Le Futuroscope vous endort désormais dans une base spatiale

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Un épais brouillard a accompagné ce mardi l’inauguration de la Station Cosmos, le premier hôtel thématique et quatre étoiles du Futuroscope à Poitiers (Vienne). Ambiance lunaire garantie sans effets spéciaux pour cet établissement de 78 chambres aux allures de base d’exploration spatiale.

Censé être habité sur Kepler 442-b, une exoplanète – bien réelle – située à 1 115 années-lumière de la Terre, l’établissement mêle codes de la science-fiction, décor futuriste et domotique de pointe pour gérer les équipements de chaque pièce (écran, luminosité) . Certains décors et objets rappellent clairement « Star Wars » ou « Alone on Mars » de Ridley Scott.

Quelques plantes vertes soulignent la raison d’être de cette simulation de base à distance : découvrir de nouvelles espèces végétales, de quoi verdir cet hôtel, forcément très minéral. Les tarifs oscillent entre 188 et 245 euros la nuit dans ce lieu présenté comme « haut de gamme » par son directeur général, Rodolphe Bouin, qui cite un taux d’occupation de 97 % depuis son ouverture au début de l’été.

Un second hôtel à thème en construction

L’hôtel Station Cosmos s’inscrit dans un plan d’investissement plus large évalué à 304 millions d’euros visant à faire du Futuroscope « une offre de court séjour ». Selon Rodolphe Bouin, « un visiteur sur deux y passe une journée, et les deux autres jours. Lire aussi : CBD : le Conseil national abroge l’interdiction des fleurs de cannabis. Nous voulons passer à 60% d’ici 2025 pour un chiffre d’affaires de 150 millions, contre 105 actuellement ».

Le Parc Poitevinu construit aujourd’hui une deuxième offre hôtelière à thème – Ecolodgee, lodges au cœur d’espaces verts – et promet « le zéro carbone net, sans compensation, d’ici 2030 ».

À Lire  [PDF] Analyse SWOT du marché européen du cannabis médical, aperçu du développement du marché 2022-2029. – Androidfun.fr

Lire aussi :
Le « tourisme du sommeil » n’est pas du panty tourism : c’est de…