Immobilier : à partir de quel salaire peut-on réaliser un investissement locatif ?

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Publié le 10 nov. 2021, 13:00 Mis à jour le 10 nov. 2021, 13:03

La flambée des prix de l’immobilier dans certaines grandes villes de France empêche de plus en plus de Français, souvent des jeunes, d’accéder à des biens correspondant à leurs besoins. L’astuce pour y parvenir : rester locataire et réaliser des investissements locatifs pour votre première acquisition immobilière.

Après tout, c’est le parti pris de Beanstock, une nouvelle société spécialisée dans les investissements locatifs. Elle a récemment mené une étude détaillant ville après ville le salaire nécessaire pour investir dans une petite surface, entre 13 et 18 mètres carrés tout en étant locataire.

A partir de 2 039 euros bruts mensuels il est ainsi possible d’investir à Perpignan et quelques euros de plus (2 085 euros) au Havre. De l’autre côté du classement, Paris, dont le mètre carré moyen a dépassé les 10 000 euros, exige un revenu de 3 784 euros. Dans l’éventail des villes exigeant les salaires les plus élevés, on retrouve Bordeaux (2 762 euros) puis Lyon (2 727 euros).

La start-up s’appuie sur une hypothèque sur vingt ans, avec un taux d’endettement maximum, un prêt de 1,20%, avec des frais de notaire de 8% et envisage un apport de 15%. De plus, le nombre moyen dans les villes étudiées, la rentabilité moyenne des investissements locatifs selon leur géographie.

À Lire  Louer : il vaut mieux choisir une maison vide ou...

Plus de flexibilité

Enfin, l’entreprise a ajouté des coûts de main-d’œuvre (courants lors d’un investissement locatif), mais également des frais facturés lorsqu’elle agit en tant qu’intermédiaire. « Nos honoraires sont considérés comme les honoraires moyens que vous obtiendriez si vous ne passiez pas par nous. Ceci pourrez vous intéresser : Les banques sont-elles suffisamment préparées aux risques climatiques ?. La raison ? Nous négocions davantage sur les emplois, les courtiers… ce qui permet de réduire les coûts de nos clients », assure Alexandre Fitussi, co-fondateur. de Beanstock.

Depuis la crise sanitaire, l’intérêt des Français et notamment des plus jeunes se poursuit. Il faut dire que les offres se font majoritairement pour financer l’immobilier et investir « clé en main ».

« L’âge moyen de nos clients est de 28 ans. Pour certains d’entre eux, l’investissement locatif répond à la question de la flexibilité : ils ne savent pas où ils seront dans les cinq prochaines années, ils ont du mal à se projeter », poursuit l’entrepreneur. Ils ne veulent pas non plus s’embarrasser d’une résidence principale, ou n’ont pas les moyens d’acheter l’appartement qu’ils souhaitent habiter.

Lire aussi :
A partir du 1er février 2023 et dans un délai de 5…