Installation étape par étape libérale, liste de contrôle avant de commencer

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

L’installation libérale n’est pas toujours facile. Non préparé à cela lors des études de médecine, il s’avère être un véritable saut dans l’inconnu pour les jeunes médecins (ou les moins jeunes qui décident de le faire). Voici la marche à suivre…

« On ne devient pas libéral sur un coup de tête. C’est de la maturation ! On pèse le pour et le contre… » explique le professeur Philippe Massin, président de la SOFCOT.

Attention à son lieu d’atterrissage !

– Si on part de 0, les questions sont relativement simples. Mieux vaut partir dans le désert médical pour se constituer rapidement une clientèle. Lire aussi : La RATP poursuit son développement dans les nouvelles mobilités en pariant sur Zenride. Vous devez éviter d’aller dans des endroits où il y a une grande quantité de médecins. Pour un chirurgien, n’oubliez pas de vous rendre à un endroit où il y a un créneau disponible dans le bloc opératoire le plus proche.

« N’ayez crainte, il faut beaucoup de temps pour se constituer une clientèle, mais si vous faites bien votre travail, cela fonctionnera. Le bouche à oreille paiera », a déclaré Philippe Massin.

L'assurance trottinette électrique est-elle obligatoire ?
Ceci pourrez vous intéresser :
En quelques mois, la trottinette électrique est devenue un véritable moyen de…

À quel moment, faut-il commencer son projet ?

– Si nous achetons le patient. Un contrat d’acquisition de clientèle doit être établi. Il faut être très attentif au pic du relevé SNIR (Système National Inter-Régimes) et aux évolutions des 5 dernières années. Si le prix de rachat du client est inférieur au chiffre d’affaires d’un an, cela en vaut la peine.

Assurance Auto Jeune Conducteur : Devis Gratuits ⇒ LeLynx.fr
Lire aussi :
Comme pour les deux pneus, les jeunes conducteurs doivent assurer leur véhicule…

Quelles sont les démarches administratives ?

Il faut aussi se demander si le patient va rester, vérifier si le praticien qui vend, quitte le cabinet dans un lieu proche de son ancien cabinet, les clients peuvent le suivre.

Même si vous le faites à la dernière minute, vous devez entamer les démarches administratives au plus tard trois mois avant la date de début d’installation souhaitée. Le plus sage est de faire mûrir son projet dès le début de la clinique. Plus le projet est complexe, plus il faut y penser tôt.

À Lire  Jordanie : Santé et pharmacie

Pour valider votre projet vous devez déposer un dossier au Conseil de l’Ordre dans lequel vous devez :

Assurance dommages aux biens : jurisprudence relative au certificat médical
Lire aussi :
Récemment, la Cour de cassation et le Conseil d’État ont rendu des…

Et si on prend des associés ?

Cela peut être un contrat d’adhésion (un peu de marge), ou un contrat avec des négociations sur certaines exclusivités ou royalties. Nous pouvons faire une proposition de modification de la clause avec l’aide d’un avocat.

Dans ces négociations, « Il faut mettre en avant son expérience professionnelle. Aussi, il vaut mieux avoir une petite expérience hospitalière, ça donne plus de poids à la négociation de son contrat », explique Philippe Massin.

En général, il n’y a pas de contrat avec les partenaires. Cependant, les contrats d’association permettent de réglementer les relations entre médecins.

Les salaires collectifs peuvent être payés équitablement : partage des coûts, plus courant entre anesthésistes et radiologues.

« Si vous voyez ce genre de contrat, faites-le ! s’écria Philippe Massin.

La stratégie ultra-proactive a permis à Ryanair de garder une longueur d'avance sur ses concurrents
A voir aussi :
Avant la crise sanitaire, Ryanair pouvait s’enorgueillir d’être l’un des meilleurs opérateurs…

Et faut-il un apport personnel ?

On peut aussi avoir une association progressive réalisée par collaboration au départ avec une période d’essai d’association. Suite à celui-ci devient un partenaire à part entière.

« Les possibilités sont infinies, il faut être prudent dans la rédaction des contrats. a expliqué Me Dominique Decamps-Mini, avocat spécialiste de la santé.

En parallèle de toutes ces démarches, le médecin rencontre un comptable pour établir un prévisionnel. Vous avez besoin d’une enveloppe en espèces. En général, il prélève entre 20 000 et 30 000 euros sur l’enveloppe budgétaire.

N’oubliez pas que la CPAM ne prendra en charge votre opération que deux à trois mois après votre première consultation.

L’assurance un vrai sujet 

Bien sûr, il existe une aide à l’organisation, en particulier lors de la mise en place d’une clinique. Les établissements peuvent offrir des redevances ou fournir une année de rémunération.

Passage devant le Conseil de l’Ordre  

Attention : les bénéfices sont plus importants en libéral mais il ne faut pas oublier de couper dans la sécurité sociale, les caisses de retraite, les assurances… Il ne reste finalement qu’un tiers du chiffre d’affaires.

Vous devez vous adresser à une compagnie d’assurance responsabilité civile professionnelle. L’assurance RCP (Responsabilité Civile Professionnelle) protège l’assuré en cas d’erreur médicale. « Je vous conseille de passer par les sociétés savantes de votre spécialité », recommande Philippe Massin

À Lire  Assurance retraite : comment résilier un contrat de retraite d'entreprise ?

Une fois les dossiers constitués, il faut se rendre en séance plénière avant de s’installer. Ils ont généralement lieu en début de mois. Cela doit être fait un mois avant la date d’installation. Pour cela, vous devez déposer vos dossiers 2 à 3 semaines avant la session plénière.

Si vous choisissez d’exercer à la SELARL, (Société d’exercice libéral à responsabilité limitée), vous devez lancer votre candidature au moins deux mois avant la date d’installation. Le conseil de l’ordre a mis 3 mois à répondre, et parfois les délais étaient encore plus longs à Paris.

Le moment crucial

Dans les cas où vous vous exercez en BNC (Non-Commercial Profit), c’est beaucoup plus rapide.

Le dossier se compose de : contrat d’exercice, bail professionnel en cas de bail, contrat d’association, modèle de plaque, modèle d’ordonnance, lettre au président.

Top départ, c’est la feuille de soin !

Une fois le dossier validé, vous recevez une autorisation d’exercer. Le Conseil de l’Ordre dispose d’un canal privilégié avec la CPAM pour que le RPPS (Annuaire Partagé des Professionnels de Santé) soit mis à jour, ce qui prend 5 jours. Le numéro RPPS sera votre numéro de médecin définitif.

Numéro AM, identification de l’activité libérale auprès de l’Assurance Maladie, mise à jour par lieu d’exercice.

Les rendez-vous CPAM sont obligatoires. C’est le moment décisif, où vous devez prendre une décision définitive dans les 5 minutes : secteur, convention, rétablir la fiche de maintenance et souscrire ou non à l’OPTAM (Option Tarifaire Pratique).

Questions à se poser lors de la sélection du secteur 2 : Nous pouvons également co optam-co secteur 2. Dans ce cas nous avons un dépassement maîtrisé. Cette option dépend de la région. Sans célébrité, cela peut être une bonne alternative. Cela dépend aussi du type d’action effectuée. Cette option est réversible, pas de panique !

Plus importante encore que la fiche de soins, la CPS (Carte Professionnelle de Santé). Il a été envoyé par le Conseil de l’Ordre après le signal initial de la CPAM. En moyenne ça prend 10 jours, parfois plus à Paris.

Ensuite, il y a un prêt à la banque, si nécessaire, car il est impossible d’obtenir un prêt sans numéro SIRET (Système d’identification de l’annuaire des établissements).

Le mot de la fin 

Et enfin, dernière formalité, l’inscription à une caisse de retraite.