Le patron de la banque SGBL, Don Antoun Sehnaoui, présente Caline Aoun Maaraoui dans la 10e circonscription des Français de l’étranger – par Ghassan Chiha, Le Média Citoyen du Liban

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Depuis le 27 mai, les Français de l’étranger sont sélectionnés parmi 16 candidats au siège de représentant de la 10e circonscription des Français de l’étranger, située au Liban, mais aussi de 48 autres pays du Moyen-Orient et d’Afrique. Le nombre d’électeurs dépasse les 100 000. Ils peuvent voter jusqu’au 1er juin à midi heure de Paris pour le premier tour. Si aucun candidat ne dépasse les 50% alors le second tour se tiendra entre le 10 et le 15 juin en ligne et les 5 et 19 juin au bureau de vote au Liban.

Les membres clés sont :

Antoun Sehnaoui est un membre éminent du « Parti bancaire ». Daraj l’a décrit comme un méchant qui n’hésitait pas à intimider ses ennemis et à utiliser des armes. Le site internet confirme que l’homme a réussi grâce à l’argent reçu des investisseurs de sa banque, la SGBL. Mais surtout, elle a prolongé son expérience en tissant sa toile. D’abord en politique. Il a financé la campagne du général Jean Talouzian, candidat de Beyrouth. Antoun Sehnaoui et le général Talouzian ont rejoint le parti Kataëb lors des élections. Au tribunal, donc. Sans oublier les médias, bien sûr omerta : les sites français Mondafrique.com et Icibeyrouth.com sont financés.

Antoun Sehnaoui fait partie de l’oligarchie politico-financière de la banque libanaise qui a fait croître son économie à travers les politiques de la Banque du Liban et de son gouverneur, Riad Salamé, notamment à travers de soi-disant travaux d’ingénierie qui, écrit Daraj, « ont enrichi le bancaire et a conduit le pays à la pire crise économique de son histoire, qui a poussé une grande partie du Liban au bord du gouffre et s’effondre sous le seuil de pauvreté ».

À Lire  Crypto-monnaie : trois conseils pour éviter les arnaques

Souvenez-vous que l’année 2010 est terminée, et à la demande d’Antoun Sehnaoui, les hommes ont ouvert le feu sur le club-house « Maison Blanche ». L’ONG Legal Agenda – qui est réservée à l’indépendance de la justice – a rappelé que le juge d’instruction de Beyrouth d’alors, Ghassan Oueidate, n’était autre que l’actuel avocat d’Etat près la Cour de cassation (et donc le chef de la justice pénale). , Antoun Sehnaoui n’a pas été inculpé dans cette affaire. Le même Ghassan Oueidate a fait de gros efforts pour bloquer les enquêtes du juge Ghada Aoun (sur Riad Salamé et sur les scandales financiers) et de Tarek Bitar, le juge chargé de l’enquête dans le bar du centre-ville de Beyrouth.

Lire mon histoire précédente : https://libnanews.com/le-portrait-glacant-de-don-sehnaoui-le-patron-de-la-banque-sgbl-par-ghassan-chiha/.

Les candidats macronistes protestent :

Si vous recevez une ou plusieurs fautes de frappe, veuillez nous en informer en surlignant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Cette fonctionnalité n’est disponible que sur ordinateur.