La mairie de Paris a pris un arrêté définitif pour les motocyclistes

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Malgré les premiers pas en 2020, le gouvernement de la ville demande aux opérateurs de proposer de nouvelles solutions aux dangers des trottinettes électriques en libre-service.

La mairie de Paris a donné aux opérateurs de trottinettes en libre-service un délai maximum d’un mois pour trouver des solutions pour limiter les usages dangereux et les embouteillages, ont annoncé jeudi les deux parties. « Toutes les options sont sur la table, y compris la résiliation de l’accord » à l’expiration du contrat en février 2023, a déclaré à l’AFP David Belliard, assistant mobilité et voirie, à l’issue d’une réunion avec les trois opérateurs à l’hôtel de ville.

David Belliard et Emmanuel Grégoire, adjoint à l’urbanisme, « ont demandé aux opérateurs de revenir d’ici un mois avec des propositions d’innovation et de développement de services sur l’occupation des espaces publics et la sécurité conclut le porte-parole de Lime. Selon ce porte-parole, la mairie a également demandé aux opérateurs de « mener une éducation autour de l’impact écologique positif des trottinettes », leur bilan environnemental a été critiqué.

VOIR AUSSI – Deux adolescents tués dans un accident de scooter à Lyon

A lire aussiConduire une trottinette électrique : ce que dit la loi

Comme ses rivaux, Tier s’est dit « très confiant dans sa capacité à répondre » aux exigences de la mairie, a indiqué un porte-parole à l’AFP. Accidents graves et parfois mortels, usagers circulant à deux et/ou sur les trottoirs, jonchés de trottinettes mal garées : face à « l’abus », la mairie « s’interroge » sur le « rapport coût-bénéfice » de la trottinette, ainsi que sur leurs « coûts environnementaux » , affirme David Belliards.

À Lire  Quels sont les avantages de souscrire une assurance auto en ligne ?

D’autant que ce marché rapporte à la ville « moins d’un million d’euros » par an (907.000 euros), précise l’écologiste sélectionné. Un quart des Parisiens déclarent utiliser régulièrement un scooter, selon un sondage publié mercredi par Bolt, tandis que trois opérateurs montrent que le secteur représente 800 emplois à Paris.

En 2018, une dizaine d’entreprises avaient pris d’assaut la capitale avec leurs trottinettes en libre-service, mais les excès ont vu la Ville limiter le marché à trois plateformes (Lime, Dott et Tier) et 15 000 véhicules d’ici 2020. Les trottinettes doivent désormais être garées dans des zones désignées. . endroits, leur vitesse est limitée à 20 km/h partout, et à 10 km/h dans 700 zones congestionnées.

Selon les chiffres fournis par la préfecture de police à l’AFP, les transports motorisés privés (EDPM), c’est-à-dire les scooters, Segways, hoverboards ou monowheels, ont causé 236 accidents à Paris au premier semestre, soit une augmentation de 52% par rapport à 2021. En France, 24 personnes décédé en 2021 à l’aide de l’EDPM, un record.

LIRE AUSSI – Bon : un enfant réfugié ukrainien de 5 ans décède après avoir été percuté par un scooter