La pénurie de médecins du travail inquiète les directions des ressources humaines

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

De nombreuses entreprises rencontrent des difficultés pour obtenir des rendez-vous obligatoires pour leurs salariés en médecine du travail. Ils craignent que certains des changements introduits par la loi sur la santé des travailleurs n’aggravent la situation.

« C’est de l’hypocrisie totale. Ce DRH de l’entreprise moyenne en chantier ne monte pas quand il énumère les changements proposés par la loi du 2 août 2021 relative à la santé au travail. Une meilleure prise en charge des travailleurs avec, notamment, la mise en place de visites à mi-carrière, l’accent mis sur la prévention, l’élargissement des services préventifs et des services de santé (SPST)… « Certaines de ces mesures sont intéressantes, mais nous travaillons en politique d’autruche : nous faisons semblant d’ignorer que ces emplois sont déjà surchargés et ne peuvent pas répondre aux besoins des entreprises. Alors, donnez-leur plus d’emplois… »

Une récente enquête de l’Association nationale des DRH (ANDRH) fait écho à son ressenti : 67 % des directions des ressources humaines (RH) déclarent subir un manque de médecins pour mettre en œuvre la nouvelle réforme de la santé au travail. Après ce dernier, c’est un problème que les experts du domaine connaissent : la médecine du travail est sous pression, face à une baisse continue de ses effectifs. Des médecins retraités ou étrangers viennent renforcer les effectifs, mais cela suffit à peine à banaliser les services de prévention et de santé au travail.

L’incident a touché les zones peu peuplées, où la violence a été constatée en particulier dans la région du Sud-Ouest. Cela n’exclut pas des problèmes en Ile-de-France, comme le souligne Bérangère Benon, DRH de l’opérateur Internet Claranet France. « A Rennes, où nous avons notre siège, nous réussissons à décrocher des rendez-vous pour faire revenir des salariés après de longues vacances ou un congé maternité. C’est complètement différent à Paris, où c’est une vraie bataille de places ! « Aussi, il y a une inégalité d’accès à la médecine du travail selon le type d’entreprise, constate Laurence Breton-Kueny, vice-présidente de l’ANDRH. Les PME et TPE sont confrontées aux problèmes. Les grands groupes sont exclus : ils mettent en place leurs propres services de veille et santé au travail à l’intérieur. »

À Lire  Conseils pour des entreprises saines | nouvelles loft

« Nous sommes à cran »

Les visites et rendez-vous obligatoires après les arrêts de travail sont une source importante de stress pour les entreprises concernées. « Certains ont été refoulés par manque de place, c’est un vrai souci, dit Mme. Breton-Queeny. En tant que DRH, nous avons des obligations légales liées au droit du travail, pour nous assurer, par exemple, qu’il y ait une visite de retour après un arrêt maladie de plus de soixante jours ou un retour de congé maternité, sans oublier qu’une visite de travail aux salariés ne le sont pas. Ceci pourrez vous intéresser : Bientôt un nouveau médecin à Sainte-Ménehould : ce qu’il faut savoir. exposition au risque. Ainsi, la question peut se déplacer sur une base juridique. »

Il vous reste 54,81% de cet article à lire. Le contenu suivant est réservé aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un appareil à la fois

Ce message s’affichera sur un autre appareil.

Parce que quelqu’un (ou vous) lit Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment arrêter de voir ce message ?

En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes le seul à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur un autre appareil. Ce dernier continuera à être connecté à ce compte.

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais les utiliser à des moments différents.

À Lire  Le G7 s'engage à "tenir Vladimir Poutine responsable" après les attentats

Vous ne savez pas qui est l’autre ?

Nous vous conseillons de changer votre mot de passe.

Le succès de la boxe chez les jeunes inquiète : "ils s'enivrent petit à petit et finissent par devenir dépendants.
A voir aussi :
Cette cigarette électronique jetable, avec ou sans nicotine, séduit les collégiens et…