La réunion tenue à Paris en soutien à la Moldavie, qui a été touchée par la guerre en Ukraine

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Paris accueille lundi une conférence internationale de soutien à la Moldavie avec pour objectif immédiat d’apporter une aide d’urgence pour passer l’hiver tout en accompagnant le pays sur la voie de l’adhésion à l’UE.

La Moldavie, petit pays de 2,6 millions d’habitants, qui depuis fin juin est candidat à l’adhésion à l’UE, est proche de l’Ukraine. Et elle a subi de plein fouet les conséquences de la guerre, notamment énergétique, lorsque la société russe Gazprom a réduit de moitié ses exportations de gaz vers Chisinau.

« Nous devons aider la population à tenir le coup », a déclaré à la presse la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, ajoutant qu’un soutien matériel et financier serait apporté lundi.

La « Plateforme internationale de soutien à la Moldavie » a été lancée à l’initiative de l’Allemagne, de la France et de la Roumanie. Deux éditions ont déjà eu lieu, la première à Berlin en mars, la seconde à Bucarest en juillet.

Mais ce troisième rendez-vous revêt une importance particulière avec l’arrivée de l’hiver et du « chantage russe au gaz », a résumé une source diplomatique française.

« La Russie a coupé une bonne partie du gaz qu’elle fournit normalement à la Moldavie, et de plus, les exportations d’électricité depuis l’Ukraine ne sont plus possibles en raison du bombardement des infrastructures ukrainiennes », a déclaré Mme. Colonne.

De plus, la Moldavie ne dispose d’aucune capacité de stockage de gaz.

Dans une récente interview à l’AFP, le ministre moldave des Affaires étrangères Nicu Popescu a estimé à 1,1 milliard d’euros le besoin de financement supplémentaire pour couvrir les surcoûts énergétiques du pays cet hiver.

À Lire  Urgence crise : 41 mesures "mission rapide" sur le bureau d'Elisabeth Borne

Son gouvernement a approché la Roumanie pour acheter du gaz à bas prix, mais le pays reste extrêmement vulnérable, a-t-il insisté.

« Notre pays est militairement menacé » par la Russie, a-t-il dit, rappelant la présence de militaires russes sur le territoire moldave dans la région séparatiste pro-russe de Transnistrie.

D’un point de vue économique, la Moldavie a dû accepter de nombreux réfugiés ukrainiens fuyant la guerre. « Certains sont partis, mais la Moldavie compte encore environ 80 000 réfugiés ukrainiens » qui ont besoin d’aide, a également souligné M. Popescu.

Lundi, 45 délégations internationales représentant l’Union européenne, les Etats-Unis ainsi que des organisations internationales et des institutions financières internationales seront présentes au centre de conférences du ministère des Affaires étrangères, a indiqué la source diplomatique.

– Inquiétude « au plus haut sommet de l’Etat » –

Pour le gouvernement français, la Moldavie est une préoccupation « au plus haut niveau de l’Etat », a souligné cette source.

La conférence, qui sera présidée par Catherine Colonna et ses collègues allemand Annalena Baerbock et roumain Bogdan Aurescu, sera clôturée par le président français Emmanuel Macron et la présidente moldave Maia Sandu.

De nouveaux engagements financiers devraient y être annoncés après les quelque 600 millions d’euros annoncés lors des précédentes éditions.

L’aide d’urgence passera également par des livraisons de groupes électrogènes, de matériel médical ou encore des livraisons de gaz, a indiqué la source diplomatique.

A plus long terme, Paris aura en tête de remettre la Moldavie sur la voie de la réforme et de la mettre aux normes européennes en vue de son admission dans l’UE, qui « prendra du temps », a prévenu la source diplomatique.

À Lire  Le calvaire d'un Villeneuvois aux jambes cassées

« Il est dans notre intérêt de soutenir et d’accompagner » la Moldavie dans ses efforts de réforme économique, a souligné Mme Colonna.

Le président français abordera bilatéralement les questions de sécurité avec Mme. Le sable.

Outre l’Ukraine, la France et ses alliés suivent de près l’évolution du « flanc oriental » de l’Europe, qui est « sous forte tension », « sous la menace directe de la Russie », ajoute cette source.

Nous devons « faire en sorte que notre flanc Est soit capable de résister à cette pression, car si le flanc Est cède, c’est la théorie des dominos : nous serons tous affaiblis », a conclu la source.