« Je n’aime pas être noir ! » – Guadeloupe la 1ère

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

« Je n’aime pas être noir ! » c’est le nouvel ouvrage publié par Coco Mondésir. Le jeune auteur, qui s’est aussi donné pour mission d’apprendre aux autres à passer de l’idée à l’écriture, l’applique à lui-même. Cette fois, elle remonte le temps pour entendre des mots qu’elle a prononcés durant son enfance et que l’adulte qu’elle est devenue plus tard peut analyser et même écouter des enfants et même des adultes.

FJO.

Publié le 10 décembre 2022 à 12h00,

C’est peut-être la première question que l’on pourrait se poser : à qui s’adresse cette nouvelle œuvre de Coco Mondésir ? Surtout, aux enfants. Le format et l’écriture s’y prêtent facilement. Car le parcours de la petite Lilian a dû être, et est peut-être encore, celui de nombreux jeunes antillais qui ne se posaient pas de questions sur leur couleur de peau, jusqu’au jour où, du fait d’un périple qui se déroule sur le continent européen et notamment dans l’hexagone , ils se découvrent différents. Commence alors pour eux le besoin de se faire une place parmi les autres. Et là, c’est loin d’être toujours simple et c’est le début de l’aventure de Lilian.

Dans la préface du livre, Steve Gadet alias Fola dit même :

Je me vois en Lilian, ce petit bonhomme qui a l’impression de se cogner contre des murs invisibles. Les vannes qu’il a entendues, je les ai aussi entendues pousser en Guadeloupe. J’entends mes neveux et nièces arriver à la même conclusion que Lilian. J’entends une de mes filles arriver à cette conclusion un jour alors qu’elle a à peine 5 ans.

À Lire  Ponant va construire un navire "zéro impact"

Et ce que la petite Lilian entend dans ces cours de récréation, ce sont ces mots, qui résonnent dans la mémoire de beaucoup de ceux qui étaient dans ces classes en France, où les enfants parlent une langue dépourvue de toute diplomatie, comme celle qu’empruntent les adultes :

« Tes cheveux sont en coton ! – Hé, combien de moutons avons-nous tués pour coiffer tes cheveux ? – Quand tu te laves, est-ce que la noirceur s’en va ? »

« Je n’aime pas être noir »