J’active à temps

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Le Dr Yann Rougier, spécialiste en neuronutrition est l’auteur de Ma bible de la chronobiologie, éd. le duc

Il ne s’agit pas d’aborder le début du cours sans prévoir des périodes d’activité physique ! Mais pour maximiser les avantages, planifiez-les au bon moment de la journée. En respectant vos biorythmes, vous gagnerez en efficacité et en sécurité. Prêt? Nous y voilà!

• Au réveil, place au yoga

Vous courez toujours après l’heure et ne prévoyez une séance de jogging intense ou de musculation qu’au sortir du lit ? Doux! Tôt le matin n’est pas vraiment le moment idéal pour s’agiter. Voir l’article : John McAfee, vie et mort d’un mauvais génie informatique.

Que se passe-t-il dans votre corps ?

Vers 7 heures du matin, alors qu’il ouvre les yeux avec plus ou moins de douleur, la mélatonine, l’hormone du sommeil qui commençait à chuter au milieu de la nuit, a laissé place au cortisol, qui y connaît son premier pic. Cette hormone du réveil et du stress a pour mission de stimuler la production d’énergie au cœur des cellules. En conséquence, la température interne de votre corps augmente et avec elle votre tension artérielle. Votre cœur est déjà stimulé avant même que la journée ne commence, il est donc préférable de ne pas en faire trop en faisant une activité qui augmente rapidement votre fréquence cardiaque. Le risque de crise cardiaque est toujours plus élevé le matin.

Une petite séance de yoga, quelques mouvements de tai chi ou de qi gong, un peu d’étirements… Avant tout, de la douceur pour le cœur. Cela ne veut pas dire qu’il est inefficace pour faire fondre les graisses, qui brûleront même plus facilement grâce au pic de cortisol si vous faites une séance de gym douce ciblant les abdominaux, les cuisses, les bras ou les fessiers. Sans trop solliciter le système cardiovasculaire, un déstockage sera également indiqué

A voir aussi :
Âge, menstruations, accouchement difficile, sports intenses, constipation, toux… Tous sont des facteurs…

• En matinée, vive l’endurance!

Vers 9 heures, le corps est prêt à l’action. Vous ressentez le besoin de vous déplacer ? Ordinaire Gardez toutefois à l’esprit que les heures 9-11 sont les plus propices à la réalisation de tâches intellectuelles nécessitant une action et une prise de décision rapides. A vous donc de gérer vos priorités ou de les combiner.

Que se passe-t-il dans votre corps ?

Le niveau de cortisol augmente fortement à partir de 9h du matin. pour atteindre un second pic vers 11-12h. La température corporelle est également au top, ainsi que les hormones thyroïdiennes qui stimulent l’énergie physique et les fonctions intellectuelles. Tout concourt à agir avec la tête et/ou le corps.

De préférence des activités d’endurance comme la marche, le vélo, la natation, la course. Avant de commencer les tâches intellectuelles, une séance de 30-40 minutes permet de gagner encore plus d’énergie (la température monte), de performance (mieux vascularisé, le cerveau est mieux oxygéné) et de sérénité (grâce à la sécrétion d’endorphines). En fin de matinée, le petit-déjeuner est suffisamment éloigné pour ne pas engendrer de troubles digestifs et, dans la résistance, le stockage global des graisses est facilité.

Avec l’exposition à la lumière et l’apport alimentaire, l’activité physique est l’un des principaux synchroniseurs de l’organisme. De ce fait, sa pratique doit également être soumise à un horaire régulier afin de ne pas perturber le bon fonctionnement de l’horloge interne.

Ceci pourrez vous intéresser :
A Sète, le bilan de l’accident d’avion est lourd… Manon fait partie…

• À l’heure du déjeuner tout doux

Tiraillé entre les heures de bureau et les obligations privées, la pause déjeuner est parfois le seul espace sportif. Mais ce n’est pas le meilleur pour votre biorythme pour lequel il est temps de s’asseoir.

Que se passe-t-il dans votre corps ?

Le corps est programmé pour manger au moins trois fois par jour et déjeuner entre 12h et 14h. Vers midi, l’hormone de la faim entre en jeu et le cœur est prêt à aider le sang à fournir au corps les nutriments contenus dans les aliments. Entre 13h et 15h, le cortisol (énergie) décline furtivement et l’intestin, qui régule la digestion, a besoin de repos pour bien fonctionner.

Contentez-vous de 30 minutes d’activité d’intensité modérée sans forcer : Pilates, marche, vélo, jogging. Et prévoyez un petit-déjeuner solide pour durer jusqu’au déjeuner ou une petite collation 1 heure avant l’exercice. Ensuite, déjeunez tranquillement et reposez-vous environ 15 minutes, le temps que l’adrénaline monte et que le cortisol remonte.

Notre Temps lance sa nouvelle newsletter dédiée à votre santé et votre bien-être. Tous les 15 jours, retrouvez toutes les informations, les conseils d’experts santé dans la newsroom pour garder la forme.

• En fin de journée, on bat des records!

De 15h à 19h, le corps est remonté à l’étage. Plus précisément entre 17h et 19h, la plage où s’établissent le plus de records sportifs car l’organisation y est programmée pour donner le meilleur sans prendre de risques.

Que se passe-t-il dans votre corps ?

Si votre forme intellectuelle décline, votre forme physique bat son plein. Les muscles déjà entraînés sont chauds et monteront donc plus facilement en température, offrant de meilleures performances et moins de risques de blessures. De plus, vos muscles sont prêts à libérer la petite réserve de glycogène (alias sucre) qu’ils contiennent. C’est aussi le moment où le corps subit un troisième pic de cortisol énergisant et où une bouffée de testostérone stimulant le tonus (chez les hommes et les femmes) est sécrétée.

Tout est permis ! Notamment les activités cardiovasculaires intenses : footing avec fractionné, vélo chrono, tennis, squash, sports collectifs, zumba… En retrouvant l’organisme au maximum de ses capacités cardiaques, pulmonaires et musculaires, il peut supporter une charge supplémentaire. activité, progression et performance. C’est le moment de laisser libre cours à votre goût de l’effort et à votre esprit de compétition. Profitez-en pour passer plus de 30-45 minutes à mieux activer la sécrétion d’endorphines à la fois motivantes et euphorisantes. Attention cependant à toujours écouter votre corps s’il vous dit d’arrêter !

Lire aussi :
Cela pourrait rapidement devenir un fléau dans le monde de la vape…

Le soir relaxation ou natation

Ne pensez pas qu’en défoulant tard, vous ferez mieux de vous débarrasser des problèmes qui vous traversent l’esprit ou du gros morceau de gâteau que vous vous êtes accordé en guise de consolation…

Que se passe-t-il dans votre corps ?

Vers 19h, la production énergisante d’adrénaline et de cortisol ralentit progressivement pour laisser place à la sérotonine relaxante. Et vers 20 heures, la sécrétion de mélatonine commence, ce qui conduit généralement aux bras de Morphée vers 23 heures. Cela induit une baisse de la température corporelle nécessaire au sommeil. Pour ne pas perturber ce ballet bien organisé, il faut commencer à se calmer vers 19h-20h. Faire de l’activité physique aurait pour effet de mettre l’organisme en état de vigilance, d’élever la température, de modifier voire d’inhiber la sécrétion de mélatonine et de vous priver d’un sommeil réparateur. Cependant, un mauvais sommeil alimente la prise de poids, le stress, la dépression et favorise les problèmes de santé et les blessures sportives.

Ceux qui sont dans le sens de la détente : séance de relaxation, mouvements de tai chi ou de qi gong (différents de ceux du matin), balade digestive… Ou encore baignade : la température de l’eau de la piscine est plus basse de votre corps, contribue à faire baisser votre chaudière interne. Mais à condition de nager doucement ! N’oubliez pas que toute activité de tonification doit être effectuée 3 heures avant d’aller au lit. Si vous ne pouvez faire du sport d’entretien qu’après 19h00, prenez une douche chaude prolongée sans vous sécher complètement afin que votre température corporelle baisse par évaporation.

Et côté diététique?

Petit-déjeuner de prince, déjeuner de marchand et dîner de mendiant : voilà le contenu idéal des repas basés sur le biorythme du système digestif. Avec, les jours de sport, priorité à l’hydratation et au bon sens.

Petit-déjeuner protéiné et facile à assimiler (pain de blé, jambon, fromage et fruits frais…). Et goûter 1h avant une pratique intensive en fin d’après-midi (une poignée de pistaches + laitages + fruits frais).

Mastiquez toujours bien pour ne pas heurter le ventre effrayé par l’effort. Et terminez le dîner 2 heures avant d’aller au lit pour ne pas gêner le sommeil.

À Lire  La tisane pour dormir est-elle vraiment efficace ?