Initiative présidentielle « pour que chaque enfant en âge scolaire ait au moins un repas équilibré par jour » : Partage d’un repas communautaire équilibré avec les élèves de Salouka Est

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Au Burkina Faso, la Journée mondiale de l’alimentation, qui est célébrée chaque 16 octobre, a été célébrée plus tard, le 17 octobre 2022. A cette occasion, l’initiative du président « d’assurer à chaque enfant en âge scolaire, au moins un repas équilibré par jour » organisé un repas communautaire avec les élèves de Salouka Est, une école pour écoliers déplacés internes. Le site est situé dans l’arrondissement de Ouagadougou précisément dans l’arrondissement de Nongr-massom.

En 2014, l’Enquête nationale sur l’iode et l’anémie du Burkina Faso (ENIAB) a publié que chez les enfants du préscolaire et du primaire, la prévalence de l’anémie était estimée à 68% avec une variation régionale allant de 52,3% dans la région Centre à 79,8% dans la plateau central. Ces chiffres honteux augmenteront sans aucun doute en 2022, en raison de la crise économique en colère, en plus de la question de la sécurité et du nombre d’enfants déplacés internes qui ne peuvent être comptés.

Face à ce triste tableau des difficultés rencontrées par les enfants pour avoir une alimentation saine et équilibrée, l’initiative du Président « pour que chaque enfant en âge scolaire reçoive au moins un repas équilibré par jour » a été lancée, organisant un repas communautaire avec les élèves de Salouka Est. , pour montrer que le cri de leur cœur ne tombe pas toujours dans l’oreille d’un sourd.

Cette initiative s’inscrit dans la thématique de cette 42e édition qui est : « Ne laisser personne de côté : améliorer la productivité, la nutrition, l’environnement et les conditions de vie ». »

« Nous avons choisi cette école parce qu’il y a des déplacés internes ici. Vous avez vu l’enthousiasme de ces enfants. Ce sont des enfants qui parfois ne mangent pas. Vous voyez que pour ces enfants, manger comme ça est un rêve. C’est pourquoi nous espérons que d’autres se joindront à cette action, la rendront permanente, pour faire partie de la durabilité. Il ne doit pas s’agir d’actions nues qui ne dureront que deux ou trois jours », a déclaré le Dr Gisèle Alice Sidibé/Anago secrétaire permanente de l’institut.

À Lire  Pourquoi mangeons-nous ce dont notre corps a besoin sans le savoir ?

Beaucoup de joie est venue à ces étudiants qui la plupart d’entre eux voient cela comme un plaisir qu’ils ne peuvent pas se permettre. « Nous avons reçu des cadeaux. On est content car ce n’est pas tous les jours qu’on gagne ça. Nous avions du riz, des légumes et du yaourt. Je travaillerai dur pour être aussi généreuse qu’eux quand je serai grande », se réjouit Louise Nadinga.

Pour le directeur de l’école, Inoussa Zango, cette contribution est une bouffée d’air frais pour eux, car il a déclaré : « Nous enseignons aux élèves qu’il est nécessaire d’avoir une alimentation saine et équilibrée, mais nous savons très bien que les conditions pour satisfaire cela. Le besoin est très fort. Une telle initiative qui joue positivement sur la santé de nos élèves, nous sommes d’autant plus motivés à faire des efforts pour mieux former ces enfants qui seront les hommes de demain.