Le Japon rouvre ses frontières aux touristes : nos conseils pour se déplacer ! – Tourisme

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Le Japon rouvre progressivement ses frontières aux touristes : à condition de respecter quand même strictement les restrictions… On pourra donc bientôt (re)découvrir les merveilles du Japon. Avant de faire nos valises, examinons les différents modes de déplacement. Grand amateur de voyages en toute liberté, choisissez la voiture ou le van. Si vous devez préparer votre itinéraire avant le départ, vous devez également préparer la traduction de votre permis de conduire, pour que conduire au Pays du Soleil Levant soit un jeu d’enfant ! Bien sûr, il existe aussi d’autres moyens que nous vous proposons également de découvrir dans cet article.

Les principaux modes de transport

Les principaux modes de transport

La voiture

S’il devient difficile d’amener sa propre voiture au Japon, il est toujours possible d’en louer une sur place. Cependant, vous devez être bien préparé pour cela. Veuillez noter que les panneaux sont écrits en japonais. Ceci pourrez vous intéresser : VIDEO – Innovation : découvrez à quoi ressembleront les motos d’aviation du futur. Malgré la présence de panneaux en anglais sur les routes principales, il est fortement recommandé de savoir lire les différents kanji ou hiragana sur les routes secondaires. Autre point d’attention : la conduite se fait à gauche et le volant est donc à droite. Par rapport à la France, les habitudes de conduite seront donc fortement bouleversées ! En faisant cet effort d’adaptation, la voiture permet à son tour une plus grande liberté de mouvement au Japon : les gens ne sont plus limités aux seuls transports en commun.

Pour un séjour au travail et pour une courte période, cela peut aussi être un avantage. Cela évitera les heures de pointe dans les transports en commun pour mieux profiter de la vie japonaise. De plus, il est possible de profiter pleinement de votre séjour sans avoir à planifier vos déplacements à l’avance. De plus, il permet de découvrir des régions plus éloignées et moins bien desservies par les transports en commun. Le paysage japonais est très beau et il serait insensé de le manquer.

Pour conduire au Japon, il est nécessaire d’avoir le permis de conduire japonais, mais il existe une dérogation pour les courts séjours. En effet, si l’on en croit le site de l’Ambassade du Japon en France :

Le permis de conduire international délivré par les autorités françaises n’est pas reconnu au Japon. Cependant, il est possible pour les titulaires d’un permis de conduire national français de conduire au Japon, à condition qu’il soit accompagné d’une traduction certifiée conforme. Cependant, l’Ambassade du Japon en France n’est pas habilitée à délivrer cette traduction. Cette traduction ne peut être obtenue qu’au Japon auprès de la Japan Automobile Federation (JAF) une fois sur place. Il n’y a pas d’autre alternative.

Attention, cette mesure s’applique à tout séjour sur le territoire japonais n’excédant pas un an.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à contacter directement JAF.

Vous trouverez ici les coordonnées des différents bureaux du JAF.

Une route de campagne japonaise où l’on remarque que la conduite est à gauche (Pixabay)

Le train

Le moyen de transport le plus courant au Japon est le train. En effet, les différentes compagnies privées telles que Japan Railways gèrent le trafic ferroviaire d’une main de maître. Il est rare de voir un train retardé et le temps d’attente entre deux trains est assez court. Il est donc facile de se déplacer d’une ville à l’autre. De plus, les lignes ferroviaires couvrent tout le pays et permettent ainsi d’aller où l’on veut. Facilitez-vous la planification de votre voyage à l’avance !

Si la barrière de la langue peut être intimidante, vous pouvez être sûr que la majorité des panneaux sont traduits en anglais. Et si, après tout, vous n’êtes pas sûr de vous perdre, le personnel de la gare est disponible et là pour guider les touristes en difficulté. Non seulement ils parlent anglais, mais leur sens du service est sans faille. Par exemple, ils savent comment aider et s’occuper des personnes handicapées. De temps en temps, n’oubliez pas de monter à bord d’un shinkansen. Ce train ultra-rapide permet de parcourir Tokyo-Kyoto en 2h30 grâce à des pointes allant jusqu’à 320 km/h ! Le prix est généralement abordable. Le service est impeccable et le confort est supérieur si on les compare à nos TGV français.

L’aspect futuriste du Shinkansen reflète sa vitesse de pointe de plus de 600 km/h ! (Wikimedia Commons)

Le métro et le bus

Dans les grandes villes comme Tokyo, le métro permet de se déplacer rapidement d’un endroit à un autre. Les billets sont pris aux bornes automatiques et le prix varie en fonction de la distance parcourue. Comme le train, les panneaux sont écrits en anglais en plus du japonais, et les annonces sont également faites dans la langue de Shakespeare. Il est ainsi facile de naviguer entre les différentes stations sans se perdre. Information importante : il y a des portes blanches et oranges. En sortant par les portes blanches, vous ne pouvez plus rentrer, et vous devez donc repayer le ticket. En cas de correspondance, soyez prudent lorsque vous franchissez les portes oranges.

À Lire  Immobilier : de Villers-Sous-Saint-Leu à Rieux, nos bons plans pour vivre le long de l'Oise

A Tokyo, la ligne Yamanote est pratique. Il fait le tour de la ville et permet de se rendre dans les différents centres-villes de la capitale comme Shinjuku ou Shibuya.

Intérieur d’une voiture dans un métro japonais (Wikimedia Commons)

Le bus est une bonne alternative au métro. Il donne à la fois la possibilité de voyager dans les grandes villes et de se rendre dans les petites villes. A la campagne, c’est souvent le seul transport en commun qui va à la ville. Bien qu’abordable, il est forcément plus lent, surtout en cas d’embouteillage.

À prendre en compte

Le train et le métro ne sont pas sans défauts. Aux heures de pointe, entre 7h30 et 9h30 et 17h00 et 19h00, il est fortement déconseillé d’emprunter ces transports sauf si vous souhaitez passer un moment désagréable. De plus, de nombreux employés quittent leur fête ivres le soir. Et si le taux d’agressivité au Japon reste faible, les scènes qui se déroulent en soirée ne sont pas forcément les plus agréables à vivre. Ainsi, il est nécessaire de prendre en compte ce facteur lors de la conduite dans les plus grandes villes japonaises.

Les pass

En tant qu’étranger, vous pouvez profiter du Japan Rail Pass. Les touristes au Japon peuvent ainsi voyager librement et sans surcoût sur l’ensemble du réseau des compagnies privées. Il est nécessaire de réserver le JR Pass plusieurs semaines avant l’arrivée au Japon. En effet, il sera impossible d’en retirer un sur place sans le bon (voucher) obtenu au préalable en France. L’avantage de cette offre est qu’elle permet de se déplacer dans tout le pays et donc de réduire les frais de déplacement en ne payant qu’un seul forfait. Le JR Pass est un ami des voyageurs fréquents, et il sera économiquement désavantageux s’il n’y a qu’une seule ville ou région spécifique sur le programme de voyage. A noter qu’il existe des pass régionaux comme la zone du Kansai qui se concentrent sur les villes d’Osaka, Kyoto et Nara. Lors de la préparation du voyage, réfléchissez toujours s’il est plus avantageux de prendre un JR Pass (national et/ou régional) ou des billets simples.

Comment vendre sa voiture rapidement ?
A voir aussi :
Les différents conseils pour vendre sa voiture rapidementLorsque la décision de vendre…

Autres transports

Autres transports

L’avion et le bateau

Il existe d’autres moyens de se déplacer au Japon. Pour naviguer entre les différentes îles, vous avez le choix entre l’avion et le bateau. Les compagnies japonaises telles que Japan Airlines sont bien classées au niveau mondial et le temps de trajet est court, mais le prix est forcément plus élevé. L’itinéraire de vol est important pour se rendre à Okinawa, par exemple. Le bateau est une voie lente qui permet néanmoins d’admirer la beauté des rivages japonais et de ses eaux. Ce moyen de transport permet également de transporter une voiture de location. C’est aussi assez abordable, vous pouvez donc visiter plus d’endroits au Japon.

La compagnie japonaise Japan Airlines (Pixabay)

Le taxi

Enfin, le taxi reste une option. Ils sont reconnaissables à leur couleur noire ou jaune selon les compagnies de taxi. On sait immédiatement si les voitures sont disponibles grâce à un panneau sur le côté : rouge si le taxi est libre et vert ou bleu s’il est occupé. Ces couleurs peuvent sembler déroutantes, mais on s’y habitue rapidement. Si le service est impeccable, le prix est proportionnel au nombre de kilomètres parcourus. Dès l’entrée il faut débourser entre 400 et 700 yens (environ un peu moins de 3€ et 5€), puis à partir de 2 km le compteur démarre et facture un peu plus pour chaque kilomètre parcouru. Pour les courtes distances c’est abordable, mais quand il s’agit de parcourir de longues distances, le taxi n’est pas recommandé.

Exemple d’un taxi japonais : A l’avant on peut voir s’il est occupé ou non. Ici c’est gratuit car le panneau est rouge devant. (Wikimedia Commons)

De plus, les chauffeurs ne parlent pas toujours anglais. Si cela se produit, vous pouvez indiquer sur une carte l’endroit où vous souhaitez vous rendre. Attention : au Japon, on ne donne jamais de pourboire ! Il le prendrait mal et penserait que son travail se réduisait à celui d’un mendiant. Le métier de chauffeur de taxi est en effet strictement réglementé et nécessite une période d’apprentissage importante.

Se déplacer au Japon peut se faire de plusieurs façons ! Il ne nous reste plus qu’à trouver celui qui nous convient le mieux. Si vous souhaitez conduire pour profiter des merveilles de l’archipel et découvrir des endroits mal desservis par les transports en commun, nous vous invitons à passer par notre partenaire, le site de l’International Drivers Association, pour obtenir votre permis de conduire international. Vous souhaitez préparer votre voyage pour la réouverture des frontières japonaises, pourquoi ne pas jeter un œil à notre sélection des meilleurs guides au Japon ?

À Lire  5 maisons individuelles à vendre à moins d'une heure de Paris

Publication sponsorisée. Plus d’informations dans nos mentions légales.

Image de couverture par zhudifeng sur Depositphotos (ID photo : 182677992) sous licence standard.

Quand est-il préférable de vendre une voiture ?
Ceci pourrez vous intéresser :
Posté le 06/09/2019 à 15:24, Mis à jour le 10/09/2019 à 11:49ENQUÊTE…

Comment s’habiller pour un mariage Japonais ?

Comment s'habiller pour un mariage Japonais ?

Une mariée japonaise doit porter un kimono spécial pour la cérémonie de mariage, le kimono étant le couvre-chef japonais. Le kimono de mariage est aussi appelé shiromuku ou kakeshita. C’est un furisode, un kimono à manches longues réservé aux femmes uniquement.

Comment s’habiller pour aller au Japon ? 1/ Culture et traditions au Japon Les femmes japonaises auront tendance à porter des hauts qui couvrent leurs épaules et je vous déconseille de porter un décolleté si vous voulez éviter les regards insistants. Pour les hommes, privilégiez les pantalons et évitez les shorts trop courts.

Comment se fait le mariage au Japon ?

Dans la tradition japonaise, les futurs époux doivent passer par la traditionnelle cérémonie de fiançailles, appelée Nosai no gi, qui consiste en un repas avec les deux familles se rencontrant pour la première fois officiellement.

Quelle est la tenue traditionnelle japonaise ?

Le kimono (çç©, kimono, de kiru et mono, littéralement « chose à porter [sur soi] ») est le vêtement traditionnel japonais. Il est souvent confondu à tort avec des vêtements d’entraînement pour les arts martiaux (keikogi, en particulier judogi ou karategi).

Castres. Ils semblent être des agents sur le marché de l'ancien
Ceci pourrez vous intéresser :
l’essentiel Deux jeunes entrepreneurs viennent de lancer « Occars », une société qui propose…

Quel salaire pour vivre au Japon ?

Quel salaire pour vivre au Japon ?

Le Japon attire beaucoup les expatriés malgré le coût de la vie très élevé. Cependant, le pays parvient à offrir des salaires très attractifs. En fait, le salaire annuel brut moyen d’un étranger au Japon en 2021 est de 328 793 $, soit environ 279 000 €, selon Internations.org.

Quels sont les emplois les mieux rémunérés au Japon ? Les 10 métiers les mieux payés au Japon

  • Analyste d’affaires.
  • Chef de projet. …
  • Analyste sécurité…
  • Chef de secteur. …
  • Chef de projet senior (télécommunications)…
  • Scientifique des matériaux. …
  • Représentant du service à la clientèle. …
  • Transporteur. …

Quel métier pour vivre au Japon ?

Les secteurs qui recrutent le plus sont : l’éducation, l’hôtellerie et la restauration. Dans ces secteurs d’activité, le porte-à-porte et les candidatures spontanées sont plus facilement acceptés. Hellowork, une agence gouvernementale japonaise, dispose d’un centre dédié aux étrangers et peut vous aider dans les démarches.

Quel est le coût de la vie au Japon ?

Prévoyez vos dépenses au Japon Le coût de la vie au Japon est 2,6% plus élevé qu’en France. Cependant, le pouvoir d’achat local y est supérieur de 3,0 %. En voyage, prévoyez un budget local d’au moins 82€/jour et par personne (11283 JPY/jour).

Jonzac : l'aéroclub vise les moteurs décarbonés
Ceci pourrez vous intéresser :
Par Colette Macintosh Publié le 28/08/2022 18:37 Mis à jour le 28/08/2022…

Pourquoi les japonais font du bruit en mangeant ?

Au Japon, par exemple, on croit augmenter le goût des nouilles en les avalant avec beaucoup de bruit. On pense également que parce que les aliments refroidissent plus rapidement dans la bouche, vous pouvez manger plus rapidement. Roter ou péter après avoir mangé est un signe d’appréciation dans certaines cultures.

Pourquoi les japonais reniflent-ils ? Au Japon, se moucher en public est mal vu dans la culture locale. Au lieu de cela, renifler en public est tout à fait normal. Pour les Japonais, c’est une chose naturelle, alors que les étrangers s’en offusquent. 2.

Pourquoi les Asiatiques font du bruit quand il mange ?

Il est bienvenu de faire du bruit en mangeant votre soupe ou vos nouilles au Japon et en Chine pour montrer que vous appréciez le plat.

Est-ce poli de faire du bruit en mangeant ?

En France, oui, mais en Chine, par exemple, il est courant de mâcher bruyamment – ​​même si les règles de bonne conduite sont désormais conformes aux habitudes occidentales. Au Japon, s’il faut manger avec discrétion, les nouilles et plus précisément les ramen et soba font exception.

Est-il dangereux de se rendre au Japon ?

Un pays très sûr. Le Japon est considéré comme l’un des pays les plus sûrs au monde, tant en termes de risques pour la santé que de criminalité. Le risque sanitaire à la centrale de Fukushima est minime.

Pourquoi ne pas vivre au Japon ? L’été, quand l’humidité explose littéralement, c’est encore pire : sans clim, les chambres deviennent souvent de véritables poêles… Le problème avec les touristes n’est plus à prouver, et il est évident qu’avec les Jeux Olympiques en 2020 , aucune formation ne sera .. .

Qu’est-ce qui est interdit au Japon ?

Embrassez ou étreignez votre partenaire en public. Dans les rues du Japon, vous ne verrez jamais d’amoureux s’embrasser ou se serrer la main, simplement parce que c’est interdit. Évitez donc les jeux de langage avec votre moitié si vous ne voulez pas d’ennuis.

Quand ne pas aller au Japon ?

Pour visiter Tokyo, il faut choisir les mois de printemps, c’est-à-dire de fin mars à fin mai, ainsi qu’à l’automne de septembre à novembre. L’été doit être évité pour échapper aux températures élevées et aux typhons. Pour découvrir Tokyo, choisissez de préférence les mois d’avril, mai et octobre.