Grève des contrôleurs SNCF : « Le marché de Noël a bien démarré et est en plein essor ! « , s’énerve un commerçant strasbourgeois

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Ce jeudi matin, dans les chalets de Noël au pied de la cathédrale de Strasbourg, les commerçants oscillent entre résignation et colère. Une grève des contrôleurs SNCF va perturber les trajets aller-retour des TGV du vendredi au lundi matin. Une grève qui pourrait être reconduite pour les fêtes de fin d’année a mis les syndicats en demeure. « C’est le premier gros week-end pour nous, c’est un bon début et boum !, rage un commerçant. On dirait qu’ils le font exprès. »

Selon les prévisions, seul un TGV sur trois est annoncé dans le Grand-Est et déjà des SMS et mails sont envoyés aux clients pour les informer si leur trajet sera sauvé ou non. « Je comprends la motivation des grévistes, ils veulent qu’on pense à eux, mais ils ne pensent pas à nous, ils s’en fichent », lâche un autre commerçant désespéré. Il faut dire que le marché de Noël de Strasbourg attire chaque année plus de deux millions de visiteurs.

Ce jeudi matin, alors que les chaudrons de vin chaud commencent à chauffer, certains commerçants s’inquiètent tandis que d’autres restent sceptiques face à cette mauvaise nouvelle, presque résignés. « C’est comme chaque année en fait, donc bien sûr qu’on va se faire toucher, mais ça devrait aller », sourit un vendeur de bonbons. « C’est surtout le côté répété de ces grèves qui donne une mauvaise image à la destination Capitale de Noël, ajoute un homme d’affaires. Au fil des années, beaucoup de gens vont se poser la question avant d’envisager un voyage ici. »

À Lire  C'est l'étoile qui dort le moins

« Déjà des annulations »

Inquiétudes et craintes partagées par Véronique Siegel, hôtelière et présidente de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie du Bas-Rhin. « Nous avons plus que peur car nous avons déjà enregistré des annulations. La première mercredi et encore ce jeudi matin. Les clients appellent pour savoir jusqu’à quand ils peuvent annuler gratuitement car ils essaient de voir si leurs trains sont sauvés ou non car ils « Je ne suis pas sûr du retour. Voir l’article : Beauté & Bien-être : Galeries Lafayette Wellness Gallery, un lieu dédié à la beauté In & Out. Nous sommes désolés, nous sommes en colère, le président est en colère. Pour ce week-end, on espère que les gens viendront par d’autres moyens de transport, mais honnêtement, ce n’est pas sûr. Par contre, ça crée un climat de méfiance et clairement, ceux qui avaient prévu de partir, qui n’ont pas forcément encore fait de réservations pour la fin d’année, vont sans doute revoir leurs plans pour ne pas se retrouver coincés dans les transports.

« C’est un coup dont on n’avait pas besoin, poursuit le président de l’Umih 67. Parce qu’on sort quand même de deux années compliquées, une année 2023 qui s’annonce extrêmement incertaine. Alors là, on était optimiste parce qu’on avait des portefeuilles de réserve. c’était satisfaisant et cela nous laissait espérer avoir au moins une bouffée d’air frais pour payer nos dépenses. C’est un coup dur dont nous nous passerions.

« Sale tour » même pour Sassi Ben Mourdi, représentant des places du marché strasbourgeois. « Ça va avoir un impact très négatif. Ce sont nos plus gros week-ends, la SNCF a annoncé qu’ils vont ajouter des trains, et là ils en retirent. Ça se complique. » Compliqué? La situation devient telle pour David et Sarah, touristes américains, dont le TGV pour Paris semble demain annulé. « Nous ne savons pas où dormir demain soir », nous a dit le jeune couple. Il va falloir trouver un hôtel, c’est cher à Noël et on ne sait pas trop s’il y a de la place. Nous prendrons un bus, compris. »

À Lire  Sur TikTok, les passeurs vers les États-Unis font leur promotion en toute sérénité

Voir l’article :
On ne vous apprendra rien fin 2022, le sommeil est un must…