Incendies en Gironde : ne donnez rien aux animaux secourus !

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Par S.C. Publié le 23/07/2022 à 17:57.

Le centre de soins LPO Aquitaine est un refuge pour une vingtaine d’animaux intoxiqués par la fumée. Où on déconseille fortement de les nourrir en forêt

Basé à Audenge, dans le bassin d’Arcachon, le centre de soins de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) Aquitaine accueille déjà une vingtaine d’animaux intoxiqués par…

Basé à Audenge, dans le bassin d’Arcachon, le centre de soins de la Ligue de protection des oiseaux (LPO) Aquitaine accepte déjà une vingtaine d’animaux intoxiqués par des fumées épaisses, majoritairement de jeunes écureuils roux, mais aussi des faons et une crécerelle. Souffrant de problèmes respiratoires plus que de brûlures, la plupart sont placés sous oxygène. « Mais le plus gros du travail est encore à venir, c’est souvent lorsque les feux sont maîtrisés que la faune en détresse est repérée », a expliqué la LPO.

Si les bénévoles du centre confirment la possibilité pour les riverains de laisser à disposition des conteneurs peu profonds, ils déconseillent fortement de déposer de la nourriture en forêt. « C’est le risque de voir se développer des semences inadaptées, des pourritures et donc des intoxications ou des maladies comme les zoonoses. Et de mentionner au passage ces braves gens vont nourrir les animaux avec des pâtés. « Beaucoup de fausses informations circulent sur les réseaux sociaux. N’oublions pas que même avec la meilleure volonté, une mauvaise organisation peut avoir des conséquences plus néfastes que si rien n’avait été fait. »

Si vous constatez qu’un animal est blessé ou affaibli, contactez le centre de soins le plus proche. En Gironde celui de la LPO (06 28 01 39 48), en secteur Pays celui d’Alca Torda (06 82 20 00 10) et enfin le centre nature de Tonneins pour le Lot-et-Garonne (06 18 53 72 55.)

À Lire  75 000 chiens et chats sont volés chaque année en France, certaines espèces sont plus surveillées

Le reste de cet article est réservé aux abonnés.

Découvrez l’offre Premium : Le journal + Accès à tous les articles depuis 1944 + L’Edition du Soir + Le Club des Abonnés