Le G7 s’engage à « tenir Vladimir Poutine responsable » après les attentats

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

La Russie a revendiqué mardi de nouvelles attaques « massives » contre des infrastructures ukrainiennes, pour lesquelles le G7 s’est engagé dans l’urgence à « responsabiliser » le président russe Vladimir Poutine. Voici le fil du 11 octobre.

Sommaire

3 h 33 : « Cela dépend », dit Biden à propos d’une potentielle rencontre avec Poutine au G20

Le président américain Joe Biden a déclaré mardi qu’il n’avait « aucune intention » de rencontrer Vladimir Poutine lors du prochain sommet du G20, mais a ajouté que « ça dépend », surtout si le président russe veut évoquer le sort d’un Américain détenu en prison. Ceci pourrez vous intéresser : Pink Floyd réédite enfin « Animals ».

« Je ne vais pas le rencontrer. Mais si, par exemple, il venait me voir au G20 et me disait : ‘Je veux parler de la sortie de (la star du basket américain Brittney) Griner’, je le rencontrerais. Ce que je pense, c’est que cela dépend », a-t-il déclaré dans une interview à CNN.

Lire aussi :
Il est toujours utile de connaître les adresses d’urgence de votre ville,…

23 h 32 : vote à l’ONU sur l’Ukraine: Washington à l’offensive pour rallier les soutiens

Les États-Unis mènent une vaste offensive pour rallier le plus de pays possible afin de faire passer une résolution en discussion à l’ONU condamnant l’annexion des régions ukrainiennes par Moscou.

« Nous pensons que le temps de la neutralité est révolu », a déclaré mardi le porte-parole du département d’Etat Ned Price. « Il ne peut y avoir de neutralité dans une situation comme celle-ci », a-t-il déclaré aux journalistes.

Les États membres de l’ONU débattent à l’Assemblée générale d’une résolution présentée par l’Ukraine et co-rédigée par l’UE, qui, espèrent les Occidentaux, démontrera l’isolement de la Russie par rapport au président Vladimir Poutine sur la scène internationale. Selon des sources diplomatiques, un vote pourrait avoir lieu mercredi ou « probablement jeudi ».

Pendant ce temps, le secrétaire d’État américain Antony Blinken appelle les dirigeants étrangers, dont le président serbe Aleksandar Vucic mardi, et ses collègues du monde entier à rassembler le plus de pays possible. Mardi, Antony Blinken et la numéro trois du Département d’État aux affaires politiques, Victoria Nuland, ont tenu un échange virtuel avec des représentants d’une centaine de pays, insistant sur le fait que la Russie doit être « responsable de son annexion illégale de territoire à l’Ukraine », a déclaré le porte-parole Ned Price. a dit.

23 h 25 : Volodymyr Zelensky fait le bilan des frappes russes

« Depuis ce matin, 28 missiles ennemis ont été lancés, dont 20 ont été abattus. Plus de 15 drones, pour la plupart des drones d’attaque iraniens. Presque tous ont été abattus », a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans son discours du soir. , qui a dit espérer « des avancées de la part de nos partenaires sur la question de la défense aérienne et de la défense antimissile ».

L’état-major ukrainien a signalé des attaques aériennes, des missiles de croisière et de multiples roquettes russes contre plus de 20 villes et villages à travers le pays.

La Haute-Corse dimanche sous une canicule jaune
Ceci pourrez vous intéresser :
Voici quelques conseils pour vous protéger de la chaleurA partir de 65…

22 h 35 : selon Joe Biden, Vladimir Poutine a « mal évalué » la capacité de ses forces à occuper l’Ukraine

Le président américain Joe Biden a affirmé que son homologue russe, Vladimir Poutine, avait « clairement » mal évalué la situation en Ukraine et « complètement mal calculé » l’opposition à laquelle il serait confronté.

« Je pense que c’était une personne rationnelle qui a clairement mal évalué » la situation, a déclaré Joe Biden dans une interview à CNN, qui a publié quelques citations avant la diffusion prévue mardi soir.

« Il pensait qu’il serait accueilli à bras ouverts (…) et je pense qu’il a fait une erreur de calcul complète », a encore déclaré le président américain.

Lire aussi :
Toi aussi tu veux être fauché, avoir tellement d’argent que faire un…

19 h 03 : l’Ukraine annonce la libération par la Russie de 32 prisonniers de guerre

32 prisonniers de guerre ukrainiens sont rentrés en Ukraine dans le cadre d’un échange de prisonniers avec la Russie, a annoncé le chef de cabinet du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

« Parmi les prisonniers libérés se trouvent des officiers, des sergents et des soldats des forces armées ukrainiennes. Ils se trouvaient tous dans des endroits où de violents combats se poursuivent. Beaucoup d’entre eux étaient considérés comme portés disparus », a déclaré Andriy Yermak sur Instagram.

Ce dernier a ajouté que l’Ukraine avait également retrouvé la dépouille d’un volontaire israélien venu combattre aux côtés des forces de Kyiv.

18 h 47 : 2 000 personnes privées d’électricité en Russie après une frappe ukrainienne, selon le gouverneur de la région de Belgorod

Le gouverneur de la région russe de Belgorod, frontalière de l’Ukraine, a accusé mardi Kiev d’avoir mené une grève sur une installation électrique qui a laissé « plus de 2.000 habitants » sans électricité.

« L’armée ukrainienne a bombardé une sous-station à Chebekino », une ville russe de 40 000 habitants située à sept kilomètres de la frontière ukrainienne, a déclaré Vyacheslav Gladkov sur Telegram, ajoutant qu’il n’y avait pas eu de blessé.

À Lire  Pourquoi parle-t-on du Puff bar ?

« Les projectiles ont endommagé un transformateur. A l’heure actuelle, plus de 2 000 habitants sont sans électricité », a-t-il ajouté.

Vers 16h00 GMT, l’incendie qui s’est déclaré dans la sous-station suite à la grève « a été maîtrisé et l’alimentation électrique des ménages a été rétablie », a déclaré Vyacheslav Gladkov dans un communiqué. vidéo publiée sur sa page sur le réseau social VKontakte.

18 h 35 : Paris renforce sa présence militaire sur le flanc est

La France renforcera sa présence militaire sur le flanc est de l’Otan en déployant dans les prochaines semaines des véhicules blindés de transport de troupes (VBCI) et des chars Leclerc en Roumanie, ainsi que des renforts en Estonie, a annoncé son ministre des Armées.

Cette décision du président Emmanuel Macron de « relever notre posture défensive sur le flanc est de l’Europe » a été prise « au regard de la situation sur le flanc est de l’OTAN » et « de la violence des combats en Ukraine », a fait valoir le ministre français Sébastien Lecornu. . lors d’une audience du Comité sénatorial de la défense.

La France est la nation cadre d’une mission de l’OTAN en Roumanie, qui compte actuellement 350 soldats français ainsi que des Belges et des Néerlandais.

18 h 06 : l’Ukraine a exhumé des dizaines de civils dans des villes reconquises dans l’Est

Le bureau du procureur général d’Ukraine a annoncé avoir exhumé les corps de 78 civils dans deux villes de la région de Donetsk – à l’est du pays – qui ont récemment été repris par les forces ukrainiennes.

« Plusieurs lieux de sépulture ont été découverts dans les villes libérées de Svyatogirsk et Lyman », a-t-il dit, faisant état de 34 corps exhumés à Svyatogirsk et 44 à Lyman.

Selon cette source, certains corps exhumés à Sviatogirsk présentaient des signes de « mort violente » et les restes calcinés de deux personnes ont été retrouvés dans une voiture.

A Lyman, environ 110 tombes ont été dénombrées, dont 44 corps ont été immédiatement exhumés, dont ceux « d’un enfant d’un an et de toute sa famille ».

17 h 22 : Vladimir Poutine se dit « ouvert à un dialogue » avec l’AIEA sur la centrale de Zaporijjia

Le président russe Vladimir Poutine s’est dit « ouvert au dialogue » avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sur la centrale nucléaire de Zaporijia, située dans le sud de l’Ukraine et contrôlée militairement par la Russie depuis mars.

« Nous serons heureux de discuter de toute question d’intérêt commun ou peut-être préoccupante, par exemple concernant la situation autour de la centrale nucléaire de Zaporijia », a déclaré Vladimir Poutine lorsqu’il a reçu le chef de l’AIEA, Rafael Grossi, à Saint-Pétersbourg. Pétersbourg. « En tout cas, nous sommes ouverts à ce dialogue », a-t-il déclaré.

17 h 09 : le G7 promet de « demander des comptes » à Vladimir Poutine après les bombardements sur l’Ukraine

Les dirigeants du G7 se sont engagés à « tenir le président russe Vladimir Poutine responsable » après les frappes russes qui pleuvent sur l’Ukraine depuis deux jours.

« Nous condamnons fermement ces attaques et rappelons que les attaques aveugles contre des civils innocents constituent un crime de guerre », ont déclaré les dirigeants dans un communiqué après une réunion en ligne avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

16 h 11 : « Poutine peut encore jouer l’escalade », martèle Volodymyr Zelensky auprès du G7

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a martelé au G7 que Vladimir Poutine avait encore les moyens d’une « escalade », appelant à des sanctions plus dures contre Moscou et à une aide militaire à l’Ukraine après deux jours de bombardements intensifs.

« Le dirigeant russe, qui est en fin de règne, a encore les moyens d’une escalade », a-t-il dit, selon le texte anglais de son discours diffusé par la présidence ukrainienne.

Volodymyr Zelensky a également fait appel à ses collègues du G7 pour aider à créer un bouclier aérien pour arrêter les attaques russes qui pleuvent sur son pays depuis deux jours.

« Je vous demande de renforcer l’effort général pour aider financièrement à créer un bouclier aérien pour l’Ukraine », a-t-il déclaré, affirmant que « des millions de personnes seront reconnaissantes au G7 pour une telle aide ».

15 h 37 : l’Ukraine accuse la Russie d’avoir « kidnappé » un responsable de la centrale de Zaporijjia

L’Ukraine a accusé la Russie d’avoir « kidnappé » le directeur général adjoint des ressources humaines de la centrale nucléaire de Zaporijia (dans le sud du pays), Valeriï Martyniouk, tandis que Vladimir Poutine doit échanger avec le chef de l’AIEA, Rafael Grossi, cet après-midi à Saint-Pétersbourg.

« Hier, des terroristes russes ont kidnappé (…) Valeriy Martynyuk, l’ont gardé dans un lieu inconnu et ont probablement utilisé leurs propres méthodes de torture et d’intimidation », a déploré l’exploitant nucléaire ukrainien de la centrale nucléaire. Zaporijia, Energoatom.

15 h 23 : les frappes massives de la Russie en Ukraine sont un « signe de faiblesse », affirme le chef de l’Otan

Les bombardements à grande échelle menés lundi par l’armée russe en Ukraine sont un « signe de faiblesse » de Moscou, qui perd la bataille sur le terrain, a déclaré le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg.

« La Russie a de plus en plus recours à des attaques horribles et aveugles contre des civils et des infrastructures critiques », a déclaré Jens Stoltenberg lors d’une conférence de presse. « Ce que nous avons vu hier (lundi) est un signe de faiblesse car la Russie est en train de perdre sur le champ de bataille » et ces attentats « reflètent le manque d’alternatives du président Vladimir Poutine », a-t-il déclaré.

14 h 48 : l’Ukraine appelle la population à « limiter » sa consommation d’électricité

Le gouvernement ukrainien a exhorté mardi la population à « limiter » sa consommation d’électricité après les grèves russes menées depuis la veille sur des sites énergétiques de plusieurs régions.

« Aujourd’hui, nous voudrions vous demander de limiter la consommation d’électricité. Aussi pendant les heures de pointe – de 17h00 à 23h00 – veuillez ne pas allumer les appareils énergivores », a demandé le Premier ministre ukrainien Denis Chmygal sur Telegram.

14 h 16 : « sérieuses destructions » après des frappes sur des sites énergétiques du centre de l’Ukraine

De nouvelles attaques russes visant des installations énergétiques dans la région de Dnipro, dans le centre de l’Ukraine, ont causé « de graves destructions », a déclaré le gouverneur régional Valentin Reznichenko.

« Les Russes ont tiré des missiles sur les infrastructures énergétiques des districts de Pavlograd et de Kamian : il y a de graves destructions », a-t-il dit, ajoutant que « de nombreux villages sont sans électricité ». Auparavant, des sites énergétiques de l’ouest avaient également été touchés par des attaques russes sur ce type d’infrastructures depuis lundi.

13 h 33 : le Kremlin s’attend à plus de « confrontation » avec l’Occident

Le Kremlin a déclaré mardi qu’il s’attendait à davantage de « confrontation » avec l’Occident avant un sommet virtuel du G7 prévu pour la journée consacrée aux importants bombardements russes en Ukraine.

« L’ambiance à l’approche de ce sommet est très claire et prévisible pour nous. La confrontation se poursuivra », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, assurant que la Russie « atteindrait les objectifs qu’elle s’est fixés » en Ukraine.

13 h 18 : Meta ajoutée à la liste des organisations terroristes en Russie

L’organisme russe de surveillance des marchés financiers, Rosfinmonitoring, a ajouté mardi Meta Platforms, la société mère de Facebook, à sa liste d’organisations « terroristes et extrémistes », a rapporté mardi l’agence de presse Interfax.

La Russie a d’abord restreint l’accès aux plateformes phares de Meta – Facebook et Instagram – après le lancement de son offensive en Ukraine le 24 février.

En mars, un tribunal russe a jugé que Meta était coupable de mener des « activités extrémistes » dans le pays, et l’appel interjeté par le groupe américain a été rejeté en juin dernier.

À Lire  Tabac : Ici, les vêtements ou les lieux imprégnés de fumée de cigarette sont nocifs pour la santé

13 h 01 : la Russie se dit ouverte à une rencontre Poutine-Biden au G20

La Russie est ouverte à une éventuelle rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain, Joe Biden, lors du prochain sommet du G20 et examinerait cette proposition si elle devait lui être présentée, a déclaré mardi le ministre russe. Sergueï Lavrov.

« Nous avons toujours dit que nous ne refusions jamais une rencontre. S’il y a une proposition, alors nous l’étudierons », a-t-il déclaré à la télévision publique russe.

12 h 17 : Moscou dit avoir mené de nouvelles frappes « massives »

Le ministère russe de la Défense a annoncé mardi avoir mené de nouvelles frappes « massives » contre des cibles militaires et des installations électriques en Ukraine, au lendemain des bombardements généralisés menés à travers le pays.

« Aujourd’hui, les forces armées russes ont continué à mener des attaques massives avec des armes à longue portée de haute précision, à partir de bases terrestres et maritimes, sur des sites militaires et des installations électriques en Ukraine », a indiqué la porte. – porte-parole du ministère, Igor Konashenkov, pour s’assurer que tous les objectifs de ces grèves ont été atteints.

Il a également assuré que l’armée russe avait repoussé les attaques ukrainiennes sur plusieurs fronts dans le sud et l’est du pays.

12 h 05 : l’Ukraine a récupéré 62 corps de soldats tués notamment dans une prison

Kiev a annoncé mardi avoir retrouvé les corps de 62 de ses soldats tués, dont ceux tués en juillet dans le bombardement de la prison d’Olenivka, dans le territoire occupé de l’est de l’Ukraine.

« 62 héros tombés sont rentrés chez eux », a indiqué le ministère chargé de la réintégration des territoires occupés par la Russie. Il a déclaré que certains des corps provenaient de la prison d’Olenivka dans la partie occupée de la région ukrainienne de Donetsk, où des dizaines de prisonniers ont été tués lors d’une frappe que Kiev et Moscou se reprochent mutuellement.

11 h 30 : plusieurs infrastructures touchées par des frappes dans la région de Lviv

Les infrastructures énergétiques ont été frappées par de nouvelles frappes dans l’ouest de l’Ukraine mardi, a déclaré Maksym Kozytski, gouverneur de la région de Lviv.

Selon lui, il y a eu « trois explosions sur deux sites d’infrastructures de la région », tandis que le maire de la capitale régionale éponyme, Andriï Sadovy, a fait état d’une « attaque au missile sur des infrastructures critiques » qui a laissé un tiers de la ville sans électricité.

11 h 14 : la force commune russo-biélorusse est « purement défensive », assure Minsk

La Biélorussie a assuré que la force militaire formée avec son allié russe n’était que défensive, au moment où Minsk accuse Kiev de préparer une offensive, faisant craindre son intervention directe dans le conflit en Ukraine.

« Les objectifs du groupement régional sont purement défensifs. Et toutes les opérations actuellement menées visent à adopter une réponse appropriée aux actions menées près de notre frontière », a déclaré le ministre biélorusse de la Défense, Victor Khrenine, dans un communiqué. son ministère.

10 h 59 : selon l’ONU, les bombardements russes de lundi « pourraient avoir violé » le droit de la guerre

Le bombardement russe de plusieurs villes d’Ukraine lundi « pourrait avoir violé » les lois de la guerre et constituer des crimes de guerre si les cibles civiles étaient « délibérément visées », selon les Nations unies.

« Nous demandons à la Russie de s’abstenir de toute escalade » de la violence, a déclaré la porte-parole du haut-commissaire aux droits de l’homme, Ravina Shamdasani, lors d’un briefing de l’ONU à Genève. Elle était particulièrement préoccupée par les cibles visées – des cibles civiles – ainsi que par l’heure de pointe choisie pour bombarder les cibles en Ukraine.

10 h 45 : Ankara appelle Moscou et Kiev à un cessez-le-feu « dès que possible »

La Turquie a appelé la Russie et l’Ukraine à un cessez-le-feu réalisable « dès que possible », affirmant que les deux pays s’éloignent de la voie de la diplomatie alors que la guerre s’éternise.

« Un cessez-le-feu doit être établi le plus tôt possible. Le plus tôt sera le mieux », a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu dans une interview télévisée.

8 h 25 : il faut lancer un avertissement à la Biélorussie, selon Paris

Un avertissement doit être envoyé à Minsk, a déclaré la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, au lendemain de l’annonce par le président Alexandre Loukachenko du déploiement d’une force militaire conjointe liant son armée à celle russe.

« [La Biélorussie] ferait bien de ne pas [interférer] », a déclaré le ministre à France Inter.

« Il ne l’a pas fait jusqu’à présent, et je peux vous dire que dans les discussions avec les dirigeants du G7 qui se réunissent cet après-midi, la question de la Biélorussie sera certainement à l’ordre du jour, car un avertissement doit être donné à ce pays. »

« Tout soutien supplémentaire à la guerre de la Russie en Ukraine entraînera de nouvelles sanctions. »

8 h 23 : au moins 19 personnes tuées dans des frappes russes de lundi, selon un nouveau bilan

Dix-neuf personnes ont été tuées et 105 blessées lors de l’attaque russe massive de lundi contre l’Ukraine, selon un nouveau bilan annoncé mardi par les autorités.

« Selon des données préliminaires, 19 personnes sont mortes et 105 ont été blessées », a déclaré le service d’urgence de l’État sur Telegram. Le précédent bilan publié lundi soir faisait état de 14 morts.

Plus de 300 localités sont restées sans électricité à travers le pays suite à ces attaques, qui ont notamment touché des centrales électriques, selon la même source.

7 h 50 : la vice-ministre des Affaires étrangères ukrainienne fait état de nouvelles frappes sur Zaporijia

Le vice-ministre ukrainien des Affaires étrangères Emine Dzheppar a annoncé via son compte Twitter que l’armée russe avait lancé au moins quinze roquettes contre Zaporijia dans la nuit de lundi à mardi. Elle a déclaré que « leurs cibles étaient un établissement d’enseignement, un établissement médical et des bâtiments résidentiels ».

6 h 47 : la diplomatie russe met en garde Washington et ses alliés contre de nouvelles livraisons d’armes à Kiev

L’ambassadeur de Russie aux États-Unis, Anatoly Antonov, a appelé l’administration américaine et ses alliés à ne pas franchir les « lignes rouges » auxquelles ils s’approchaient et à ne pas fournir d’armes à l’Ukraine, ce qui, selon lui, « ne sert qu’à prolonger le conflit ».

4 h : le G7 se réunit en urgence ce mardi

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky doit assister à une réunion d’urgence virtuelle du G7 qui doit commencer à 12h00 GMT, a indiqué Berlin. Selon Londres, Liz Truss, chef du gouvernement depuis un mois, devrait déclarer que « personne ne veut plus la paix que l’Ukraine. Et pour notre part, nous ne devons pas faiblir d’un iota dans notre détermination à aider à gagner ».

1 h 25 : l’ONU s’attend à une nouvelle vague de déplacements après les frappes russes en Ukraine

Davantage de personnes seront contraintes de fuir leur foyer en Ukraine, a averti lundi le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, après la pluie de missiles russes sur Kiev et d’autres villes ukrainiennes.

« L’horreur de ce qui s’est passé en Ukraine aujourd’hui (…) est inexcusable », a déclaré le diplomate italien aux journalistes. « Le bombardement de civils, de maisons […], d’infrastructures non militaires sans discernement dans de nombreuses villes d’Ukraine signifie que la guerre devient de plus en plus difficile pour les civils », a-t-il déclaré. « Je crains que les événements de ces dernières heures ne provoquent de nouveaux déplacements. »

1 h 19 : Paris prend « de nouvelles dispositions pour soutenir militairement l’Ukraine »

L’Élysée a confirmé qu’un conseil de défense restreint s’était tenu pendant une heure et demie, lundi soir 10 octobre, en présence des ministres des Affaires étrangères Catherine Colonna et des Armées Sébastien Lecornu. De même source, à cette occasion, le président Emmanuel Macron a pris « de nouvelles mesures pour soutenir militairement l’Ukraine et subvenir aux besoins de son peuple ».