Guichet unique pour les entreprises : simplifié… pas si…

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Depuis le 1er janvier, les entreprises effectuent leurs formalités uniquement en ligne. Plus pratique ? En théorie, oui. Mais en pratique, pour le moment, pas toujours.

C’était l’une des dispositions de la loi Pacte 2019 : la création d’un guichet unique, en ligne, pour toutes les formalités d’entreprise (immatriculation-création, modifications, résiliation). Auparavant, six acteurs différents pouvaient intervenir : les trois chambres consulaires (commerce et industrie, industrie, agriculture) ; tribunaux de commerce, Urssaf et administration fiscale. Lire aussi : Le Nigérian Oyin Solebo est le nouveau directeur général d’ARM…. Et il y avait plusieurs entrées sur le web.

Depuis le 1er janvier, toutes les entreprises doivent passer par formalites.entreprises.gouv.fr, un site géré pour le compte de l’État par l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI), jusqu’alors spécialisé dans la protection des marques et des innovations et non habitué à d’énormes flux de demandes. « En tant qu’entrepreneur, je souscris au principe d’un guichet unique pour toutes les entreprises, de la naissance à la mort », a déclaré Marc Beggiora, président de la CCI de Savoie. Mais je ne comprends toujours pas le choix de l’INPI : ce n’est pas une structure adaptée à cette mission. »

« La simplification, tout le monde y est pour… pourvu que ça simplifie vraiment. Ce n’est pas le cas actuellement », ajoute Philippe Carrier, son homologue de la CCI de Haute-Savoie, ajoutant aux difficultés de mise en place du nouveau système malgré une période de transition d’un an et demi.

« J’ai un peu de mal à comprendre la raison de ce changement, car il n’y avait pas de problème avec l’ancien système : on n’a jamais eu de retour négatif sur la qualité du service et ça ne coûte rien au contribuable », a ajouté Vincent Gaud, président. de la chambre régionale des métiers (CMAR), encore plus prudente.

À Lire  Découvrez le programme de licence en trois ans de l'Université Internationale de Monaco et son admission hors cursus...

Sortis du jeu, appelés comme pompiers

Créer une société ou modifier ses statuts n’a parfois qu’une formalité de nom. « Sept dossiers de constitution sur dix sont incomplets ou contiennent une ou plusieurs erreurs, souligne Vincent Gaud. Les chambres avaient donc mis en place des services d’accompagnement (payants), avec du personnel dédié… et personnellement accessible, contrairement au guichet unique en ligne. Malgré le transfert de compétences à l’INPI, ils ont décidé de le conserver. Et ils pensent qu’ils sont utiles pendant cette période de transition.

Les chambres conservent également une mission d’information, ainsi que, le cas échéant (professions réglementées), la mission de « qualification » (par exemple, vérifier si l’entrepreneur possède le diplôme requis). Il est clair que les organisations consulaires ont été chassées de la mission principale, mais elles continuent d’informer. Ils jouent même les sapeurs-pompiers de service face aux bugs de lancement : pas forcément plus simple à déchiffrer pour les entreprises.

Une fois le lancement digéré, les chambres s’attendent à une baisse de la demande de soutien. Donc sur une baisse du chiffre d’affaires : il devrait être d’environ 200 000 euros de moins pour la CCI 74 en 2023. Pas de quoi mettre en péril la survie de l’organisme, qui dispose d’un budget total de 11 millions d’euros, même s’il garde d’en tenir compte. « Cette baisse de chiffre d’affaires nous préoccupe moins que le plafonnement de la ‘taxe CMA’, même si elle a été ajustée à la baisse dans le compte de financement [8 M€ au lieu de 15 M€, NDLR] », indique son côté Vincent Gaud.

À Lire  Fin d'Universal Analytics : et après ? - Actualités et moteurs SEO.

« Nous venons de revoir à la hausse les tarifs de nos autres prestations », ajoute Marc Beggiora pour la CCI 73. « A cause de l’inflation et parce que nous ne les avions pas augmentés depuis plusieurs années, mais aussi à cause de ce manque à gagner. « Socialement pas de rupture en vue : les chambres parviendront à lisser la transition, via le non-remplacement des quartiers naturels et les transferts de personnel vers d’autres missions.

Éric Renevier Image en vedette : https://www.guichet-entreprises.fr/fr/

Voir l’article :
Je suis Irène Cybulsky. Photo : Université Queen’s & # xD ;«…