La colère des habitants contre l’immeuble qui cacherait la maison de Lucien Dior

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

A Granville (50), plusieurs centaines d’habitants sont en colère. Ils s’opposent à la construction d’un immeuble, à deux pas de la gare SNCF qui permet de rejoindre Paris en un peu plus de trois heures. La raison? L’immeuble, prévu pour 2024, va, selon les habitants, faire de l’ombre à une demeure historique laissée en héritage par la famille Dior : il s’agit de la maison de Lucien Dior, grand-oncle du couturier Christian Dior et ancien député de la Manche ( 1906-1931).

« Cette résidence va disparaître derrière un immeuble d’une laideur affligeante et sera en partie déformée », dénonce un collectif dans une pétition qui a recueilli, à ce jour, plus de 1.100 signatures. « Faux! » rétorque le maire de Granville. « Non, la villa ne sera pas démolie mais restaurée et réhabilitée en logements : 7 dans la partie neuve et 7 dans la villa, assure Gilles Ménard, cité par Ouest France. Nous sommes dans la densification urbaine et le plan local d’urbanisme le permet ». Un permis de construire a été déposé par le promoteur Virtus Patrimoine, en décembre 2021 pour la construction d’un immeuble de 14 logements colorés en rose, en hommage à la villa des Rhumbs – actuellement musée Christian Dior -, édifiée à la fin du XIXème siècle . siècle. « Le bâtiment reprend des éléments de Granville, comme le bow-window ou la toiture en zinc, avec un style propre, un clin d’œil à Christian Dior », explique Maÿlis Lerclerc-de Sonis, directrice générale de Virtus Patrimoine.

» LIRE AUSSI – Stéphane Bern proteste contre la démolition d’une maison alsacienne

À Lire  Votre maison préférée de l'année sera-t-elle un pavillon ?

Pour s’opposer à ce projet immobilier, les habitants ont envoyé un recours gratuit, confirmé par le maire de Granville. Tentant de calmer le jeu, l’aménageur assure que la maison Lucien Dior, conçue par le cabinet d’architectes Urbanmakers fait partie de son projet, sera restaurée et restera visible des promeneurs. « C’est une question de patrimoine mais aussi d’écologie, explique Maÿlis Lerclerc-de Sonis. La maison est aujourd’hui en très mauvais état mais nous souhaitons garder l’âme de cette maison. Nous y proposerons des appartements de luxe ». Une manière de conforter l’image de Granville surnommée « la Monaco du Nord ».