J’ai testé un plan à 4 avec mon copain, lui aussi libertin : plus…

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

En couple depuis 4 ans et demi et habituée des clubs libertins à deux, cette lectrice a testé pour la première fois un plan à quatre avec son compagnon. Elle raconte cette expérience, et tout ce que le libertinage lui a apporté. Avec, en prime, l’avis de son partenaire !

Avec mon copain, nous nous sommes toujours intéressés au monde du libertinage. La première fois que nous sommes allés dans un club libertin, c’était notre première Saint-Valentin, après 4 mois de relation… et 4 mois après ma première fois !

J’avais 19 ans, il en avait 26.

Mon copain et moi, une belle histoire de complicité

Mon copain et moi sommes ensemble depuis 4 ans et demi maintenant. Nous nous sommes rencontrés grâce au scoutisme. Lire aussi : Un an de prison pour un juge qui prévoyait de violer sa fille au lieu de la liberté. Oui oui, les mecs en chemises qui vendent des calendriers, des gâteaux, etc. et qu’on peut souvent croiser à la sortie d’une église !

Durant l’année qui a suivi notre rencontre, nous nous sommes peu vus mais le feeling était bien présent. Un soir, il a fini par me raccompagner chez moi et nous sommes rentrés ensemble. Il est devenu mon premier petit ami, et ma première fois.

Avant de le rencontrer, j’étais très mal dans mon corps et complexé. Quand je suis entrée en relation avec lui, je me suis vite débarrassée de tout ça. Nous avons toujours parlé de tout et sommes vraiment connectés.

Le cul était un moyen parmi d’autres de nous rapprocher. Il m’a fait découvrir la lingerie (une nouvelle grande passion), nous avons aussi découvert les sextoys (une autre découverte fantastique) ensemble, il a aussi rapidement testé le plaisir anal…

On a vite aimé le monde du libertinage : le mélange des corps, l’absence TOTALE de jugement, pouvoir observer et être observé sans que ce soit malsain ou étrange.

En général, nous sommes un couple très complice, et hormis mon angoisse qui nous a pas mal rongé, notre relation est très vite devenue naturelle.

J’ai emménagé avec lui 6 mois après nos débuts, et je suis fier de ce que nous sommes devenus aujourd’hui : un couple qui communique, qui s’entraide, et où personne ne cache ses sentiments.

Comment porter un bonnet d'oreille pour homme ?
Ceci pourrez vous intéresser :
Les amateurs de randonnées le savent bien, le froid, le vent et…

Notre première expérience en club libertin en couple

Pour la petite histoire, notre première fois dans un club libertin c’était donc lors de notre première Saint Valentin ensemble. On fêtait nos 4 mois en couple, on avait déjà parlé de ce fantasme, on s’ennuyait un peu… et on s’est dit « pourquoi pas ! » « .

Nous étions parfaitement conscients que rien n’était obligatoire une fois sur place.

On a vite aimé le monde du libertinage : le mélange des corps, l’absence TOTALE de jugement, pouvoir observer et être observé sans que ce soit malsain ou étrange. On y trouvait beaucoup de beauté, de sensualité, comme un monde où les barrières tombent.

La première fois a été assez difficile car un groupe de mecs nous suivait tout le temps, mais un couple de quinquagénaires est venu nous parler et nous a beaucoup rassurés. Ils nous ont même donné envie de recommencer et de s’inscrire sur des sites de rencontres. A l’époque, ils nous appelaient « amoureux » et nous étions en mode :

« Pfft ! Mais non, on s’aime bien, c’est tout ! »

On ne s’était pas encore dit « je t’aime », mais ce couple avait raison, c’est là qu’on s’est vraiment sentis en couple et amoureux. Cette expérience a révélé le fait que nous étions très soudés.

Lire aussi :
Il existe plus de 1 000 sites Web et applications de rencontres.…

Notre rencontre avec « l’autre couple »

Rapidement, nous nous sommes inscrits sur un site de rencontres libertines.

Nous avons pris le temps de discuter avec les gens avant la réunion, mais rien n’avait jamais abouti avec ce site. Il fallait ne pas aller trop vite, se sentir à l’aise (surtout moi).

Chacun parle de ses fantasmes, de ses sextoys, de ce qu’il aime… On ne parle pas que de cul mais aussi de nous.

Mais un jour… on a aimé le profil d’un couple. On a commencé par s’envoyer des bisous (sorte de « j’aime » qu’on peut envoyer à un profil), quelques messages envoyés via le site et là on s’échangeait nos numéros pour commencer à chatter sur Whatsapp !

Bizarrement, ça faisait du bien.

Les discussions commencent. Chacun parle de ses fantasmes, de ses sextoys, de ce qu’il aime… On ne parle pas que de cul mais aussi de nous. On découvre certains aspects de leur vie, qu’eux aussi ont un chien, un lien se crée.

Nous décidons donc de nous retrouver le week-end même entre nos deux villes de résidence pour manger au restaurant.

Sur le chemin, je suis à la fois stressé et excité. Je peux parfois être un peu coincée (oui, ça fait bizarre d’écrire ça, surtout dans un article qui parle de libertinage et de plan à quatre…) et j’étais vraiment nerveux.

À Lire  Patrick Sébastien "le libertin", il confie se séparer d'elle...

J’ai dû m’assurer au moins dix fois avec mon copain que OUI, si on ne veut pas, on ne fait rien. La base me direz-vous, mais j’avais besoin de l’entendre.

Alors on s’est retrouvés, on a discuté de ce qu’on faisait dans la vie, de nos hobbies… Les discussions allaient bon train.

Lire aussi :
Au fil des mois, vous devrez peut-être réduire le temps pour le…

Notre plan à 4 avec un autre couple

En quittant le restaurant, j’ai précisé que j’étais stressé et que je voulais prendre mon temps. Nous sommes donc allés nous promener et avons atterri au bord d’un ruisseau où l’excitation a commencé à monter.

J’avais apporté des jeux coquins et des sextoys, alors on a commencé par des questions, nos yeux se sont mis à devenir de plus en plus langoureux…

Ils ont fini par nous inviter chez eux où nous avons pris un petit verre – il faut se détendre – et nous sommes allés dans leur chambre.

Nous avons commencé les choses sérieuses, très doucement : chaque couple a commencé par s’embrasser, chacun s’est observé, mi amusé, mi sensuel.

Ils étaient beaux. Lui dodu, style teddy, allure un peu féminine, yeux dans lesquels se perdre, petites lèvres, il ressortait de lui beaucoup de sensibilité. Quant à elle, elle était mince, blonde, avait de petits seins dont un en forme de poire et portait un body qui la rendait encore plus mignonne.

Nous avons commencé les choses sérieuses, très doucement : chaque couple a commencé par s’embrasser, chacun s’est observé, mi amusé, mi sensuel. S’observer les uns les autres faisait monter la température.

Puis toutes les bouches se sont mélangées (tout le monde étant bi ou bi-curieux).

J’ai adoré l’embrasser. Je continue à découvrir ma pansexualité et j’adore pouvoir explorer avec les filles. Caressez leurs seins, mordillez leurs tétons, caressez leurs courbes, leurs fesses, leurs cous et continuez à apprendre l’art du cunnilingus !

Je pense que je peux mourir en paix. Ce fut l’une des meilleures expériences de ma vie!

Je n’ai pas été déçue du voyage, car non seulement j’ai pu pratiquer le cunnilingus, et elle a vraiment apprécié ! Je me sentais TELLEMENT badass à ce moment-là, car oui, le cunnilingus n’est pas facile, surtout au début. Et là, la demoiselle me demande d’insérer un doigt, deux doigts, trois doigts, la main !

Oui, oui, oui, vous avez bien compris, J’AI FISTE UNE FILLE !

Je pense que je peux mourir en paix. Ce fut l’une des meilleures expériences de ma vie! Son petit ami était le suivant, me guidant pendant qu’elle s’amusait, j’ai senti son corps réagir à mon poing, se contracter, je l’ai entendue gémir et je l’ai sentie jouir pendant que j’étais en elle… C’était fou !

Puis elle a repris ses esprits, a commencé à sucer mon copain qui a pris son pied. Je me suis aussi amusée avec mon amant d’un soir que j’ai beaucoup embrassé, dont j’ai aussi découvert le corps avec plaisir, je l’ai aussi sucé et il m’a pris en même temps que mon copain prenait son ami.

C’était génial de ressentir autant d’amour, de connexion avec ce couple. C’était merveilleux ! Nos corps se confondaient dans une telle splendeur… Tout devenait naturel, c’était beau, sensuel, drôle, coquin.

J’ai vraiment l’impression d’avoir fait l’AMOUR à trois personnes ce jour-là et pas seulement d’avoir « dormi ».

L’ingrédient le plus important est bien sûr la communication. Vous avez besoin d’honnêteté avec vous-même et avec les autres, en étant le plus clair possible sur ce que vous voulez, ce que vous permettez à l’autre de faire ou non.

Après cela, nous avons mangé et sommes partis, pleins d’endorphines, défoncés et se réjouissant de notre folle journée spéciale. C’était la première fois que nous avions une expérience aussi saine et libérée avec un autre couple.

Nous les avons aimés au-delà du physique et j’ai l’impression qu’une partie de moi est tombée amoureuse d’eux. Je ne sais pas si nous nous reverrons un jour et mais je chérirai cette magnifique journée qui m’a permis d’en apprendre plus sur moi-même.

Lire aussi :
Le charmant village de Vendres est situé à la frontière des départements…

Comment bien vivre le libertinage en couple

Que ce soit pour des clubs libertins ou des régimes collectifs, quand on se retrouve dans un endroit nu avec plein de monde sachant que tout ou rien peut arriver, mieux vaut avoir une grande confiance en son partenaire.

Je pense que nous ne sommes pas les seuls mais nous avons développé des codes car, même quand on est complice avec son partenaire, quand on est nu et entouré de monde ou en action, il faut pouvoir communiquer discrètement.

Quand j’écris des codes, ce sont des gestes qui ont des significations pour nous : se pincer l’oreille, la cuisse, se toucher le front avec un doigt, le « je vais bien » en langue des signes… Comme ils sont très pratiques, on les utilise dans la vie normale aussi !

À Lire  'L'exclusivité c'est fini' : dans le lit de Sandrine, 22…

L’ingrédient le plus important est bien sûr la communication, avant et après, pour parler de vos impressions, appréhensions, etc. .

Il faut être capable de se dire qu’on ne sait pas comment on va se sentir quand on voit ou qu’on fait quelque chose, et sur le moment, si on n’aime pas ça, oser dire stop.

« Tout est permis, rien n’est obligatoire. »

Si vous voulez essayer, il faut aussi garder à l’esprit que les clubs libertins sont des lieux sans jugement, notamment dans les saunas libertins. Car quand tout le monde est nu et assume sa nudité, tout le monde est beau, peu importe les apparences.

Je trouve que le libertinage apporte beauté et volupté au monde, que l’on soit dans le BDSM ou le sexe « classique » (« vanille » dans le jargon). Il y a un adage dans le libertinage que j’aime bien et qu’il faut sortir de ce contexte :

« Tout est permis, rien n’est obligatoire. »

Cela enlève beaucoup de pression dès le départ sur ce qui est acceptable ou non. J’embellis un peu mais dans ce contexte, les conventions sociales sont passées, et on adore ça ! C’est la porte ouverte à ce que vous voulez (dans le respect de l’autre et de vous-même, bien sûr).

Ce que le libertinage nous a apporté à mon couple et à moi

Le libertinage nous a permis de libérer la parole dans notre couple via nos fantasmes, nos peurs, nos désirs… C’est formidable et valorisant de savoir que l’autre ne sera qu’amour sans jamais porter de jugement et que si vous voulez faire certaines choses, il vous écoutera toi.

Cela m’a permis de prendre confiance en mon partenaire, malgré mes gros manques de confiance en moi et aux autres en général, que je traite comme je peux et à mon rythme.

Quand j’ai commencé à entrer dans le libertinage, j’ai pris encore plus conscience du fait que nous sommes systématiquement enfermés dans des cases. Et cette pratique m’a aidé à en faire une grosse baise !

Ces expériences sont un mélange de beaucoup d’émotions : un peu d’appréhension, d’inquiétude, d’excitation, parfois de pur plaisir, d’euphorie, de joie parce qu’on a testé quelque chose de nouveau…

Le libertinage et le sexe m’ont permis de m’affirmer, de tester rien que pour moi, de prendre confiance en mon corps, d’apprendre à l’aimer et à m’aimer.

Je suis une personne assez timide et j’ai encore du mal à vraiment lâcher prise, mais j’aime ce que je vis dans le libertinage, et ce que je continue à découvrir. Le libertinage et le sexe m’ont permis de m’affirmer, de tester rien que pour moi, de prendre confiance en mon corps, d’apprendre à l’aimer et à m’aimer en même temps.

Cela m’aide à me sentir sexy et je n’ai plus honte de parler de sexe. Je me sens plus puissante, j’ai réalisé que je pouvais plaire. J’ai pu me découvrir, et me rencontrer !

Cela m’a aussi permis de me questionner sur mon orientation sexuelle : je pense que je suis pansexuel. Mais je n’ai pas vraiment d’opinion, et ce n’est pas important.

Je compare aussi le libertinage à une bulle/parenthèse : ce qui s’y passe y reste et n’a pas d’impact direct sur ma vie !

Le point de vue de mon compagnon sur notre expérience de libertinage

Pour clôturer ce témoignage, mon compagnon a également tenu à ajouter son point de vue :

« Avant d’expérimenter les 4somes avec des inconnus proches, nous n’avions que des 3somes avec des personnes en qui nous avions confiance, il y avait donc une réelle inquiétude et excitation à l’idée de trouver notre groove et de voir si cela nous plairait.

Je me suis demandé : « Qu’est-ce que ça va me faire de voir mon partenaire s’amuser avec un autre ? » – et jusqu’à ce que je le voie, je ne savais pas ce que cela me ferait.

Voyant mon partenaire chevaucher un autre homme, je me suis posé quelques secondes et me suis dit : « Est-ce que ça me va ce que je vois ici ? suis-je à l’aise avec ça?

C’est alors que jusqu’à ce moment, je ne savais pas si ça m’irait mais ça… ça m’allait. Et j’y ai trouvé un réel plaisir. Ce fut une expérience riche qui m’a laissé de très bons souvenirs.

Le libertinage est un milieu où l’on se sent bien, mais qui n’est pas fait pour tout le monde : il faut être prêt ou prêt à lâcher ses jugements et ses a priori, être capable d’introspection pour savoir ce que l’on veut. …

Si nous réussissons, nous découvrons un monde où nous ne serons pas jugés et où nous pourrons nous épanouir et nous assumer. Bien sûr, il faut aussi aimer le sexe, mais il n’y a aucune obligation de « partager » son partenaire.

Nous avons rencontré des couples qui ne faisaient que de l’exhibition ensemble, et nous-mêmes à nos débuts ne faisions que regarder. Il y a aussi ceux qui préfèrent la mixité : certaines pratiques (masturbation, fellation, caresses, etc.) se font entre tous mais il n’y a de pénétration qu’au sein du couple.

En fait, c’est à chacun de construire sa propre version du libertinage et à mon avis, c’est donc une école de tolérance ! »

A lire aussi :