La réalité virtuelle au service de la santé mentale à la Clinique Château du Tremblay

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Utilisée pendant trois mois à la Clinique Château du Tremblay (Ramsay Santé) située à Chaulgnes (Nièvre), la réalité virtuelle possède des vertus thérapeutiques puissantes, complémentaires aux traitements traditionnels et particulièrement efficaces chez les patients souffrant d’anxiété. Mise en lumière par Thomas Chmielowiec, responsable d’une unité de soins au sein de l’établissement.

Utilisée pendant trois mois à la Clinique Château du Tremblay (Ramsay Santé) située à Chaulgnes (Nièvre), la réalité virtuelle possède des vertus thérapeutiques puissantes, complémentaires aux traitements traditionnels et particulièrement efficaces chez les patients souffrant d’anxiété. Mise en lumière par Thomas Chmielowiec, responsable d’une unité de soins au sein de l’établissement.

Souvent associée au domaine des jeux vidéo, la réalité virtuelle est aujourd’hui de plus en plus utilisée pour soulager l’anxiété et la dépression. Depuis janvier, la Clinique Château du Tremblay offre des thérapies par exposition à la réalité virtuelle (TERV) à ses patients en plein hôpital.

Les bienfaits de la réalité virtuelle sur l’anxiété et la dépression

Lors des séances, le patient, équipé d’un casque, est allongé sur un fauteuil qui propose des effets sonores et visuels (graphismes 3D et/ou images 360°). Sous la supervision d’un soignant pendant la séance, il peut alors interagir avec ce qu’il voit autour de lui, selon les possibilités du système utilisé, dans le but de créer un sentiment de présence dans un environnement virtuel. Ceci pourrez vous intéresser : Alerte canicule : le Finistère et le Morbihan sont classés en alerte orange.

« Normalement, les séances sont offertes une ou trois fois par semaine. Elles durent une vingtaine de minutes et permettent aux patients de s’immerger dans des lieux de détente (montgolfière, piscine, etc.), accompagnés d’une musique d’ambiance (ou non) », explique Thomas Chmielowiec. Au cours de cette expérience sensorielle, les patients apprennent à se détendre et à contrôler leur respiration de manière autonome.

À Lire  Cigarette électronique : une étude vigilante sur les dangers du vapotage passif

« 90% des patients qui ont testé cette thérapie pour la première fois veulent avoir une deuxième séance », précise le spécialiste, ajoutant que la TERV permet même à certains d’entre eux de réduire leur prise d’anxiolytiques. « La réalité virtuelle est également proposée aux soignants dans l’établissement de détente », poursuit-il.

Cependant, il est contre-indiqué chez les patients souffrant d’épilepsie ou de mal des transports.

Covid-19 : les publicités anti-vaccins sont-elles légales ? Faire attention
A voir aussi :
« Un AVC pour 100 injections : la santé de nos enfants…

La réalité virtuelle prochainement utilisée pour traiter les phobies et les addictions

A terme, la Clinique souhaite développer et proposer cette thérapie aux patients souffrant de phobies ou de conduites addictives. Un patient agoraphobe (qui a une phobie des foules), par exemple, pourrait se retrouver devant une salle pleine de monde utilisant cette technique virtuelle. « Cela va l’encourager à faire face à la situation de peur, en l’exposant progressivement à sa pire peur de manière virtuelle », conclut l’expert.

Sanctions sur les ordres professionnels : des peines toujours clémentes pour inconduite sexuelle
Sur le même sujet :
Cinq ans après l’alourdissement de la peine d’emprisonnement à perpétuité dans l’ordre…