La plupart des habitants et habitants de la Haute-Vienne renoncent aux soins et ont une hygiène bucco-dentaire

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

La santé concerne tout le monde. Il est en pleine crise. Mais lorsqu’il s’agit de dents, les gens « n’associent pas leur santé globale à l’hygiène bucco-dentaire », selon un porte-parole de l’Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD), le docteur Lequart.

De manière générale, dans une enquête menée par l’UFSBD du 28 décembre au 10 février 2019, 23 % des Français interrogés se déclarent en bonne santé, déclarant avoir une hygiène dentaire. Le manque de connaissances peut entraîner de graves problèmes de santé à long terme selon les médecins de la Haute-Vienne.

Pour rester en bonne santé

Bien que ces personnes ne soient pas toujours conscientes des conséquences sur l’ensemble de leur santé, 77,4% des Haut-Viennois ont reconnu les conséquences « santé » de cette affection. Sur le même sujet : Health Books – Dr Christian Recchia : « La fibromyalgie touche plus les femmes que les hommes. Et cette douleur mène à la dépression ». Alain Bourion, directeur du dispensaire du quartier Saint-Martial d’Orta de Malte au boulevard Carnot à Limoges souligne cette méconnaissance et renforce également la prise de conscience du patient.

« La plupart d’entre eux ne savent pas qu’ils ont des problèmes de santé liés à l’hygiène bucco-dentaire. On explique ensuite à chaque patient, souvent si nécessaire, que c’est dans les dents que se propage l’infection et que d’autres maladies apparaissent. » Pour maintenir une bonne santé bucco-dentaire, une augmentation annuelle est fortement recommandée.

En effet, plusieurs études scientifiques établissent un lien entre les maladies bucco-dentaires et les maladies cardiovasculaires, notamment : En conséquence, les bactéries peuvent se déplacer et se développer dans d’autres parties du corps, en particulier sur les artères coronaires et créer un risque accru de développer un infarctus du myocarde. Par exemple, 25 % des patients ayant subi un AVC hémorragique avaient des bactéries dans leur corps en raison d’une parodontite. Des études récentes suggèrent une relation possible avec la maladie d’Alzheimer », a déclaré le dentiste Christophe Lequart.

Recevez notre newsletter éco par e-mail et recherchez les dernières actualités des acteurs fortunés de votre région.

Recevez chaque lettre chinoise gratuite « The Famous Keeps You » pour tout savoir sur la santé en Haute-Vienne.

Audition : prendre soin de ses oreilles tout au long de la vie
Voir l’article :
dr. Le conseil d’Hubert Bigot pour protéger nos oreilles : éviter les…

La précarité, première cause de renoncement ?

La précarité, première cause de renoncement ?

Les problèmes de santé peuvent être résolus avec le temps et de manière inattendue pour des raisons financières. Bien sûr, certaines personnes choisissent de s’abstenir de santé, surtout si elles ne peuvent pas se permettre de payer des sommes exorbitantes. Selon une enquête réalisée en 2017 par l’Observatoire des désinscriptions et des services ainsi que les premières primes départementales d’assurance maladie, 28,5 % des répondants de la Haute-Vienne ont déclaré avoir arrêté un traitement à l’école. pour les 12 derniers mois.

Si d’autres options de traitement sont remboursées à hauteur de 70% par l’Assurance Maladie comme la consultation chez le dentiste, l’extraction dentaire, dentaire, de racine ou de dent s’avère rentable. La restauration est limitée voire existante. Dans ce cas, seule une assurance maladie adéquate peut couvrir le bouclage financier.

À Lire  Le bien-être Décalage horaire : nos conseils pour ne pas gâcher vos vacances

Des thérapeutes bénévoles du dispensaire Saint-Martial de Limoges apportent une aide gratuite aux plus démunis.

Et personne ne semble être en reste. Selon une étude de l’Observatoire, les personnes âgées de 40 à 59 ans sont les plus susceptibles d’éviter les soins dentaires en Haute-Vienne : 54,8 % au total. Les 25-39 ans représentent 20,9% des répondants. Au dispensaire Saint-Martial, « on pensait accueillir plus de retraités aux revenus modestes, mais ça s’est avéré faux », raconte Alain Bourion. Les plus de soixante-cinq ans représentent 8 % de leurs patients. En revanche, les moins de 26 ans représentent 30 % de leurs patients. Au total, 70% des patients sont incapables de donner les fonds restants.

Selon une enquête menée par la chercheuse Héléna Révil, 29,8 % des personnes interrogées se sont résignées à l’hygiène dentaire et 46,1 % aux soins prothétiques dentaires en Haute-Vienne. « Après avoir payé les frais prescrits, certains n’ont pas le budget pour payer une complémentaire santé donc ils n’y voient pas une priorité », explique Héléna Révil. Selon ce dernier, des sentiments de pardon surgissent chez ces personnes qui se disent « prendre soin des autres ».

Lampe piège à insectes sans fil LIDL à seulement 14,99€ ⋆ MediaSeine
A voir aussi :
Si vous cherchez un appareil d’intérieur efficace au meilleur prix pour repousser…

Le kit complet de brossage : un budget non négligeable

Le kit complet de brossage : un budget non négligeable

A l’école Jean-le-Bail de Limoges, où se déroule pour la troisième année consécutive le programme de soutenance MT Dents, la directrice Christine Rondeau le fait péniblement. « La santé bucco-dentaire est mauvaise pour un enfant dont la famille est dans une situation difficile. La brosse à dents, qu’on change habituellement tous les six mois, représente un budget spécial pour les familles de 4 à 6 enfants quand on sait qu’elle coûte entre 1,50 $ et 2,50 €. Et ne parlons pas du dentifrice qui est parfois le même pour toute la famille et ceux que l’on choisit de garder. »

Les Petits Curieux du Limousin #22 : Comment se forment les trous ?

Voir l’article :
Comment protéger les animaux maltraités ? Devenir bénévole est la meilleure solution…

Des familles plus exposées

Des familles plus exposées

En Haute-Vienne, 23,6 % des couples mariés avec enfants de confiance ont quitté le cabinet dentaire en 2017. Pour Héléna Révil, qui chapeaute l’Observatoire pour s’informer sur les abus de droits et de devoirs, « il n’y a pas que la persévérance. Si un parent quitte le cabinet dentaire soins seuls, cela affectera les enfants.refus pour le bien de son ou ses enfants.La même attention aux familles monoparentales qui sont particulièrement vulnérables, une à la précarité, et deux au risque d’abandonner.

Au sein du département, 16 % de ceux qui ont débouté en 2017 vivaient seuls avec des enfants de confiance. « Les familles monoparentales sont particulièrement vulnérables car elles partagent le même revenu pour leurs enfants. Du coup, les soins dentaires ne sont pas toujours une priorité », déplore Héléna Révil.

Un programme de soins bucco-dentaires MT a été mis en place dans les écoles

Six cents écoliers, en première année de 17 écoles de la ville de Limoges, sont actuellement sensibilisés à la santé bucco-dentaire. Ce matin-là, à l’école Jean-le-Bail, Édouard Nébié, mandaté par la direction départementale de l’éducation et de la promotion de la santé (Noupsle) Nouvelle-Aquitaine, a conduit le segment en donnant ses conseils afin d’intégrer jusqu’à 50 programmes d’hygiène bucco-dentaire. les écoliers. « Il est important de se brosser les dents tous les matins après le petit déjeuner, et le soir avant d’aller se coucher », répète l’orateur.

À Lire  Les vaporettes jetables cartonnent dans les écoles valaisannes, mais attention à l'effet addictif

Les cigarettes électroniques jetables sont de plus en plus populaires chez les adolescents
Lire aussi :
Avec leur packaging coloré et leur goût sucré, les « puffs »…

L’aspect culturel entre aussi en compte

L’aspect culturel entre aussi en compte

C’est une évidence pour certains enfants et adultes, mais les mauvaises habitudes quotidiennes ont parfois du fil à retordre. Départ pour des raisons financières. La directrice, Christine Rondeau, estime que le programme MT Dents est « nécessaire », notant que « la santé bucco-dentaire augmente chez un enfant dont la famille est en situation précaire ».

Pour Édouard Nébié, les valeurs culturelles jouent aussi un rôle, notamment au sein des familles africaines. « À la maison, prendre un petit-déjeuner sans se brosser les dents est impensable. Les familles vont se brosser les dents avant le petit-déjeuner, pas après. »

Les enfants ont besoin d’être éduqués dès leur plus jeune âge.

Avec le programme MT Dents, proposé par la ville de Limoges, la CPAM de Haute-Vienne et l’Ireps Nouvelle-Aquitaine, les enfants pourront remémorer l’idée de se brosser les dents le soir pour se débarrasser des toxi-infections alimentaires , sodas et gâteaux, ennemis jurés.

Dans un petit exemple de question d’émission donnée à des écoliers, les enfants de Jean-le-Bail se sont trompés sur une mission à faire le soir, peut-être illustrée par un magnifique exemple de dents cariées. Face à ce sinistre signe, le garçon a besoin d’être rassuré. « Les dents tombent, mais ensuite elles repoussent ?! » « A moins qu’il ne s’agisse d’un voyage, la dent sera stable et nous verrons à la conserver.

Pour prévenir d’éventuelles blessures, le programme de notification MT Dents permet à un étudiant de commencer gratuitement à consulter un dentiste avec le soutien de la CPAM, un mois avant l’anniversaire de l’enfant de 6 ans.

L’hygiène bucco-dentaire comprend également une bonne hygiène dentaire, un bon brossage et une bonne nutrition. Là Dr. Lequart, le dentifrice doit contenir du fluor car il renforce l’émail des dents.

Le fluor indispensable. En effet, « le trou coupe la dent et provoque de petits trous dans l’émail. Le fluorure est très important car il est mélangé avec des cristaux dans l’émail pour le renforcer. « 

Baignade en 2 minutes. De plus, un brossage annuel et biquotidien pendant deux minutes peut réduire le risque. «Cependant, cela doit être soutenu et soigneusement nettoyé ensemble. En fait, certains aliments peuvent se coller entre deux dents et former de la malbouffe provoquant une inflammation gingivale, des caries proximales ou des maladies parodontales », explique un dentiste. % de la plaque restante.

Une alimentation équilibrée. A l’école Jean-le-Bail de Limoges, le proviseur pointe aussi un deuxième problème lié à la peur des autres familles. L’absence de petit-déjeuner est remplacée par des collations, souvent très sucrées et favorisant la formation de noyaux. Depuis la rentrée scolaire, l’école a mis en place un petit-déjeuner pour les enfants une fois par semaine. Au menu : briques de chocolat au lait, biscotte à la confiture ou au miel, jus de fruits ou compote.

Aline Combrouze et Emilie Montalban