Immobilier : Masteos, start-up clé en main, lève 15 millions d’euros

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Publié: 21 sept. 2021, 07:00. Mise à jour : 21 septembre

C’est une histoire d’amour qui dure. Havre de paix par excellence, la pierre et surtout l’investissement locatif a la grâce à la française. La start-up Masteos, spécialiste de ce segment, l’a bien compris. La start-up, fondée en 2019, annonce l’une des plus importantes levées de fonds du secteur avec un tour de table de 15 millions d’euros auprès du Fonds Daphni et d’un pool de business angels.

Objectifs : renforcer l’aspect clé en main de sa solution grâce à la technologie et la déployer en Europe, notamment en Allemagne et en Belgique au premier trimestre 2022. Toi et que demain sera l’investissement locatif réalisé sur un smartphone », précise Thierry Vignal, co-fondateur et PDG de l’entreprise.

Pour l’aider, Gabriel Klein, l’ancien directeur technique de Neobank Qonto, a rejoint les rangs de l’équipe, qui compte déjà 150 collaborateurs. Ce dernier a également participé à la remontée.

La start-up centralise déjà l’essentiel du processus d’investissement : courtier en ligne (partenariat avec Pretto), visites virtuelles, facturation et définition des travaux, devis et calcul de rentabilité, équipements, gestion locative à la demande… CDI, chasseurs immobiliers, ou même les gestionnaires de location. Il a même une exclusivité chez un notaire.

Des primo-accédants

« C’est cette approche intégrée ‘tout en un’ qui nous a séduits. Ceci pourrez vous intéresser : Crypto-monnaie : le moyen de gagner le plus d’argent ?. Ne pas confier les travaux ou la gestion locative à d’autres sociétés permet un alignement des intérêts entre l’entreprise et les propriétaires », note Stanislas Lot, investisseur chez Daphni.

Parmi les pistes de développement, Masteos souhaite lancer un « algorithme de matching » sur son application. L’idée : éviter de laisser le bien à quelqu’un d’autre, et mettre en relation les bons acquéreurs avec les bons vendeurs.

À Lire  Pierre Poilievre devrait apprendre de John Diefenbaker : jouer avec la banque centrale à ses risques et périls et

La majorité des utilisateurs sont des primo-accédants, des cadres disposant d’un revenu brut moyen de 3 500 euros, qui habitent des grandes villes comme Paris et n’ont pas forcément les moyens d’acquérir une résidence principale à la hauteur de leurs ambitions.

Lire aussi :
Pour le dernier conseil municipal avant la trêve estivale, un riche programme…

Marseille en vedette

C’est très souvent l’accès au crédit bancaire qui tire la demande. Le resserrement de la vis du Haut conseil de stabilité financière (HCSF), qui oblige les banques à limiter la durée des prêts à 25 ans, et à 35 % le taux d’endettement, n’inquiète pas l’entrepreneur.

« La décision est tout à fait saine, estime l’entrepreneur, qui est rémunéré par une commission de 5 % sur le chiffre d’affaires et de 5 % sur le montant du loyer. D’autant que le seuil d’endettement maximum a été repoussé de 33 % à 35 % du les revenus. »

La start-up a progressé pour atteindre près d’une centaine de ventes par mois sur l’année. Surtout à Marseille, ville gâtée par les parisiens. « On est proche de la bulle immobilière. Entre 5 et 10 appartements par semaine sont achetés par des Parisiens », note Thierry Vignal, qui concentre cette année l’essentiel de son chiffre d’affaires d’une dizaine de millions d’euros à travers la cité phocéenne.

Comment choisir sa banque en ligne ?
Sur le même sujet :
Par Partenaires des défis Compte principal ou compte secondaire ? Prêt pour une…

Croissance rapide

L’entreprise, qui en décembre dernier avait déjà collecté 1,1 million d’euros « sur WhatsApp » auprès de business angels, de ses salariés et de ses clients, est en pleine croissance. Elle prévoit d’en recruter 250 au cours des vingt-cinq prochains mois. Présent dans les huit capitales de France (Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Strasbourg, etc.), Masteos prévoit d’ouvrir en parallèle dans les 26 prochaines villes de France.

À Lire  L'anticipation est toujours le modèle de notre pensée

« Nous croyons fermement que nous pouvons créer une nouvelle classe d’actifs. Le gros désavantage que prend la start-up réside dans le temps et l’expertise que demande un tel investissement », explique Stanislas Lot de Daphni, qui dirige la start-up soutenue sur son expansion européenne.

Pour le moment, peu de joueurs étrangers ont la tête, dit-il. « Le marché locatif est très favorable en France par rapport à d’autres pays, le leader européen sera probablement français », prédit-il. La messe a été dite.

Mangalore Refinery and Petrochemicals Limited nomme Pomila Jaspal au poste de directeur
Sur le même sujet :
Accueil ZonebourseActionsIndeBombay Stock ExchangeMangalore Refinery and Petrochemicals LimitedActualitésSynthèse    500109   INE103A01014 …