La digitalisation du secteur de l’assurance automobile n’est pas terminée | Services – LaTribuneAuto.com

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

L’assurance automobile n’est pas entièrement numérique

Le numérique est d’une aide limitée pour les assurés qui souhaitent changer d’assureur, modifier leur contrat pour inscrire un nouveau conducteur, déclarer un accident ou encore accéder à un numéro d’urgence.

Telles sont quelques-unes des conclusions de l’étude sur l’assurance automobile digitale réalisée par l’agence de notation de la performance digitale D-Rating.

Sur la base de 130 critères issus d’une méthodologie d’analyse de la performance digitale, l’agence de notation D-Rating a évalué entre le 5 et le 12 juin 2022 les sites de 48 assureurs français (assureurs privés traditionnels ou mutualistes, filiales de banques de groupes ou d’industriels, courtiers , nouveaux assureurs : A comme Assure, Abeille Assurances (Aviva), Active Assurances, Allianz, Aréas Assurances, Assu 2000, Asuréo, Assurpeople, AXA, Banque Populaire, Best Assurances, BNP Cardiff, CA Assurances, Caisse d’Epargne, Carrefour, CAR-Y, CIC, Crédit Mutuel Assurances, Direct Assurances, Euroassurance, Eurofil, Flitter, Gan, Generali, GMF, Groupama, Hello Bank!, La Banque Postale, La France Mutualiste, LCL, Leocare, L’olivier, Lovys, MAAF , MACIF, MACSF, MAIF, Matmut, MMA, MPA, Ornikar, PSA Assurances, Renault Assurances, SG Assurances, SOS Malus, Suravenir Assurances (Arkéa), Thélem Assurances, wilov), et leurs applications mobiles là où elles existent.

Un assureur sur deux dispose d’une application pour gérer la relation commerciale avec ses clients.

Dans le monde bancaire, qu’il s’agisse de la banque des particuliers ou de la banque des entreprises et des professionnels (commerçants, artisans, professions libérales, etc.), le pourcentage est de 100 %.

Certains assureurs proposent des applications thématiques, visant notamment à évaluer le comportement des assurés, leur permettant de vérifier leur alcoolémie ou d’établir un relevé de compte électronique.

À Lire  Essence dégradée dans une voiture, location de camion nacelle, SAAQ et accident de vélo : les conseils de la semaine

La proportion est plus faible, en termes de possibilité de souscrire une assurance auto en ligne : il est possible de la souscrire via le site internet ou l’application d’un assureur auprès de la grande moitié des assureurs (27 sur 48).

Le « full digital » est bien entendu de règle avec tous les néo-assureurs du panel (Car-Ly, Flitter, Leocare, Lovys, Mieux assuré, Ornikar, Selfassurance et Wilov).

Dans le monde bancaire, l’ouverture de compte 100% digitale est la règle pour 90% des banques françaises.

Pour ceux qui envisagent de changer d’assureur, certaines difficultés apparaîtront dès l’établissement du devis, selon l’agence de notation de la performance numérique D-Rating.

Ce serait impossible selon les groupes de bancassurance si l’on n’est pas déjà client dans 4 cas sur 10 selon l’agence de notation des performances numériques D-Rating.

Certaines propositions commerciales nécessiteraient de remplir jusqu’à 41 champs chez Allianz, quand les nouveaux assureurs Flitter ou wilov établiraient des propositions sur la base d’une douzaine de réponses.

Les assureurs qui adaptaient le montant de la prime au comportement de l’assuré ne seraient que deux : Allianz et Direct Assurance.

Les limites de l’offre digitale des assureurs français se trouvent dans la durée du contrat et dans la faible ampleur des services proposés.

La possibilité d’inscrire un deuxième conducteur est prévue dans un cas sur deux.

Dans un cas sur trois, la possibilité de localiser un garage agréé par l’entreprise est envisagée.

Le suivi du traitement des dossiers de sinistres est prévu dans deux cas sur cinq.

L’aide à l’éco-conduite n’est fournie que dans un cas sur dix. Il convient de s’interroger sur la pertinence d’un assureur automobile proposant ce type de service digital en 2022. Un assureur est-il le mieux placé pour être vraiment pertinent en la matière dans sa dimension technique et avec des conseils personnalisés adaptés aux conducteurs ?

À Lire  D'après l'élargissement de la responsabilité délictuelle des assureurs à l'encontre des maîtres d'ouvrage ? | EUROJURIS

L’établissement d’une déclaration en ligne est possible dans moins d’un quart des compagnies d’assurance (proposé dans 11 cas sur 48).

Au final, la digitalisation des acteurs historiques du secteur de l’assurance auto est encore largement incomplète.

Si l’assurance automobile n’est pas entièrement numérique, certaines startups natives du numérique ont dépensé des sommes colossales.

Après avoir fortement soutenu le développement des néobanques durant la seconde moitié des années 2010, certains investisseurs ont massivement investi dans les assurtechs depuis 2020.

En 3 ans, les néoassureurs ont attiré 1 200 millions d’euros d’investisseurs selon les données du Baromètre eCap Partner/D-Rating.

Note de l’éditeur : les appels D-Rating définissent l’estimation « la course d’obstacles » pour ceux qui envisagent de changer d’assureur.

La facilité avec laquelle un assuré peut, en quelques minutes, établir plusieurs devis d’assurance auprès de plusieurs compagnies d’assurance par le biais de comparateurs d’assurance auto va à l’encontre de cette affirmation qui nous semble infondée et bien éloignée de l’expérience réelle de l’assurance auto.

Image parhucklebarry de Pixabay