« J’étais comme un kangourou dans le mur »

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Dernier vainqueur suisse en slalom à Wengen, Joël Gaspoz a pu bien dormir depuis au moins un an. En effet, Loïc Meillard n’a pas pu battre le Norvégien Henrik Kristoffersen dimanche sous la neige de l’Oberland bernois. Lors de l’essai, le skieur d’Hérémence s’est toutefois montré satisfait de sa performance. Retrouvez sa réponse ci-dessous, ainsi que d’autres experts suisses.

« A chaque fois que j’arrive sur l’étape, je suis satisfait, mais c’est vrai que la première place était possible. Malheureusement, j’ai fait quelques erreurs qui m’ont fait perdre du temps. J’ai fait une erreur sur le mur et sur la dernière vague, j’ai sans doute skié un peu trop respectueusement. J’obtiens quatre podiums en un mois, ce qui est un bon signe pour toute la saison. Nous devons continuer ainsi. J’entame la meilleure saison de ma carrière, mais attention, il reste encore beaucoup de courses. « 

« Je voudrais tout d’abord remercier l’organisation qui a fait un excellent travail pour organiser cet événement dans ces conditions. J’ai apprécié ma performance avec le dossard que je portais. La deuxième fois, j’étais presque comme un kangourou sur le mur. Malgré tout, j’étais capable de bien fonctionner dans de telles situations. Ce résultat montre que je suis sur la bonne voie et j’espère continuer dans cette voie. Par rapport à Loïc Meillard, je connaissais son talent et je savais qu’un jour il serait capable de bien patiner dans tous les entraînements. Cela le rend plus confiant. Je suis très heureux pour lui.

« La journée a été difficile, c’était un gros combat. J’ai encore du travail à faire pour rivaliser à nouveau avec les meilleurs. On voit que, quelle que soit la situation, ils sont toujours à l’avant-garde. Quant à ma course, j’ai eu des problèmes avec le mur dans les deux courses. C’est presque comme le reste. Nous continuerons à nous battre pour ne jamais baisser les bras. Nous analyserons également cette course de près avec Fischer (la marque de ski de Daniel Yule) pour trouver des solutions pour les événements futurs.

À Lire  "Il faut allier bien-être professionnel et personnel"

« Ce slalom était chaotique sur une piste très difficile. On ne s’en rend pas bien compte à la télé, mais le mur est vraiment raide. Si on manque de précision, on chute vite, ce qui empêche de garder un rythme sympa. Cependant, je Je trouve mon résultat très bon. Maintenant, j’espère que nous allons nous débarrasser des skis salés et avoir plus de conditions hivernales avec de la neige plus dure.

« La première course a été plus difficile que la seconde. La route était prête pour moi cet après-midi. Malheureusement, je n’ai pas pu lâcher mes skis. En effet, il commence à faire de nombreuses courses où c’est difficile. Ces conditions simples ne me conviennent pas. J’ai encore beaucoup de travail à faire. Je ne m’amusais pas aujourd’hui. »