La décision du Conseil d’Etat signifie que l’UNSA continuera à défendre une assurance chômage plus protectrice – UNSA

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Le Conseil d’État, dans sa décision du 10 octobre 2022, n’a pas annulé le décret qui reconnaît l’entrée en vigueur du nouveau mode de calcul du salaire journalier de référence (SJR). L’UNSA continuera à s’opposer à la réduction des droits des demandeurs d’emploi.

La réforme du mode de calcul du SJR entrée en vigueur le 1er octobre 2021 implique une baisse des allocations chômage pour les demandeurs d’emploi qui alternent plusieurs contrats entrecoupés de périodes de chômage.

C’est profondément injuste car il impute la hausse des contrats courts à l’actif alors que des études montrent que ce n’est pas un choix de sa part.

Des baisses drastiques d’allocations pour les demandeurs d’emploi et presque rien pour les entreprises qui abusent des contrats courts, en plus d’un système de bonus-malus, peu incitatif et mal calibré.

Rien non plus pour réglementer les contrats à durée déterminée, alors même que plusieurs rapports préconisent un encadrement plus strict de ces contrats.

Et le gouvernement actuel veut continuer dans la même voie que le précédent : réduire la durée d’indemnisation, notamment pour les personnes âgées, ou durcir les conditions d’accès à l’indemnisation si la situation de l’emploi est favorable.

En outre, l’UNSA s’inquiète de la voie annoncée par le ministère du Travail qui obligerait les personnes âgées à envisager d’accepter un emploi moins bien rémunéré en compensant la perte de revenus par des allocations de chômage.

Pour l’UNSA, la réduction des droits et les discours stigmatisants des demandeurs d’emploi doivent cesser.

Le chômage n’est pas un pique-nique et les mesures issues de la réforme de 2019 ne peuvent qu’aggraver les difficultés économiques de nombreux travailleurs.

À Lire  Prévoyance et dépendance : 3 conseils pratiques

L’UNSA, favorable à une assurance-chômage économiquement protectrice qui offre un accompagnement humain et efficace, s’opposera à toute volonté de réduire encore les droits des demandeurs d’emploi.

Laurent Escure Secrétaire Général