Le « doomscrolling », ou l’ascenseur émotionnel sans fin des réseaux sociaux

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Dérivé du verbe anglais « to scroll », ce mot désigne la consultation compulsive d’informations qui provoque de l’anxiété, un comportement né de la rencontre entre la curiosité humaine et les produits des plateformes numériques.

Histoire d’un concept. Dans les transports, dans la file d’attente du supermarché, dans l’ascenseur, dans le confort d’un canapé ou dans l’intimité d’un lit, le contenu passe avec un mouvement mécanique du pouce ou de l’index automatique. Sur Facebook, Instagram, TikTok ou Twitter, ils se déroulent inexorablement : images de la guerre en Ukraine, chiffres de la pandémie de Covid-19, articles décryptant le dernier rapport du GIEC, commentaires alarmants sur l’état du paysage politique. La plupart du temps, aucune émotion n’apparaît sur le visage de l’utilisateur ; mais au fond du cœur, la curiosité ou l’ennui cède parfois la place à l’appréhension, voire à l’angoisse la plus pure. Peu importe : il continue. Cette navigation compulsive porte désormais un nom : le doomscrolling, c’est-à-dire le fait – ou la sensation – de ne pas pouvoir s’arrêter de faire défiler indéfiniment des contenus multimédias anxiogènes.

Le mot dérive du verbe anglais to scroll, qui signifie « faire défiler un contenu sur un écran », terme tellement utilisé aujourd’hui que sa version française, « scroller », est entrée dans le dictionnaire Robert en 2020. d’un emprunt à l’ancien français « escroe ».  » (« scroll ») – était, pour les locuteurs du Moyen Âge, de décrire l’action de dérouler un rouleau afin de le lire.

C’est dans les années 1970 et 1980 que le monde naissant du jeu vidéo s’empare du terme et l’utilise comme métaphore pour décrire la façon de faire apparaître des éléments à l’écran, selon un défilement horizontal ou vertical : le défilement devient alors un élément élément essentiel des interfaces numériques. Cependant, quelques décennies plus tard, avec l’émergence des réseaux sociaux et leur modèle d’accumulation de contenus, l’action de défilement acquiert une dimension potentiellement infinie. C’est ce sentiment d’une page sans fin qui est d’abord décrit par le mot doomscrolling, qui signifie littéralement « défiler jusqu’à la fin des temps » ou « jusqu’à sa destruction » (doom).

À Lire  Immobilier : ce qui va changer en 2022 pour les propriétaires et les locataires

Craintes pour la santé mentale

Pourquoi cette incapacité à s’autoréguler semble-t-elle si partagée ? « Le modèle économique des entreprises de type réseaux sociaux est basé sur le temps passé par les utilisateurs sur les plateformes, car c’est ce temps d’attention qui sera valorisé auprès des annonceurs », explique Nicolas Nova, anthropologue numérique. Ils ont donc tout intérêt à trouver des mécanismes dans la conception d’interfaces qui incitent les utilisateurs à rester le plus longtemps possible. A voir aussi : Téléphones reconditionnés : attention aux mauvaises surprises. Cet intérêt explique l’utilisation du format de défilement infini, mais aussi le mécanisme de récompense variable (similaire à celui des machines à sous de casino) mis en place par les algorithmes, ou le fait de surestimer la répétition de certains types de contenus qui suscitent un intérêt particulier, comme les négatifs des nouvelles ou des titres accrocheurs. La sensation de doomscrolling naît ainsi de la rencontre entre la nature curieuse de l’être humain et les nouvelles interfaces produites par les entreprises numériques capitalistes.

Vous avez 40,88% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Parce que quelqu’un d’autre (ou vous) lit Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment arrêter de voir ce message ?

En cliquant sur  »  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

À Lire  9 astuces irrépressibles pour déboucher un drain

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté à ce compte.

Pas. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ne savez pas qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de changer votre mot de passe.

Ces dix maisons à vendre vous promettent de superbes coins barbecue
Ceci pourrez vous intéresser :
Les températures estivales sont là, et avec elles l’envie de passer du…