Iboundji : Le mauvais état de la route oblige une famille à dormir avec un corps dans les bois

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

La population du regroupement du département de l’Ogoulou dans la province de la Ngounié n’est pas au bout de ses peines et ce depuis plusieurs années. Et pour cause, les pluies diluviennes tombées en 2019 à Iboundji ont créé des dégâts collatéraux, dont des glissements de terrain s’étirant sur 14 kilomètres au grand dam des usagers empruntant cet itinéraire. La situation est telle que ces localités sont désormais coupées du reste du pays et la population locale a du mal à se déplacer. C’est particulièrement le cas pour une famille qui est coincée avec un cercueil pendant plusieurs jours.

« Le chemin du développement passe par le développement de la route », lit-on dans la mythique formule sud-africaine. Il semble que cette maxime ne soit pas connue des autorités du département de l’Ogoulou en charge de l’aménagement routier. Pour preuve, l’abandon de routes dont se plaignent quotidiennement usagers et transporteurs. Aucune véritable stratégie n’est mise en œuvre pour permettre à la population de ces localités de la province de la Ngounié de bénéficier dignement de voies terrestres facilitant les activités économiques et humaines. Une épreuve qui dure depuis 3 ans.

Dernier fait en date, la famille s’est retrouvée avec le corps au milieu de la forêt pendant plusieurs jours. Dans une vidéo postée sur Facebook, on voit comment ce dernier a été laissé pour compte par le transporteur, contraint de rebrousser chemin à cause des marécages et des nids de poule sur la route. Une triste situation qui devrait interpeller la plupart des instances gouvernementales, dirigées par le ministre des Travaux publics, Toussaint Nkouma Emana.

À Lire  CDB. Thérapie à base de plantes?

Le mauvais état de la route terrestre est un frein pour les véhicules qui finissent par s’enliser. Qu’en est-il des autres grands transporteurs qui devraient permettre le transport de produits agricoles ou autres denrées alimentaires dans cette partie du pays ? Ainsi, sur plus de 14 kilomètres entre les villages de Nombo et Kanda, la pluie tombée en 2019 a laissé des cicatrices matérialisées par un énorme collatéral important comme un glissement de terrain.

L’état désastreux et terrible de la route qui ne peut s’expliquer que par la négligence et la fabrication des gouvernants, qui ont pourtant fait de grandes promesses dans leurs multiples projets et annoncé le creusement de plusieurs axes à l’intérieur du pays. Des années plus tard, de nombreux gouvernements successifs semblent ne briller que par de grands effets d’annonce.

Pourtant, annoncé comme l’une des prérogatives du Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE), cet axe semble avoir été relégué au calendrier grec. Gageons que le numéro un gabonais, Ali Bongo Ondimba et son gouvernement dirigé par Rose Christiane Ossouka Raponda entendront le cri des habitants d’Iboundji et mettront fin à ce calvaire qui dure depuis trop longtemps.

Andy Marvin Nze http://gabonmediatime.com

Fils de Lambaréné, passionné d’écriture et adepte des réseaux sociaux, qui se fait un plaisir d’informer sur l’actualité gabonaise et internationale. J’étais présentateur, maintenant j’ai une maîtrise en sciences politiques et relations internationales