INFORMATIONS FRANCEINFO. Terrorisme, crypto-monnaie et miel aphrodisiaque : « Abou Abeille » inculpé et emprisonné

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Jonathan B., de son vrai nom, est soupçonné de s’être rendu en Syrie et de financer le terrorisme à base de cryptomonnaies. Elle est célèbre pour le commerce du miel aphrodisiaque.

Publié le 15/10/2022 14:49

Mis à jour le 15/10/2022 20:31

Un homme de 42 ans a été inculpé d' »organisation criminelle de terrorisme » jeudi 13 octobre à Paris et placé en garde à vue, a appris franceinfo samedi de source judiciaire proche du dossier. Surnommé « Abou Abeille » pour son commerce de miel enrichi en drogue orale, il est soupçonné de se rendre en Syrie et de financer le terrorisme à base de cryptomonnaies. La justice le soupçonne également d’avoir des intentions terroristes sur le sol français.

Selon une source proche du dossier franceinfo, le suspect a été identifié en Malaisie dans le cadre d’une enquête inédite de longue date menée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et la Sous-direction de la lutte contre le terrorisme (SDAT). du financement par crypto-monnaie des terroristes dans la région Irak-Syrie. Jonathan B., de son vrai nom, est soupçonné d’avoir également fréquenté la Malaisie.

En septembre dernier, « Abou Abeille » a été expulsé de ce pays d’Asie du Sud-Est. Il a été placé en garde à vue lundi 10 octobre par les enquêteurs de la sous-administration antiterroriste, qui le soupçonnaient, outre le financement du terrorisme, de s’être rendu en Syrie entre 2013 et 2015. Ils l’ont aussi interrogé provoqué par l’éventuelle volonté d’un attentat. sur le territoire français, qu’il ouvrit à ses compagnons.

À Lire  Assemblée générale 2022 : votera-t-elle pour ou contre le climat ?

L’enquête initiale avait déjà conduit à plusieurs arrestations il y a trois ans. En septembre 2019, le parquet national antiterroriste a effectivement annoncé l’arrestation de 29 personnes. Ils sont soupçonnés de financer le terrorisme dans la région Irak-Syrie avec une méthode nouvelle et plus obscure que les mandats en espèces, via des coupons en bitcoins.

Au moins 280 000 euros seraient passés par la Syrie, selon le Pnat. Des coupons Bitcoin d’une valeur comprise entre 10 et 150 euros ont été achetés à des buralistes en France, puis secrètement envoyés en Syrie. Les destinataires scannent simplement le code QR sur le coupon avant d’échanger la crypto-monnaie contre de l’argent dans un bureau de change local. Dans cette affaire, deux hommes ont déjà été condamnés à quatre ans de prison, dont un an et deux ans d’amende, fin septembre dernier.