Conférence des villes de France à Fontainebleau les 11 et 12 juillet, au cours de laquelle son maire, Frédéric Valletoux, a longtemps été nommé ministre. Caroline Cayeux interviendra dans le pouvoir triangulaire du président, du maire et du ministre.

Christophe Béchu sera le ministre de l’environnement et de la coordination foncière. Le maire d’Angers depuis 2014, n’a occupé que brièvement le poste de ministre délégué chargé des Collectivités locales sous la tutelle d’Amélie de Montchalin, qu’il a remplacée, suite à sa défaite aux législatives. Il s’est engagé lors de la passation de pouvoir à l’hôtel de Roquelaure « à façonner l’ambiance d’action, de décision, d’ambition, portée par les élus du lieu », soulignant que son équipe compte quatre maires. Christophe Béchu, qui sera chargé de la conservation de la nature, de la lutte contre les inégalités foncières et de la lutte contre l’étalement urbain, sera épaulé par deux ministres en charge des Transports et de la Ville et du Logement – Clément Beaune et Olivier Klein – et deux ministres des Collectivités Territoriales et Rurales. Secrétaires d’État. En tant que maire, « je mesure les problèmes quotidiens qui sont parfois convenus par ces arrêtés contradictoires » pour conduire à un changement environnemental, a-t-il encore confirmé. Christophe Béchu, 48 ans, fait partie des maires de droite et du centre considérés comme compatibles avec Macron : son nom avait déjà été évoqué dans le remaniement foncier lors du remaniement suite au départ de Gérard Collomb, en octobre 2018. « Je ne suis pas LREM , je suis différent à droite, même si je me vois comme membre de la majorité présidentielle 2020 », a déclaré le maire d’Angers qui a quitté LR en décembre 2017, suite à l’arrivée de Laurent Wauquiez à la tête du parti. Cette opposition LR, qui représentait Emmanuel Macron avant même l’élection présidentielle, a soutenu à plusieurs reprises le Premier ministre depuis, notamment à travers la « République des maires », un effort pro-Macron lancé par près d’une trentaine d’élus enfin. Près d’août Edouard Philippe, il s’est aussi présenté C’était la crise du coronavirus après la modernisation institutionnelle prônée par Emmanuel Macron, qui disait « tout ne se décide pas tout le temps à Paris ». Le chef de l’Etat l’a nommé il y a deux ans à la tête du Fonds français d’infrastructures (Afitf). Né le 11 juin 1974 à Angers, Sciences-Po, Christophe Béchu débute sa carrière politique à 21 ans comme conseiller municipal d’Avrillé (Maine-et-Loire). Président de l’Assemblée générale de ce département de 2004 à 2014, il a été élu maire d’Angers en 2014, après 37 ans de régime socialiste, et a été majoritairement réélu en 2020. Partisan du mouvement doux, il est fier d’avoir des Angevins Ville « la ville la plus performante », la plus intelligente (ville de l’intelligence et de la connectivité) de France », avec vélos et motos autopropulsés. Il a également été brièvement député au Parlement européen (2009-2011), puis sénateur du Maine-et-Loire (2011-2017).

À Lire  Assurance santé des expatriés : Henner accompagne les entreprises et les particuliers dans leur mobilité internationale

Le nommé ministre de la Ville et de l’Habitat, deux départements non pourvus par l’ancien gouvernement Borne, Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), l’une des villes les plus pauvres de France, apporte le niveau de travail . quartiers gouvernementaux. Il a grandi dans la commune de Chêne Pointu, lieu des Misérables de Ladj Ly souvent présenté comme l’une des copropriétés les plus pauvres. Pour la première fois membre du Parti communiste, un professeur de géohistoire a rejoint le PS en 2006. Après quinze ans de camp socialiste, Olivier Klein a approché et soutenu Emmanuel Macron. « Il est très attaché à sa ville natale », a déclaré le président PS de Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel. « Il a contribué à changer les choses. Personne ne peut dire que cette ville n’a pas changé en 15 ans », a déclaré l’élu. « J’espère que dans les semaines, les mois et les années à venir, il se rendra compte à quel point il n’a pas oublié la Seine-Saint-Denis et défendu l’égalité foncière parce qu’il y a du travail ! », a commencé Stéphane Troussel. Olivier Klein est également à la tête de l’Agence nationale pour le renouvellement urbain (Anru) depuis fin 2017 et vice-président de la Métropole du Grand Paris, délégation logement et diversité.

Autre portefeuille en attente de possession : les transports. Clément Beaune a été nommé lundi ministre des Transports, à la suite du conseiller spécial « Monsieur Europe » d’Emmanuel Macron auprès du ministre des Affaires étrangères de l’époque. Il est diplômé du Collège européen de Bruges, qui forme des dirigeants européens, et ancien élève de l’ENA. Issu de l’aile gauche de la Macronie, il s’est frotté en juin pour la première fois à un vote international, remportant une coupe de cheveux lors d’une élection législative dans le centre de Paris. Il quitte les affaires européennes quelques jours après la fin de la présidence française de l’Union européenne, dont il était membre. Les transports, cependant, seront toujours confrontés à la concurrence en Europe où de nombreux enjeux de mobilité sont déterminés, notamment les investissements dans les infrastructures. Clément Beaune devrait également mettre en œuvre des plans de réduction des émissions de carbone sur les transports routiers, aériens et maritimes, se pencher sur l’avenir des contrats routiers ou trouver des moyens de moderniser le réseau ferroviaire.

La conseillère de Gironde Bérangère Couillard a été nommée secrétaire d’État à l’Écologie Christophe Béchu. Elle a fait carrière dans le commerce de détail, l’alimentation et l’habillement, avant d’intégrer le Conseil de la Couleur LREM 2017. Il a été réélu en juin. Membre titulaire du Conseil supérieur de l’énergie, elle a également siégé à la Commission du développement durable lors de son précédent mandat. Elle a notamment été coordinatrice de la loi d’orientation des mouvements (LOM). Son entrée au gouvernement intervient dans le cadre de la deuxième phase de la stratégie nationale de la biodiversité, et la COP15 sur la biodiversité devrait approcher en décembre.

Assurance moto - Comparez les offres des compagnies d'assurance
Sur le même sujet :
Comparez les assurances motos Assurance moto : comparez gratuitement, sans engagement et…

Quatre ministres délégués à Bercy

Quatre ministres délégués à Bercy

Autre bonne nouvelle pour les collectivités : le retour du secrétaire d’État aux Affaires rurales, sous la tutelle du ministre de l’Environnement et de la Coordination foncière Christophe Béchu. Le poste a été confié à Dominique Faure qui a remplacé Joël Giraud après une interruption de deux mois, que les élus des circonscriptions rurales n’ont pas dénoncé. Le vice-président nouvellement élu de la Renaissance en Haute-Garonne, Dominique Faure, peu connu au niveau national, est issu du parti d’extrême droite. En 2014, il est élu maire de Saint-Orens-de-Gameville, petite commune de 11 600 habitants de la région toulousaine. Depuis 2020, elle est la première vice-présidente de la capitale pour l’économie, la créativité et l’emploi. Ingénieur de formation, diplômée de l’Insa de Lyon et d’HEC, son parcours l’a mené à de nombreuses communications (Cegetel, SFR) et ressources humaines (Altedia). Elle est ensuite devenue consultante en transformation numérique pour de grandes entreprises. Les maires ruraux lancent notamment un nouveau programme de revitalisation des villages, conçu pour ACV ou les Petites Villes de Berri.

Hervé Berville sera le secrétaire d’État aux Affaires maritimes. Le député LREM, réélu en juin, a été impliqué au sein du Conseil national d’aide au développement et a été le « représentant spécial » d’Emmanuel Macron pour Kigali 2019 lors de la 25e commémoration du génocide au Rwanda, son pays d’origine. Orphelinat à Kigali avant le début du génocide, il est emmené avec son frère et élevé à 4 ans dans une famille de Pluduno (Côtes-d’Armor). Il n’est retourné au Rwanda qu’en 2015, où une partie de sa famille tutsie d’origine a été tuée pendant le conflit. Parallèlement, Hervé Berville, 32 ans, a fréquenté aujourd’hui Sciences-Po Lille, London School of Economics, et a travaillé comme économiste pour l’Agence française de développement (AFD) au Mozambique. Proche du PS, il a rejoint le consortium « Les Jeunes avec Macron » à l’automne 2015, avant de devenir la référence des Côtes-d’Armor pour l’élection présidentielle. Elu Palais Bourbon 2017, l’un des cadets, siège naturellement à la commission des affaires étrangères. Hervé Berville a notamment remis un rapport sur la modernisation de l’aide au développement en 2018. L’année dernière, il était le représentant légal de la Réforme française de l’aide au développement, avec des moyens en cours de consolidation et de revue dans dix-huit pays africains et en Haïti.

Une nouvelle équipe de ministres délégués entoure le cabinet de Bruno Le Maire depuis… 2017 ! Ce pilier de la Macronie a bien été renommé, sans surprise, à sa place. C’est aussi le cas de Gabriel Attal qui est détenu par le ministre des Comptes publics, précédemment nommé par le premier gouvernement Borne, après avoir été porte-parole du gouvernement de Jean Castex. Deux adjoints rejoindront Bercy : Roland Lescure et Jean-Noël Barrot, respectivement en charge de l’Industrie et de la Transformation numérique et de la Communication. Ils ont rejoint Olivia Grégoire à son retour à Bercy après avoir brièvement été porte-parole du gouvernement Borne I. Bruno Le Maire et du gouvernement Edouard Philippe. Vice-président français pour l’Amérique du Nord en mai dernier, Roland Lescure est président de la commission des affaires économiques du Conseil depuis 2017. Il a été le représentant général de la loi Pacte et a travaillé à ce titre sur l’exclusif Aéroports de Paris, un projet paralysé par les projets de loi référendaires et le déclenchement des émeutes des gilets jaunes, signes du premier quinquennat d’Emmanuel Macron. A cet égard, Roland Lescure semblait également inciter à une opération parlementaire incluant un consultant, destinée à évaluer le coût des dégâts causés par l’affichage des gilets jaunes. Visant la session de l’Assemblée, il est battu par Yaël Braun-Pivet. Porte-parole de La République en marche, il se voit attribuer un poste stratégique, une usine – qui était remarquable et n’apparaissait pas dans le premier gouvernement Borne -, il remporte donc l’Agnès Pannier-Runacher. Elle sera chargée du « recyclage », thème phare de la campagne, avec la poursuite les terrains industriels et la mise en œuvre du plan France 2030.

À Lire  Selon « 60 millions de consommateurs » cette astuce ultime pour reconnaître le vrai saucisson artisanal

Réciproque : les assurés exigent un contrat plus lisible
Ceci pourrez vous intéresser :
Globalement satisfaits de leur prise en charge, les assurés interrogés par Malakoff…

Intérieur et Outre-mer

Intérieur et Outre-mer

Autre récompense : Modem Jean-Noël Barrot qui vient d’être officiellement nommé ministre de l’Intérim et de la Communication. Réélu en juin avec 64,3 % des suffrages face au candidat du Nupes, le député des Yvelines est un producteur pur et neutre, aux côtés de son père, ancien ministre et président européen Jacques Barrot. Peu connu du grand public, Jean-Noël Barrot, 39 ans, est expert budgétaire et secrétaire général du MODem. En 2021, il a surmonté le besoin de la France d’un rapport sur « Accélérer la reconstruction de l’économie foncière » remis à Matignon dans le sillage de la crise suite au glissement de terrain du Covid-19. Il a formulé 27 propositions en faveur des terres fragiles, dont le « Forfait Relance » qui leur sera remis en 2022 sous forme d’aménagements de valorisation et de contrats de transition environnementale (lire notre article du 30 juin 2021). Il a aussi milité pour le « droit à la reconquête des terres » pendant la grande transition, notamment en matière d’environnement (Lire notre article du 22 novembre 2021).Au MIT de Boston, Jean-Noël Barrot a été élu vice-président des Yvelines en 2017 sous la marque MoDem. Sa victoire aux législatives avait un goût de revanche, et bien qu’il ait été nommé député départemental, il a en partie échoué à fonder par la Haute-Loire, une force familiale où son père et son grand-père étaient députés. L’économiste a depuis été influencé Par le mouvement central des Fran dhexeois Bayrou, il n’a cessé depuis cinq ans de s’immiscer dans l’évaluation des politiques publiques. par l’ancien candidat socialiste à la présidentielle Be noît Hamon mais au lieu de venir à la base fédérer les aides sociales existantes.

Enfin, l’équipe de Bercy est renforcée par le retour d’Olivia Grégoire, porte-parole momentanée de Borne I, qui, après avoir été secrétaire d’État ESS auprès de Jean Castex, devient ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l’Artisanat. et Tourisme, par exemple le thème de l’ancien secrétaire du gouvernement Jean-Baptiste Lemoyne.

Retraite : les Français demandent conseil
A voir aussi :
La vie suisse en Franceréforme des retraites Emploi L’étude, publiée par le…

Quai d’Orsay

Quai d’Orsay

A noter qu’il n’y a actuellement pas de secrétaire d’Etat à Bercy. Le remaniement est aussi le signe du retour au pouvoir de Marlène Schiappa, après l’éviction du président post-électoral. Au moment où l’émission de C8 devrait avoir lieu, elle sera secrétaire d’État en charge de l’ESS et de la Vie associative, mais directement sous l’autorité d’Elisabeth Borne.

Rue de Grenelle 

Gérald Darmanin a été confirmé au ministère de l’Intérieur, malgré la polémique au Stade de France. Son premier projet sera le vote Lopmi (loi d’orientation et de programme du ministère de l’Intérieur) présenté en Conseil des ministres en mars dernier. Outre son encadrement par Caroline Cayeux, le portefeuille s’est étendu à l’étranger. Celle-ci a été soutenue par Jean-François Carenco, ministre délégué chargé des Affaires étrangères. L’actuel président de la Commission de régulation de l’énergie remplace ainsi Yaël Braun-Pivet convoquée sur place. A 65 ans, Jean-François Carenco a fait une longue carrière dans l’administration, avant d’être nommé en 2015 gouverneur de la gobolkale-de-France, gouverneur de Paris, où il a contribué au développement de Paris. Ses connaissances étrangères remontent à la première partie de sa carrière comme secrétaire général de la Nouvelle-Calédonie (1990), préfet de Saint-Pierre-et-Miquelon (1996), gouverneur de la Guadeloupe (1999).

Également attaché au ministère de l’Intérieur et des Affaires étrangères, Gérald Darmanin, secrétaire d’État à la Citoyenneté, Sonia Backès est la première femme politique calédonienne à entrer au gouvernement. Militante locale des droits des libertés, la femme de 46 ans, qui fait de la politique depuis l’âge de 18 ans, est présidente de la région sud de la société française ; Une fonction locale qu’elle conservera même en tant que secrétaire d’État, comme elle l’a exprimé sur sa page Facebook en réponse à sa nomination, « car c’est une tâche que les Calédoniens m’ont confiée il y a 3 ans ». Elle succède à Marlène Schiappa au poste de secrétaire d’État à la Cohésion économique et sociale et à la Vie sociale.

Santé : priorité aux urgences

Si Clément Beaune quitte les enjeux européens des transports, le gouvernement gardera sa ligne eurocentrée. Il a été remplacé par l’économiste Laurence Boone, secrétaire d’État aux Affaires européennes, sous l’autorité de la ministre des Affaires européennes et des Affaires étrangères Catherine Colonna (actualisée). Après une carrière bien connue au sein d’un doctorat à la London Business School, elle s’est spécialisée dans la banque et l’assurance. Elle connaissait Emmanuel Macron de longue date, notamment lorsqu’il l’a remplacé au palais de l’Élysée à l’été 2014 en tant que conseiller économique lorsqu’il a été nommé ministre des Finances. Et comme lui, elle a travaillé dans des banques d’investissement, notamment Bank of America-Merryll Lynch, où elle a dirigé des recherches économiques en Europe. Elysée, a participé aux négociations sur l’accord de Paris. L’économiste en chef de l’OCDE jusqu’en 2018, a été promu secrétaire général adjoint de l’organisation en janvier.

« Ministère des vulnérabilités »

Annoncée en retrait après deux dossiers de viol déposés par des patientes chez son gynécologue, Chrysoula Zacharopoulou est détenue par la secrétaire d’Etat au Développement, à la Francophonie et à la Coopération internationale.

L’équipe du Quai d’Orsay était complétée par le député du Haut-Rhin Olivier Becht, ministre délégué au Commerce extérieur, à l’Attraction et aux Français de l’étranger. Réélu en juin aux côtés de la marque Renaissance avec plus de 64 % des suffrages, c’est un proche de Franck Riester, qu’il a remporté.