LE MONDE : Emmanuel Macron espère construire un « écosystème » pour lutter contre les violences conjugales

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

« La formation de nos forces de sécurité intérieure a été un travail formidable », a déclaré le président de la République ce vendredi 25 novembre, à l’école de gendarmerie de Dijon, après une scène spectaculaire de gendarmes intervenant dans des violences conjugales.

Nous avons rencontré Emmanuel Macron plus rapidement pour défendre les résultats de son action. Sur la question des violences conjugales lors de son déplacement à Dijon, le président de la République a montré qu’il était vraiment « à l’écoute » de ses interlocuteurs – forces de sécurité intérieure, personnel judiciaire, assistantes sociales – prenant de nombreuses notes et n’intervenant pas.

&#xD ;

&#xD ;

Comme l’ont dit son entourage, « on peut mieux faire » dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Une sorte d’humilité, due à la pression des associations d’aide aux victimes et, notamment, des associations féministes qui réclament une augmentation des budgets dédiés à ce véritable sujet de société. &#xD ;

Une délégation transpartisane

&#xD ;

&#xD ;

7 conseils pour manger quand il fait chaud pour ne pas tomber malade
Sur le même sujet :
Depuis plusieurs semaines, le thermomètre affiche des températures proches des 30 degrés.Pour…

Mise en situation de gendarmes intervenant pour des violences conjugales

Parmi toutes les violences dont les femmes peuvent être victimes, le déplacement présidentiel, ce vendredi 25 novembre 2022, a mis l’accent sur les violences conjugales à travers une séquence liée à la formation des gendarmes et à l’implication des assistantes sociales à l’école de gendarmerie de Dijon. Ceci pourrez vous intéresser : BLOG – Pendant la puerpéralité, que faire en cas d’urgence dentaire ?. Une séquence dans la cité judiciaire de Dijon qui permet d’entendre les victimes et la perception des magistrats et avocats.

&#xD ;

&#xD ;

Le président de la République est arrivé 45 minutes plus tard à l’école de gendarmerie de Dijon. En raison d’un épais brouillard, au lieu d’atterrir sur la piste près de Dijon-Longvic, l’avion présidentiel a été détourné vers Dole-Tavaux. Le voyage se termine en voiture. Ironie du sort, le soleil est revenu quand Emmanuel Macron a finalement quitté le 5008 du cortège.

À Lire  Mobilisation contre la vie chère en France

Orages secs : quel est ce phénomène qui peut provoquer des incendies et comment s'en protéger ?
Lire aussi :
Une tempête tropicale devrait frapper la France dans les prochains jours. Découvrez…

Exfiltrer l’homme violent pour entendre la femme victime

&#xD ;

Le président de la République était accompagné d’Isabelle Rome, ministre déléguée à l’Egalité des femmes et des hommes, à la Diversité et à l’Egalité des chances, ainsi que d’Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice. Il n’était là qu’une vingtaine de minutes pour marquer symboliquement sa présence, puis rejoindre les débats au parlement de Paris.

&#xD ;

&#xD ;

Voir l’article :
André Biernath – @andre_biernath BBC News Brésil à LondresLes douleurs thoraciques et les…

Vers une future prise de plainte au domicile

La délégation a été accueillie par le préfet de Côte-d’Or Franck Robine, le général Pascal Hurtault, commandant de l’école de gendarmerie de Dijon, et le général Édouard Hubscher, commandant de la région de gendarmerie Bourgogne-Franche-Comté, alors accueillis par Côte-d. Les députés oriens Benoît Bordat (FP), Fadila Khattabi (RE), François Patriat (RE), Didier Paris (RE), ainsi que des élus locaux dont Marie-Guite Dufay (PS), présidente de Région, François Sauvadet (LCOP) , président du Département, Jean-Claude Girard (sans étiquette), maire d’Ouges, et Nathalie Koenders (PS), première adjointe au maire de Dijon. François Resbamen (PS, FP) est arrivé peu après, qui participait à une manifestation à la mairie.

&#xD ;

Lire aussi :
Riom-es-Montagnes. Forum « Soyez en bonne santé ». Le service de prévention et de…

«Aider les victimes à se reconstituer»

En entrant dans la salle de l’école de gendarmerie, le président de la République reconstitue un canapé, une armoire, une table, un four à micro-ondes… l’intérieur d’une maison familiale.

&#xD ;

&#xD ;

Dans celui-ci, basé sur un scénario conçu par les gendarmes de l’entraîneur, une simulation des actions successives d’une brigade et d’un peloton d’intervention et de surveillance est prévue dans la maison d’un couple. L’homme violent et la femme victime sont joués par des étudiants de la police.

&#xD ;

&#xD ;

A travers ce « plus proche de la réalité », il s’agit d’étudier la manière de traiter respectivement la victime et l’accusé.

&#xD ;

&#xD ;

Si la scène se déroule devant une cinquantaine de personnes, dont une vingtaine de journalistes, l’Elysée n’a pas donné l’autorisation de prendre des photos ou de filmer pendant la scène spectaculaire.

&#xD ;

Pour déclencher le scénario, la victime envoie un SMS pour signaler les violences physiques de son conjoint. Le Centre Opérationnel de Gendarmerie (COG) envoie une patrouille sur les lieux et alerte le Peloton d’Intervention et de Surveillance de Gendarmerie (PSIG). Le COG vérifie ensuite dans ses dossiers la possession d’armes et la vérification des antécédents des personnes impliquées.

À Lire  Bronchiolite : "Nos cabinets pédiatriques sont aussi en situation de saturation"

&#xD ;

&#xD ;

Lorsque les trois gendarmes sont arrivés, l’homme s’est mis en colère, a cassé des objets et insulté sa femme. Les gendarmes sécurisent la situation en menottant l’homme et en prenant en charge la femme pour la calmer. Après avoir été contactée, la police judiciaire a décidé de le placer en garde à vue au vu du crime constaté, et il en informera le parquet. &#xD ;

La demande de créer «des endroits dédiés aux enfants victimes de violences intrafamiliales»

&#xD ;

&#xD ;

«Il y a eu un immense travail de formation de nos forces de sécurité intérieure»

L’enquête commence par une documentation à domicile et un entretien avec la femme, afin de prendre en compte le contexte familial, notamment l’implication des enfants, et d’expliquer la procédure, y compris l’éventuelle plainte. Un réseau d’évaluation des risques est fourni. &#xD ;

&#xD ;

&#xD ;

«Mieux former tout le monde»

« Le seul point d’entrée pour les personnes vulnérables », la Maison de la protection de la famille est présentée (

lire notre article) puis à la cellule médico-judiciaire pour évaluer le nombre de structures d’interruption temporaire de travail (ITT) utiles à la victime prise hors champ.

&#xD ;

Par la suite, le Président de la République et la Ministre de l’Egalité des Femmes et des Hommes rejoignent les policiers, les étudiants et les formateurs dans une séance de restitution pour tirer les leçons de la séquence et trouver des pistes d’amélioration.

&#xD ;

«C’est l’enfer, c’est sans arrêt», témoigne une victime auprès d’Emmanuel Macron

«La formation à la gestion des violences intrafamiliales est primordiale», signale Isabelle Gandré

L’école de gendarmerie de Dijon forme à la gestion des violences intrafamiliales

Emmanuel Macron annonce que la Côte-d’Or expérimentera le pack «Nouveau départ» destiné aux victimes de violences intrafamiliales

Le contexte du déplacement d’Emmanuel Macron sur le sujet des violences faites aux femmes

&#xD ;

Le directeur général de la Gendarmerie, le général Christian Rodriguez de l’Armée souligne l’importance de rapporter la victime à domicile, un dispositif analysé dans le cadre de la loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur (LOPMI), qui est actuellement en cours d’examen. par les parlementaires. . « C’est vraiment recommandé », dit-il.

&#xD ;

Vient ensuite une table ronde avec des associations d’aide aux victimes et des travailleurs sociaux.

&#xD ;

&#xD ;

Anne Joseleau, directrice de l’antenne départementale de l’association Solidarités Femmes, qui dispose d’un numéro vert 3919 pour les femmes victimes de violences (gratuit, anonyme, 24h/24), présente la mission d’aide aux victimes après une intervention policière. &#xD ;